La planche à pain

On ne peut dénigrer ce qu’on s’emploie à faire fonctionner

Billet de Caroline



La liberté, c'est ce qu'il y a
de plus important sur cette terre.
Juliette Greco


L’équipe de Thomas Mulcair, du NPD,
a déjà procédé à l’installation, à Outremont, des affiches
de l’ex-ministre libéral.
Les analystes se frottent les mains.
La lutte sera chaude comme une journée d’été.
Elle n’en sera pas moins fédérale.
Au Québec,
des candidats, dont un souverainiste, et leurs militants,
se livreront bataille pour un siège
au Parlement d’Ottawa.
Les bloquistes, qui n’ont su tirer profit
de leur statut et de leurs ressources de député pour faire
la promotion de l’indépendance du Québec, de plus en plus
contribuent à renforcer l’idée que
le Québec ne peut opérer qu’à l’intérieur d’un Canada
qui le marginalise.

Il faudra songer à fermer boutique.
Les coups d’épée dans l’eau ne seront jamais des coups d’éclat.
Les bloquistes auraient avantage à quitter en bloc le Canada
et les Québécois à s’abstenir de prendre part
à des élections canadiennes, fussent-elles partielles.
Pour devenir libre, il est nécessaire de se détacher.
On ne peut dénigrer ce qu’on s’emploie à faire fonctionner.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 810

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



7 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    5 août 2007

    "Est-ce que vous iriez jusqu’à voter pour un parti de droite qui serait le seul à vouloir la souveraineté du Québec ? Dur à dire."(Gilles Bousquet)
    Comment un parti de droite pourrait'il être souverainiste?
    L'indépendance nationale, d'un peuple, est d'un esprit collectif et non individuel. L'esprit de la droite privilégie la liberté individuelle contre l'État interventionniste et en faveur de la mondialisation. C'est l'indépendance du corporatif sur les ressources du collectif.
    Le gouvernement libéral-conservateur de Charest laisse le corporatif étranger s'accaparer d'une grande partie du territoire collectif québécois ainsi qu'une partie importante de l'industrie hydro-électrique collective québécoise par la vente d'Alcan qui fera des profits reccords quand bientôt la Chine manquera d'aluminium.
    Vous avez entendu un seul mot, une seule protestation, de la part du Bloc?
    Moi pas.
    Le PQ dit même que c'est une bonne chose.
    Il y a une sacrée différence entre vouloir et agir.
    Je préfère voter pour celui qui agit en faveur de l'indépendance que pour celui qui se contente d'en faire une promesse ou un voeux.

  • Archives de Vigile Répondre

    4 août 2007

    M. Denis Julien Lotbinière écrit : «Si je demeurais dans Outremont, j’ai le regret de dire à mes amis péquistes que j’accorderais mon vote et cela sans hésitation à Thomas Mulcair parce que lui, c’est très clair dans sa tête. Il est un véritable social-démocrate.»
    Est-ce que vous êtes plus social-démocrate que souverainiste parce que M. Mulcair est un véritable fédéraliste. Il ne va pas travailler pour réaliser la souveraineté du Québec ni le N.P.D.
    Comme Québec-Solidaire qui est plus socialiste que souverainiste.
    Est-ce que vous iriez jusqu'à voter pour un parti de droite qui serait le seul à vouloir la souveraineté du Québec ? Dur à dire.
    C'est en se posant ce genre de questions qu'on se comprend mieux.
    La place du Québec en dedans ou en dehors du Canada est une chose le choix de société en est une autre. Si les deux sont menés de front dans un même parti, il va perdre plusieurs joueurs.
    Est-ce qu'il y a peu de gens de la droite à être souverainiste parce que le PQ était de gauche ou le contraire ?
    Quelque soit la tendance des Québécois, faites de votre mieux pour ne pas trop vous en faire avec la politique et les choix constitutionnels des Québécois. Ça ne mérite pas qu'on déchire notre chemise en privé ou en public, principalement quand il fait beau.

  • Archives de Vigile Répondre

    4 août 2007

    Merci monsieur Les Sieur pour vos bonnes paroles et surtout pour votre grande lucidité.Je vous invite à vous joindre au nouveau parti inépendantiste qui se forme actuellement dans la joie et le plaisir.
    Comme vous avez raison de parler de l'endoctrinement péquiste. En effet, j'avais réalisé au cour des dernières années la partisannerie malsaine qui animait de nombreux militants du vieux PQ. Il était devenu impossible de rendre à César ce qui appartenait à César. On se faisait rabrouer dès qu'on soulignait de façon objective les bons coups de nos adversaires ou la compétence d'un tel. On se rendait bien compte qu'hors du PQ point de salut! Tout le monde était con sauf nous. C'est cette mentalité qui devenait insupportable à la longue. Lorsque j'ai quitté mon poste à l'exécutif de Lotbinière, j'avais la nette impresion que le parti était devenu une espèce de secte. Pas le droit à la différence, pas le droit à la dissidence. Nous étions devenus exclusivement des ramasseux de fric.Au fait du fric pour qui, du fric pourquoi? Ca fait au moins une décennie qu'il ne se fait plus d'action politique au PQ.
    Je pense qu'Outremont va nous réserver une méchante surprise. Il y aura des matins qui chantent.Lorsqu'on nous dit depuis des lustres que le Bloc défend les intérêts du Québec à Ottawa. Je crainds fort cette fois-ci que ce soit le candidat du NPD, monsieur Mulcair qui est les mieux placé pour défendre ces dits intérêts. En tous les cas et au risque de me faire taxer de traître. C'est tellement facile ça pour les péquistes par les temps qui courrent. Si je demeurais dans Outremeont, j'ai le regret de dire à mes amis péquistes que j'accorderais mon vote et cela sans hésitation à Thomas Mulcair parce que lui, c'est très clair dans sa tête. Il est un véritable social-démocrate. N'a-t-il pas démissionné de son poste de ministre d'un gouvernemt libéral/conservateur? N'est-il pas un vrai écologiste? N'est-il pas un vrai pacifiste? Voilà ce que je veux dire lorsque je déclarait au début de ce bilet, qu'il faut rendre à César ce qui appartient à César!
    J'ai vu dans VIGILE ce matin qu'un collectif s'est formé dernièrement pour essayer de réformer le PQ de l'intérieur.Enfin, voilà des gens qui reconnaissent que plus rien ne va et que contrairemet à plusieurs il est faux de prétendre que tout va bien madame la marquise. C'est tout à leur honneur par contre il est trop tard!
    En terminant mon cher monsieur Bousquet, je pense que plusieurs lecteurs de VIGILE brûlent de savoir qui vous êtes. Vous rappelez- vous de la maxime qui servait de marque de commerce de la compagnie RCA Victor? On y voyait un petit chien assis sur son arrière-train, regardant l'intérieur du cornet d'un gramophone.Que disais le texte? Ah! mon cher Bousquet, vous voyez bien où je veux en venir.On pouvait y lire:"His master's voice." On pourrais commenter cette phrase par l'adage français suivant:" Dis-moi qui te finance; je te dirais qui tu sers."
    Qui êtes-vous monsieur Bousquet? Faites-vous partis de ces éteignoirs péquistes qui nous empoisonnent depuis 1995. Ces gens du national qui nos démobilisent et nous démotivent. Cet apparachick qui a presque réussi à momifier et à stériliser le mouvement souverainiste tout entier. Au risque de me répéter, je disais dans une de mes interventions sur VIGILE à quel point je ne m'étais jamais autant senti cliniqueemnt mort qu'en militant au PQ ,ces trois dernières années. Vous ne pouvez savoir à quel point je revis avec ce nouvel espoir porté par le PI.
    Alors pour en revenir à nos moutons, qui êtes-vous monsieur Bousquet? Au fait,vous avez parfaitement le droit d'être péquiste. C'est tout à fait légitime. Je ne vous dédis pas ce droit.Par contre, plusieurs militants souveranistes en ont ras-le-bol .
    Denis Julien Lotbinière.

  • Archives de Vigile Répondre

    4 août 2007

    M. Denis Julien Lotbinière,
    À part votre terme : "la mauvaise foi la plus crasse", je suis assez d'accord avec votre réponse à ma question sur l'attitude à avoir face au Bloc Québécois qui est devenu officiellement un parti politique lors de son congrès de fondation, le 15 juin 1991. "il y a plus de 16 ans maintenant".
    Je vais même dans le même sens et, peut-être, un peu plus loin que vous sur le danger de participer, pour des souverainistes, à la gouverne de l'état canadien, que ce soit au niveau fédéral ou provincial. Je crois fermement que les nombreux succès du gouvernement du PQ, sous la chefferie de M. René Lévesque, ont nuit à la cause de la souveraineté. Chacun de leurs nombreux succès a enlevé de la frustration chez les Québécois francophones, principalement la loi 101 même si son application a depuis été limitée. On pourrait continuer avec la mise sur pied de la caisse de dépôt des succès économiques de Métro et de Desjardins etc...sans compter l'excellente précédente nationalisation des compagnies d'électricité tirée par M. René Lévesque et endurée par M. Lesage.
    En aidant autant le Québec, à l'intérieur du Canada, M. René Lévesque suivi de près par M. Parizeau, ont, de bonne foi, nuit à la cause souverainiste du Québec parce qu'ils ont "dépompé" beaucoup de souverainistes qui se sentaient plus colonisés à l'intérieur du Canada.
    Est-ce que le désir de Mme. Marois de gouverner le Québec à l'intérieur du Canada pendant plusieurs autres années va finir le travail de conforter les Québécois ? Bien malin qui pourrait le dire.
    Entre-temps, est-ce que ça va aider la souveraineté que les souverainistes votent contre un candidat du bloc ou qu'ils s'abstiennent, ce qui revient un peu au même, vu qu'il est écrit qu'ils n'ont pas d'affaire à Ottawa et qu'ils y sont même dangereux pour la cause ?
    La chose n'est pas si facile ni aussi claire que vous l'écrivez M. Lotbinière.

  • Archives de Vigile Répondre

    4 août 2007

    Chapeau M. Julien ! C'est dans le mille !
    Quant à vous M. Bousquet, vous ne faites que confirmer votre indéracinable endoctrinement péquiste.
    Guy Le Sieur
    Vive la République de l'Amérique française

  • Archives de Vigile Répondre

    4 août 2007

    Je désire répondre au commentaire de monsieur Bousquet concernant le billet de madame Moreno.
    Là monsieur Bousquet, vous exagérez et tomber dans la mauvaise foi la plus crasse.
    Il me semble que le billet de madame Moreno est limpide comme de l'eau de roche. Elle ne dit pas qu'il faut voter contre le Boc à Ottawa.Elle affirme tout simplement que nous avons, nous souverainistes québécois assez perdu notre temps dans ce merdier.Que notre présence dans ce parlement des autres fait la preuve par l'absurde que le Canada, ça marche! René Lévesque avait donc raison lorsqu'il s'objectait fermement à ce que les québécois participent à ce parlement qui n'est pas le nôtre. Lorsqu'on combat quelque chose; on ne peut à la fois participer à son bon fonctionnement. Madame Moreno nous appelle à mettre fin à ce paradoxe qui nous divise et qui entretient le principe de la double loyauté. Ce qui a pour conséquence de créer pour les québécois, une véritable police d'assurances les empêchant de trancher une fois pour toutes la question nationale.Et dieu sait si on va devoir se brancher un jour.
    Le Québec est actuellement la colonie intérieure politique du Canada.Il y a longtemps qu'on aurait dû mettre fin à cette mascarade qui nous prend temps, énergie et argent. Le combat pour l'il doit être mené et plus spécifiquement à l'Assemblée Nationale qui est souveraine et détentrice du pouvoir de la nation.
    Je crois qu'il est temps que nous refusions de jouer à ce jeu. Les souverainistes doivent désormais mettre fin à cela en refusant de reconnaître toute légitimité de ce parlement étranger. Le pays, il est ici à l'est de la rivière Outaouais. Le temps du Bloc s'achève. Les souverainistes québécois doivent désormais serrer les coudes et favoriser pour les années à venir une abstention massive et généralisée aux élections fédérales canadiennes. Le Canada menace désormais nos valeurs québécoises. C'est un pays qui se militarise de plus en plus. C'est un pays qui se fonde de plus en plus dans le moule américain et son modèle de société violente et guerrière. Quitter le Canada, deviendra une question de survie pour notre peuple. Il nous faudra choisir. On ne peut logiquement prêcher pour l'indépendance du Québec et à la fois jouer le jeu du système canadien en y envoyant des députés,ça n'a tout simplement pas de sens.Au risque de me répéter monsieur Bousquet, le combat québécois, c'est ici qu'on doit le mener! Au risque de me tromper, je pense que c'était le sens de l'intervention de madame Moreno.
    Denis Julien Lotbinière

  • Archives de Vigile Répondre

    4 août 2007

    Est-ce qu'on peut conclure que vous suggérez de voter contre le Bloc afin qu'il quitte Ottawa plus facilement vu qu'il semble s'y accrocher ?