Le chapeau

Billet de Caroline


L’ADQ a fait des gains grâce à Dumont.

Le PQ a enregistré des pertes à cause de Boisclair.
Mais Boisclair n’a pas à en porter le chapeau.

L’erreur vient des membres du parti qu’il représente.

Ce sont eux qui l’ont élu.
Une équipe de rêve

se bâtit autour d’un chef

autour d’idées

de projets.
L’indépendance n’arrive pas comme

un cheveu sur la soupe.

Elle se fait tous les jours.

Elle se fait avec le cœur, la tête

sur le terrain

jusqu’à ne plus être qu’une formalité.
Nous devons nous convaincre de notre valeur

de notre importance

réaffirmer notre identité.

Nous devons nous poser des objectifs

et les atteindre !
Les pouvoirs se centralisent à Ottawa.

Le Québec administre les décisions prises

par le gouvernement fédéral.

Il est le gestionnaire d’un espace politique

en constante régression.
Il est nécessaire de saisir

l’urgence nationale.

L’indépendance est plus indispensable que jamais.
Ce n’est pas la fin.

C’est un nouveau départ !

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 565

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    6 avril 2007

    Permettez, mme Moreno, que je complète une de vos strophes
    Les pouvoirs se centralisent à Ottawa
    Le Québec administre les décisions prises
    par le gouvernement fédéral
    Il est le gestionnaire d'un espace politique
    en constante régression
    ... ...
    il est le surintendant
    des circonvolutions inutiles.
    Merci de vos pensées
    Gilles Laterrière

  • Archives de Vigile Répondre

    29 mars 2007

    Regardez-vous dans le miroir et demandez-vous si vous serez prête à vous conduire démocratiquement àa la prochaine élection d'un nouveau chef de parti....
    Quant aux causes de notre défaite, elles sont multiples, j'y reviendrai bientôt.
    Thaïs Potvin

  • Archives de Vigile Répondre

    28 mars 2007

    Soyons conscients de cette réalité de mainmise fédérale qui empêche que la Nation québécoise puisse contrôler sa destinée. C’est seulement avec un parti politique uni et souverainiste que l’on pourra en finir avec cette stratégie fédéraliste qui s’éternise.
    Cette réalité de pérennité stratégique du pouvoir fédéral envers le Québec se résume ainsi : avec votre ancestrale division sociale et politique, nous allons vous conquérir ; avec nos lois, nous allons vous gouverner.
    Jean-Louis Pérez