L'usure

Chronique de Patrice Boileau


Il s'agit assurément de l'arme la plus efficace du camp fédéraliste. Le récent « épisode Tremblay-Lepage » l'a illustré brillamment. En déclarant éprouver depuis quelque temps de la difficulté à étancher leur soif de liberté dans l'actuel discours souverainiste, ces poids lourds du monde des arts du Québec démontrent que le travail de sape des fédéralistes fonctionne à merveille.
Trop économique maintenant, l'argumentaire souverainiste? Ce n'est pourtant pas les indépendantistes qui ont été les premiers à le souhaiter! Rappelons-nous qu'au début, les motifs de faire du Québec un pays étaient surtout culturels et historiques. Décontenancés, les fédéralistes ont alors reproché aux souverainistes de n'avoir que des raisons émotives de vouloir réaliser leur idéal. Le projet indépendantiste était à leurs yeux dénudé de fondements rationnels. On connaît la suite : la chimère a perduré jusqu'à l'échec référendaire de 1980. D'un côté, il y avait donc les intellectuels fédéralistes, détenteurs exclusifs d'un jugement éclairé et de l'autre, une bande de bougres illettrés étourdis par un objectif raciste et étroit...
Il aura fallu beaucoup de temps avant de se débarrasser de ces stéréotypes bidons. Pour y arriver, les souverainistes n'ont eu d'autres choix que de rejoindre les fédéralistes sur leur terrain de prédilection, d'autant plus qu'il fallait exorciser la défaite de 1980. Ce ne sont donc pas les indépendantistes qui furent les instigateurs du débat économique que nous connaissons aujourd'hui. Cet ajustement de l'argumentaire souverainiste eut néanmoins l'effet bénéfique de renouveler le discours des tenants de cette option. Armés de ces nouvelles considérations, les souverainistes se sont présentés au combat en 1995, convaincus de savourer cette fois la victoire. Il aura fallu qu'Ottawa pose les gestes que l'on sait pour empêcher les Québécois d'être maîtres de leur destin.
L'argumentaire des souverainistes a peu changé depuis. Que peut-on y ajouter, de toute manière? Certes, il y a la mondialisation qui presse le Québec d'avoir sa voix dans les instances internationales. Mais cette visibilité sur la scène mondiale était déjà partie intégrante du discours souverainiste il y a environ trente ans. Reste donc l'attente, celle de voir apparaître une occasion de déjouer le piège référendaire qu'Ottawa a posé suite à son sabotage de 1995.
Poireauter de la sorte n'empêche évidemment pas de mener certaines luttes, histoire d'arracher quelques gains en attendant le Grand Soir. Ces « petites victoires » sont cependant des lames à deux tranchants. Les fédéralistes s'en servent en effet pour essayer de démontrer que le Québec progresse au sein de la fédération canadienne... Ainsi, l'ignoble Stéphane Dion a mentionné dernièrement que la loi 101 était une « grande loi canadienne! » Pas de doute qu'elle en est une, maintenant que la Cour suprême l'a invalidée... Statistique Canada n'a-t-il pas révélé dernièrement que trois « enfants de la loi 101 » sur quatre préféraient s'exprimer en anglais à la maison plutôt qu'en français, au Québec? Et que dire de cette tendance commerciale observée depuis environ dix ans où les grandes entreprises affichent leur raison sociale en anglais uniquement? Benoît Pelletier préfère ne rien changer : face au vœu de Stephen Harper de rouvrir possiblement le débat constitutionnel, le ministre des Affaires intergouvernementales du Québec a immédiatement signalé son opposition, craignant un échec qui raviverait la ferveur souverainiste. Il faut plutôt continuer de quémander et maintenir le peuple québécois sous anesthésie.
La lassitude observée chez bon nombre de Québécois face à ces périls est le résultat de dix années de stagnation souverainiste. L'absence d'audace pour dénouer l'impasse référendaire sape le moral des troupes. L'ex-députée du Bloc québécois Suzanne Tremblay a donné hier son appui à la nouvelle formation souverainiste Québec solidaire. Celle qui a appuyé la candidature d'André Boisclair lors de la course à la chefferie du Parti québécois a avoué avoir fait ce choix car elle reproche au PQ de se traîner les pieds avec la question nationale. L'avènement d'un nouveau dirigeant à la tête de ce parti ne semble donc pas l'avoir convaincue qu'il s'est renouvelé. Les péquistes devront donc faire davantage pour persuader madame Tremblay de rentrer au bercail.
La scène rappelle vaguement celle qui s'est produite en Alberta il y a environ deux semaines. Ralph Klein, premier ministre de cette province depuis plus de 14 ans, a reçu toute une gifle au visage de ses militants. Ces deniers lui ont en effet accordé un misérable vote de confiance de 55%. Le chef conservateur qui nage dans les milliards manquerait de vison d'avenir. Les plantureux surplus qui garnissent les coffres d'Edmonton ne parviennent donc pas à compenser le manque d'innovation du chef de l'État albertain. La distribution sporadique de chèque au montant de 400$ à la population de l'endroit trahit une gestion gouvernementale à la petite semaine. Rien donc pour préparer « l'après pétrole. »
L'État-major du Parti québécois risque de subir le même sort, lui qui s'obstine à ne rien changer de son mode d'accession à la souveraineté. D'où l'immobilisme qui le caractérise, démotivant un nombre grandissant de souverainistes à la recherche d'un nouveau véhicule politique qui ramènera l'espoir. Certains ont carrément lancé la serviette et ne peuvent plus entendre parler du projet indépendantiste, victimes de l'inertie temporelle d'un PQ qui accepte d'en être captif. D'autres, comme Suzanne Tremblay, Robert Lepage et Michel Tremblay, rêvent désespérément qu'il se passe quelque chose, avant qu'il ne soit trop tard.
Patrice Boileau
_ Carignan, le 18 avril 2006


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé