L'armée rouge

Plutôt que de lutter contre cet envahissement, le PQ lui ouvre grand la porte

Jeux olympiques chinois

Dès la clôture des Jeux, Radio-Canada s'empressait de mettre en parallèle l'abandon de la cycliste Marie-Hélène Prémont et la remontée «
spectaculaire » du rameur canadien Adam Van Koeverden lequel récoltait, pour son pays, une médaille olympique. La victoire canadienne se voyait consacrée par le choix de la torontoise Karen Cockburn comme porte-étendard en pyjama Maple Leaf. Du spectacle de Céline Dion, que l'on disait chargé d'émotion, Radio-Canada s'attardait à décrire la corvée du ménage après la fête.
L'armée rouge canadienne avait, pour cette 29ème olympiade, déployé son artillerie lourde : nos athlètes canadiens, nos médaillés canadiens, notre fierté canadienne ressentie jusque dans un taxi de Delhi, Rona, McDonald, Chevrelet. Elle s'active à préparer le 250ème anniversaire de son occupation, les Jeux d'hiver de Vancouver et ceux d'été de Londres. Et tandis que le CHUM menace de ne jamais voir le jour, elle octroie 100 000 000 de dollars à son pendant anglais, le MUHC. Alors que l'UQAM croule sous les dettes, elle finance allégrement les universités de langue anglaise et favorise une immigration réfractaire au français et aux valeurs québécoises.
Plutôt que de lutter contre cet envahissement, le PQ lui ouvre grand la
porte. Quant aux mouvements-rassemblements-marches-manifestations pour un Québec français et aux festivités de la Saint-Jean ou du 400e de Québec, ce sont des événements non-partisans. Le combat des indépendantistes québécois est apolitique, a-historique. Il flotte pareil au relent de la fumée d'un feu éteint.
Certains grands penseurs le perçoivent et encouragent le P.I. à se rendre au front, en se gardant toutefois d'y mettre les pieds. Il faut préserver sa réputation d'un possible échec. Pourquoi prendre le risque de la voir entachée ? Pourquoi prendre le risque de mettre en jeu de son salaire, ses privilèges, ses REER ? Il vaut mieux réclamer au peuple ce qu'on ne peut donner. Après tout, les craintes des généraux sont plus légitimes que celles du soldat inconnu… S'il échoue, il ne pourra s'en prendre qu'à lui-même.
« Ce peuple a besoin de grandeur. Si on ne la lui offre pas maintenant, il
n'aura même plus la force de la vouloir. » Pierre Bourgault

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 241 162

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé