Kamouraska-Témiscouata

Le désaveu

Élection partielle dans Kamouraska-Témiscouata


Toutes les conditions étaient réunies lundi pour une victoire relativement facile du Parti libéral à l'élection complémentaire de Kamouraska-Témiscouata. Mais les électeurs ont plutôt sanctionné massivement le gouvernement Charest, se tournant dans une proportion de 64 % vers les partis d'opposition. Un vote miroir de l'état de l'opinion publique du Québec, qui depuis des mois ne cesse de dire dans les sondages son insatisfaction à l'endroit de l'équipe libérale.
Ce qu'il faut retenir de cette élection, c'est d'abord cette manifestation de non-confiance qui, selon les mots mêmes du premier ministre Jean Charest, exprime le sentiment de la population et son désabusement à l'égard de la politique. Un message qui se trouve à reprendre celui que portent unanimement les trois partis d'opposition qui ont fait campagne dans Kamouraska-Témiscouata quant à la nécessité d'une enquête publique sur la construction.
Le désaveu du gouvernement est d'autant plus clair que cette élection complémentaire s'est tenue quelques jours seulement après le débat à l'Assemblée nationale sur la motion de censure du gouvernement Charest pour son refus de tenir une telle enquête. Certes, il y avait des enjeux locaux qui ont été évoqués par les candidats, tout particulièrement par la candidate libérale, France Dionne, mais ils ont été occultés par ce débat.
N'eût été du respect que portent les électeurs de cette circonscription à Mme Dionne, qui fut autrefois leur députée, et des efforts faits par le gouvernement pour ramener à La Pocatière la construction des voitures de métro de Montréal, la chute de 18 points de pourcentage subie par rapport à l'élection de 2008 aurait pu être beaucoup plus grande. La victoire du candidat péquiste par une faible marge est avant tout le résultat du rejet des politiques libérales.
Cette élection dans Kamouraska-Témiscouata, comme toute élection complémentaire, ne doit pas être vue comme scellant le sort du gouvernement Charest. Il reste à celui-ci au moins deux ans avant la prochaine élection générale. Le temps peut jouer en sa faveur pour peu qu'il sache rétablir le lien de confiance avec l'électorat. Quel geste posera-t-il à cette fin? Ce ne sera toujours pas l'institution d'une enquête publique. Sur ce point, il n'est prêt à aucune concession. Suffisent à ses yeux la poursuite des enquêtes policières et l'adoption de mesures préventives, comme la mise sur pied d'une unité permanente de lutte contre la corruption et la collusion dans l'industrie de la construction qu'il annonçait hier.
Cette annonce vient illustrer la stratégie du gouvernement, qui consiste à gagner du temps en proposant à la pièce, sans plan arrêté, des mesures pour lutter contre la corruption comme cette unité dite permanente dont on ne sait ce qu'elle sera réellement. On improvise, en espérant que cet activisme suffira à redonner confiance aux électeurs. Cette stratégie a conduit à cette défaite dans Kamouraska-Témiscouata. Si devait persister l'état de non-confiance actuel, le premier ministre devra admettre son échec et, le cas échéant, il lui faudra conclure qu'il n'est plus celui qui peut conduire le gouvernement.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé