Foutre le bordel

La loi 78 n'avait pas pour but de calmer le jeu, mais bien d'antagoniser davantage le conflit

Chronique de Louis Lapointe

Depuis l’élection du gouvernement libéral de Jean Charest en 2003, les étudiants qui sont aujourd’hui dans la rue ont tous vécu la commission Gomery, la crash de 2008 causé par la crise bancaire des PCAA, les pertes de 53 milliards$ de la CDPQ, la corruption et la collusion dans l’industrie de la construction et ses liens avec le financement du parti libéral, la contestation des gaz de schiste, la braderie de nos ressources naturelles, la mascarade que fût la commission Bastarache et l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire à Ottawa sans le Québec.
Je n’ai aucune difficulté à imaginer ce qui c’est passé dans la tête de ces étudiants au cours de toutes ces années, ayant moi-même vécu l’élection de l’Union nationale en 1966, l’adoption de la loi 63 permettant le libre choix de la langue d’enseignement, l’émeute de la St-Jean en 1968, les événements d’octobre 1970, l’emprisonnement des chefs syndicaux à la suite de la grève générale illimitée des employés de l'État en 1972, la commission Cliche sur le saccage de la Baie James, la commission CECO sur les liens de la mafia avec la vente de viande avariée et l'orgie olympique.
Si vous êtes né dans une famille où ça parle politique dans des périodes aussi troubles, ça forge un caractère.
Vous entendez tous les jours vos proches parler du Suroît, du Mont Orford, de la commission Gomery, des gaz de schiste, des banques et de leurs dirigeants qui ont provoqué une crise de toutes pièces pour ensuite s’en mettre plein les poches, en profitant pour voler toutes vos économies au passage.
Quand cela a pour conséquence qu’une population entière a l’intime conviction de s’être fait rouler par ses dirigeants sur fond d'une crise financière qui a permis aux plus riches de s’enrichir aux dépens de la classe moyenne et que votre gouvernement refuse d’enquêter sur les pertes de la CDPQ et l'octroi de contrats publics, vous finissez par imputer tout ce qui va mal dans la société aux gouvernements qui ont laissé faire, en particulier à celui qui a refusé pendant trois ans de déclencher une commission d’enquête sur la collusion et corruption dans l’octroi de contrats publics.
Alors que vous avez la certitude que les banques vous volent et que votre gouvernement gaspille votre argent et récompense grassement ses petits amis qui ont contribué à sa caisse électorale, au même moment, ce dernier augmente les droits de scolarité universitaires de 75% sous prétexte que les étudiants doivent faire leur «juste part» pour financer des universités qui n'ont jamais fait leur grand ménage.
On vous explique que c’est ici que les droits de scolarité sont les plus bas au nord de la frontière du Mexique et qu’il faut effectuer un rattrapage si nous voulons demeurer dans la course, alors que c’est aussi ici que les taxes et les impôts des familles sont les plus élevés, 6,600$ de plus qu’ailleurs au Canada, pendant que celles des entreprises sont les plus basses.
Comment voulez-vous, dans un tel contexte, qu’un gouvernement déjà en déficit de crédibilité qui a tout fait pour étirer le conflit avec les étudiants, et qui, après avoir refusé de négocier de bonne foi et imposer une loi antidémocratique, puisse ramener l’ordre qu’il a lui-même contribué à saper depuis son élection en 2003?
Un premier ministre ne peut pas toucher un salaire secret payé par les amis de son parti pendant plus de 10 ans sans que cela frappe l’imaginaire collectif, surtout si parmi ces nombreux amis on en retrouve plusieurs qui ont obtenu des faveurs, des nominations ou des contrats.
Jean Charest a commencé à mettre le trouble dès son élection en 2003 avec les défusions municipales et il continue de le faire avec la grève étudiante.
Afin de retrouver sa majorité gouvernementale, il a même trouvé le moyen de baisser les impôts de 1 milliard$ en 2008 contre l’avis d’une majorité de Québécois, ce qui lui a permis d’imposer, dès qu’il est redevenu majoritaire, des mesures fiscales régressives aux «utilisateurs-payeurs» comme cette contribution santé de 200$ par citoyen et une hausse de 75% des droits de scolarité.
Si les étudiants sont toujours dans la rue, même après l’adoption de la loi 78 et qu’ils ne se démobilisent pas, c’est parce que Jean Charest leur a donné toutes les raisons de continuer à manifester depuis le tout début de son premier mandat en 2003.
Peu importe leur camp, les observateurs en sont tous venus à se demander s’il refusait de régler le litige parce qu’il ne le pouvait pas ou parce qu’il ne le voulait pas.
Manifestement, l'adoption de la loi 78, une loi excessive et antidémocratique, n'avait pas pour but de calmer le jeu, mais bien d'antagoniser davantage le conflit.
Jean Charest est en quelque sorte un vampire politique qui a constitué tout son pouvoir en se nourrissant de la dissension qu’il a lui-même entretenue, un risque réel de désagrégation du tissu social.
La façon dont il a géré la crise étudiante en est une preuve flagrante, tout comme il l’avait fait auparavant avec la commission d’enquête sur l’octroi de contrats dans le secteur public.
Ce n’est donc pas un hasard s’il y a encore des milliers d’étudiants dans la rue, c’est parce que Jean Charest l’a voulu ainsi ! Cela correspond à son modus operandi.
Foutre le bordel !
***
Sur le même sujet:
Pour la raison, contre la bêtise
L’invraisemblable sacrifice de Line Beauchamp
Ces clowns qui annoncent l’arrivée du grand cirque médiatique
À qui profite le crime, à Jean Charest ou Gabriel Nadeau-Dubois ?


Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 879 154

L'auteur a été avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    26 mai 2012

    Je rajoute cette lettre adressée aux étudiants écrite par le policier à la retraite,René Forget,sur les jeux de coulisses et les intérêts qu'a Jean Charest à tout faire pour déclencher une émeute.
    L’ex-policier René Forget remet en question le policier interviewé par le Journal de Montréal
    http://leglobe.ca/blog/2012/05/lex-policier-rene-forget-remet-en-question-le-policier-interviewe-par-le-journal-de-montreal/
    Chers étudiants,
    Vous allez peut-être lire une entrevue publiée dans les pages du Journal de Montréal, sous la plume de Daniel Renaud, qui relaterait une entrevue faite avec un policier. Je vous en conjure, n’y accordez aucune importance.
    Je suis convaincu qu’il s’agit d’une fausse entrevue et voici pourquoi :
    CE POLICIER EST UN « CASSEUR ».
    Le SPVM a des porte-parole officiels et les policiers ne sont pas censés faire de déclarations aux médias. Si cette entrevue est réelle, le policier qui l’a donnée a certainement commis une faute disciplinaire et assurément commis une faute déontologique surtout considérant son manque de réserve.
    De plus, la police est un organisme apolitique, le code de déontologie policière proscrit très clairement aux policiers de militer de façon politique et les opinions de ce policier (si l’entrevue est vraie) sont beaucoup trop politisés, militants et pro-Charest, pour que je croie, une seule minute, qu’ils viennent d’un policier qui a un devoir de réserve dans ses propos et d’impartialité dans ces fonctions.
    De plus, ce policier, s’il existe bel et bien, ne parle pas au nom de LA POLICE. Au même titre que LES CASSEURS ne vous représentent pas. J’en profite pour vous faire réfléchir sur certains points. Le gouvernement s’est servi des casseurs pour instaurer un climat de peur et justifier l’adoption d’une loi matraque. La population ne reçoit qu’une seule version par les médias, souvent biaisée, et sous la peur, elle a offert son support au gouvernement.
    Mais grâce aux médias sociaux et à votre mobilisation, vous êtes en train de faire germer l’idée dans les autres couches de la société, qu’il n’y a peut-être pas de casseurs ou que ces casseurs sont peut-être des agents infiltrés pour « justifier » l’intervention des policiers lorsqu’ils donnent un ordre de dispersement ce qui, à la longue « justifie » les mesures extrêmes prises par le gouvernement. [NDLR : lire à ce sujet : « Black bloc – La police comme élément déclencheur de la casse? »]
    Vous avez fait un si bon travail à semer le doute sur l’existence réelle des casseurs, que j’en suis rendu à dire, à qui veut l’entendre, qu’il y a des milliers de caméras de surveillance sur l’île de Montréal et qu’à ce point-ci, je trouve surréaliste le fait qu’encore aucune image de casseur n’ait été publiée. Je voudrais bien qu’on me montre des gens en train de faire de la casse, juste pour voir si ça a vraiment existé. Plus encore, je repense au jeune homme qui s’est filmé avec son cellulaire en train de passer sur un feu rouge. Il a fallu aux policiers de Laval 2 jours pour l’identifier (bien que je ne sois toujours pas convaincu que la SAAQ n’a pas divulgué des renseignements nominatifs de façon illégale), vous ne me ferez pas croire qu’en 100 jours la police de Montréal n’a pas été capable d’identifier, d’arrêter et même d’éradiquer les cellules violentes qui polluaient vos rangs.
    Je vous demande de traiter ce policier comme un casseur. Un élément infiltré qui s’en va dire des obscénités dans le seul but de vous sortir de vos gonds.
    Supposons que ce type existe vraiment. Il vous le dit lui-même, il veut avoir le « go » pour vous rentrer dedans. Il veut vous frapper dans le ventre et sur les jambes, il veut son bonbon. NE LUI DONNEZ PAS SON BONBON!
    Ce texte est truffé de tous les éléments nécessaires pour créer une émeute, il ramène l’idée des enfants-rois, il banalise les enjeux, il invente une statistique ridicule de 20% d’entre vous qui cherchez la confrontation et ce juste pour alimenter la peur chez les baby-boomers et la génération précédente, on sème l’idée qu’il aurait même fallu être plus tranchant et il y a suffisamment d’aberration pour que ce policier S’IL EXISTE soit renier par les autorités, plus tard.
    À QUI SERT LA VIOLENCE, ALORS ?
    Jean Charest (et un peu François Legault pour avoir appuyé la loi 78). Jean Charest est LA SEULE PERSONNE QUI PROFITE DE LA VIOLENCE. C’est en vous faisant passer pour une génération de casseurs et d’enfants gâtés qu’il a réussi à faire passer son projet de loi dans une partie de l’opinion publique. Mais son pari a échoué, ses appuis s’effritent. LE QUÉBEC NE TOLÈRE PAS DE VOIR SA JEUNESSE SE FAIRE FRAPPER POUR RIEN.
    Depuis l’arrivée de la loi 78, vous avez reçu l’appui de plus de 70 groupes importants, de tous les juristes, des partis d’opposition et le Québec au complet a commencé à comprendre que les enjeux vont plus loin que les frais de scolarité.
    Mercredi prochain on demande un jugement d’urgence à la cour pour faire suspendre l’application de cette loi immonde. Vous allez être appuyés par plus de 70 organismes qui tiennent la même position que vous, CHAREST VA ÊTRE REPRÉSENTÉ PAR DES AVOCATS QUI LE POURSUIVENT!!!!!
    La seule chance qu’il a de ne pas perdre la face MONDIALEMENT, c’est de vous provoquer suffisamment pour que ça vire en émeute et qu’il se présente (peut-être même sans avocat, ha! ha!) et tente de convaincre le juge que sa loi a raison d’être parce que le Québec est dans un état de crise.
    NE LUI DONNEZ PAS CETTE SATISFACTION
    Je ne suis pas juriste en droit constitutionnel, mais si on arrive à prouver qu’on a été violentés par notre gouvernement, qu’il a violé nos droits et battu notre jeunesse, on est peut-être sur le point de pouvoir légalement exiger sa démission et pas seulement avec une pétition, quoi qu’il en soit il est le seul à tirer profit de la violence.
    JE SUIS FIER DE VOUS
    Nous sommes rendus au 104e jour de manifestation. Au meilleur de ma connaissance, un seul jour pourrait être qualifié d’émeute et j’ignore si ces événements ont été proclamés émeute en conformité avec les dispositions du code criminel. Certes certains soirs, la manifestation a été qualifiée d’attroupement illégal, mais, une fois encore, j’ignore si les forces de l’ordre peuvent utiliser une loi québécoise pour se conformer à l’article 63 du code criminel, je ne suis pas juriste et je ne prétends pas pouvoir répondre à cette question.
    Je vous parle des règles concernant les émeutes parce que les pouvoirs spéciaux donnés aux policiers pour réprimer une émeute sont encadrés par des lois et des règles et les excuses données aux policiers pour utiliser de la force sont elles aussi bien encadrées.
    Rappelez-vous toujours que nous sommes dans un état de droit et que la force utilisée par la police sera un jour évaluée par nos tribunaux. Rappelez-vous que le jour où nous porterons un jugement sur la force utilisée, nous serons de retour dans une société calme, gouvernée par le droit et la connaissance et que ces policiers seront jugés beaucoup plus sévèrement en temps calmes qu’en temps tumultueux (ce à quoi j’ai tenté de les sensibiliser dans une précédente lettre).
    Rappelez-vous que ces policiers sont vos pères, mères, oncles, tantes, voisins, voisines, les parents de vos amis. Rappelez-vous que plusieurs supportent votre cause. Rappelez-vous surtout que comme les casseurs, les imbéciles qui polluent leurs rangs sont l’exception qui confirme la règle.
    SI VOUS SENTEZ LA TENSION MONTER AVEC UN AGENT DE LA PAIX, N’OPPOSEZ AUCUNE VIOLENCE, IL NE RESTE PAS LONGTEMPS AVANT QUE LA LOI 78 NE SOIT SUSPENDUE APRÈS LA TENSION VA DISPARAÎTRE.
    NOUS DEVONS FAIRE LA PAIX AVEC NOTRE POLICE… surtout si on veut qu’elle trouve qui est l’irresponsable qui a fait ces déclarations.
    P.S. Daniel Renaud et le Journal de Montréal devront également répondre de ce manque de jugement.
    René Forget

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mai 2012

    Vous mettez le doigt exactement sur le problème et sur les conséquences qui en résultes .
    Et j'ajouterais ceci.
    La résistance passive s'organise contre la répression de Charest qui refuse de faire respecter la loi 101 mais qui demande le respect de ses propres lois .
    La raison est simple :ce sont des individus qui forment sa clientèle électorale qui refusent de respecter la loi 101.

    Donc quand ce sont des individus qui font partis de la clìentèle électorale de Charest qui refusent de se plier et de se conformer a la loi ,Jean Charest ne demande pas le respect de la loi et son ministre de la justice ne s'en occupe pas ,optant plutot pour le refus de la faire respecter et observer ....la loi ne s'applique pas ,les contrevenants ne sont pas poursuivis.
    Même chose pour le code criminel ou le colonel James Brown appelle au meurtre de Pauline Marois sans aucune conséquence pour lui .
    Encore la, la loi et le code criminel n'est pas appliquer ..
    Pourquoi ce deux poids deux mesures venant de Charest sur le respect des lois et le code criminel ?
    Est-ce que Charest vas maintenant passer une nouvelle loi pour interdire le bruit des casserolles qui se répand dans plusieurs quartiers de Montréal au nom de la paix et de la sécurité?
    Le Québec retourne progressivement sous la grande noirceur duplessiste conduit a toute vitesse folle par Charest qui as une main sur le volant et l'autre sur la matraque .
    Un Charest qui n'as qu'as offrir a sa jeunesse comme projet que son mépris ,ses moqueries en les invitant a l'exil dans le grand nord avec en prime sa répression .
    Charest se nourrit aux mamelles du duplessisme:.
    Corruption
    Répression
    Dépossession tranquille
    Exil dans le nord
    Ce n'est pas dans ce contexte que les descendants de la révolution tranquille et leur enfants veulent vivre et exister .
    Jean Charest leur offre comme projet et comme avenir l'exil dans le grand nord tout comme Duplessis le faisait a son époque mais en en se moquant d'eux devant son public au palais des Congrès , d'autre leur offre mieux et c'est un vaste chantier qui seras celui de la phase deux de la révolution tranquille qui est celui de se batir un pays bien a eux avec tout les québécois qui voudront y participer.
    Je ne peut pas croire que le Québec ,que notre peuple vas retourner a cette époque de la grande noirceur avec un Charest qui utilise les mêmes méthodes ,dont le régime est aussi corrompu que celui de Duplessis et qui utilise la même répression brutal contre tout un pan de la société avec exactement le même projet que celui de Duplessis qui appauvrissait le Québec mais qui enrichissait ses gangsters, ses patroneux véreux et les multinationales qui faisaient régner la terreur dans les camps de travailleur,dans les villes champignons ou tout ce qui bougait leur appartenant et dont les travailleurs exploités se sont finalement révoltés contre le régime Duplessis .
    Il faut résister et refuser de retourner a cette époque a laquelle Jean Charest nous convie et veut enfermez le Québec et notre peuple .
    C'est le même project que celui de Duplessis et seul quelque détails sont différents.
    Créé quelque emplois qui serviront a des multinationales qui vont s'enrichir a piller nos ressources pour des grenailles et presque rien, enrichir les patroneux de la pègre libéral et leur caisse électorale comme Duplessis le faisait sans verogne.
    Dévelloper nos ressource oui, tres certainement mais jamais dans l'optique ou Jean Charest veut nous y contraindre.
    Dans le respect de l'environnement ,le respect des Québécois qui seront invités a y participer ,dans le respect de la jeunesse que Charest a mépriser et humilier par ses moqueries au palais des congrès et qu'il as ensuite fait réprimer durement lors de manifestations devant leur établissement scolaire a coup de matraque et de gaz .
    Dans le respect des objectifs de développement durable et de la transformation ici même pour créé des emplois durables pour la génération actuel et les générations futures et aussi dans l'optique que les retombés économiques et financières a venir soient réinvestis au bénéficre de toute la collectivité avec un juste profit pour les entreprises et investisseurs et non au seul profit des amis et relations d'affaire de l'entourage de Jean Charest .
    Il y as une cassure et une brisure qui s'est produite entre Jean Charest qui semble a des années lumières de réaliser que cette jeunesse étudiante instruite qu'il réprime de toute les manières est l'avenir pour notre peuple.
    L'autre possibilité bien réelle est que Jean Charest le réalise et que terrorisé ,il joue son vas tout en tentent d'écraser cette jeunesse instruite qu'il voit comme une menace et un obstacle a la mise en marche de ses funestes projets de dépossession de nos avoirs collectif.
    Jean Charest as toujours profondément détester le model Québécois et tout ce qu'il représente comme facteur de notre identité et dévellopement comme peuple .
    Charest as laver d'un crachat toute une génération de jeunes qu'il as mépriser de manière hautainne allant même jusqu'as refuser d'adresser la parole aux représentants et porte parole qu'ils se sont donner démocratiquement pour transmettre leur demandes légitimes .
    La violence psychologique par le mépris ,par l'ignorance de leur porte parole a qui il refuse personellement d'adresser la parole.
    La violence psysique que Charest leur fait subir par sa répression policière et judiciaìre .
    Jean Charest qui refuse même de saluer et serrer la main de leur porte patole ...pour Charest il n'existe simplement pas .
    Dans la tête de Charest qui semble les prendre pour des ignares et des demeurés cette jeunesse est juste bonne a être exiler dans le grand nord sous les rires gras de ses patroneux véreux réunis a la grande messe du clan nord qu'il as personellement célébrer au palais des congrès.
    A ceux qui frappent a notre porte ...on peut leur trouver un emploi ....autant que possible dans le grand nord sous les rires abjects de son public ou se mêlait patroneux véreux ,collecteurs de fond du parti libéral ,la famiglia libéral et probablement quelques maffieux qui habituellement assistent et donnent généreusement a leur caisse électorale lors de leur campagne de financement comme certains médias l'ont rapporter lors du petit déjeuner de financement de Line Beauchamps .
    Les moqueries de Jean Charest sous les rires de son sélect auditoire de patroneux qui graisse sa caisse électorale vont résonner longtemps et ne seront jamais oublier par la jeunesse et les Québécois
    Pour cette génération étudiante que Charest méprise au plus haut point ,qu'il réprime durement et qu'il convie a l'exil dans le grand nord pour avoir un travail et un avenir meilleur démontre que Jean Charest n'as rien compris de leur revendications et leur aspirations.
    Pourtant Charest qui refuse obstinément de donner une simple poignée de main aux représentants de ces centainnes de milliers de jeunes étudiants lorsqu'il les croisent au parlement n'hésite pas une seule petite seconde a donner la main avec le sourire a un homme en particulier et cet homme c'est Paul Desmarais qui agit comme un gouvernement privé recevant a tour de role a Sagard tout ceux qui gravitent autour de Jean Charest
    Jean Charest et la plupart de ses ministres et députés les traitent comme des moins que rien et leur cheuf Charest comme s'il n'existait pas .
    Cette attitude hautaine et méprisante a souhait fait parti de la violence psychologique que Jean Charest entretient minucieusement a leur endroit en plus de la violence physique utiliser a l'égard des étudiants qu'ils judiciarise et criminalise a tour de bras .
    Charest qui as déja marmoner être le premier ministre de tout les Québécois refuse même de les saluer lorsqu'il les croisent au parlement ce qui démontre le caractère mensonger de son affirmation .
    Pour ne pas être en reste sur son cheuf aux méthodes duplessites l'ex employé de la banque nationale Clément Gignac qui n'exige pas de Paul Desmarais qu'il mette sa face sur un poteau s'il veut diriger le Québec, demande a ceux qui veulent simplement avoir le droit de s'exprimer de mettre leur face sur un poteau et de se faire élire .
    Cela démontre bien la mentalité et la nature anti démocratique et autoritaire du gouvernement Charest et la remarque fielleuse de Gignac vas rejoindre la loi 78 anti démocratique de Charest avec tout le reste .
    Pourquoi les Pratte et Desmarais de ce monde ne sont -il pas convier par Gignac a mettre eux aussi leur photo sur un poteau pour avoir le droit de s'exprimer ?.
    On est en plein le toé tais toé de l'ère duplessiste avec Clément Gignac et son cheuf Jean Le Noblet Charest .

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mai 2012

    Il faut savoir que ça fait au moins 20 ans que Jean Charest joue avec le feu en entretenant des relations fort particulières avec le judiciaire. Dès 1990, ce dernier a dû abandonner le poste de ministre de la Jeunesse et du Sport amateur qu'il occupait dans le cabinet conservateur de Brian Mulroney, et ce, parce qu'il s'était permis de téléphoner au juge Macerola pour défendre l'entraîneur Marc St-Hilaire, dont il jugeait injuste l'exclusion de l'équipe canadienne aux Jeux du Commonwealth. L'avocat Charest devenu ministre ne semblait alors pas comprendre l'importance de l'indépendance du judiciaire eu égard au politique. Malheureusement pour lui, il est tombé sur un juge plus zélé que les autres, juge qui ne tolérait absolument pas les pressions politiques et qui a, à cause de cela, dénoncé publiquement Charest. De ce fait, ce dernier a dû démissionner.
    CE TEXTE EST DE NOTRE AMI ET PATRIOTE PATRICK BOURGEOIS.
    Chrest est un petit crosseur et tout le monde le sait!

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mai 2012

    Il est nommé ministre d'État à la Condition physique et au Sport amateur en 1988, mais il doit démissionner en 1990 quand le juge Macerola le dénonce pour avoir tenté de faire pression sur lui au sujet du dossier de l'entraîneur Marc Saint-Hilaire.
    Il a commencé très tôt ses petites combines. Il a animé le fameux ''love in'' Il gueulait comme un véritable putois en sachant bien que cette manifestation violait la loi référendaire.
    La juge Charbonneau doit absolument convoquer ce tricheur!

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mai 2012

    L'intelligence est à celui qui sait tirer des conclusions clairvoyantes sur des problèmes
    complexes à résoudre. Justement la crise que nous traversons est très complexe,
    et peu d'entres-nous en connaîssons les issues possible. Il faut souvent être du
    gouvernement à l'interne ou de grosses études pour en comprendre toutes les finesses!
    Les manifestations si elles sont provoquées de l'intérieur comme celle des étudiants
    est un couteau à double tranchant. Si les gens sont éveillés cela tuera ceux qui l'ont crée.
    Et la Loi 78 qui a pour but de remporter des élections en créant de la violence pour
    redorer leur image est l'une de ses Lois qui soulève le peuple. Peut-être que John James
    et ses sbires ont fait une erreur, mais mon instinct me dis que cette Loi Matraque n'a pas
    encore révélé son vrai pouvoir.Ils savaient comment elle serait reçue par le peuple,
    ils l'ont savamment CALCULÉ. Il y'a autre chose derrière tout ça, c'est cela qui fais peur!
    Alors chers amis méfiez-vous pas de violence, JJC et les policiers n'attendent que ça!
    À LA FIN DE TOUT ÇA ? ÉLECTION OU RÉVOLUTION ?