Finie la polarisation!

"Le débat politique a opposé les centraliseurs et les séparatistes dans une guerre que personne" ne peut remporter"

2006 textes seuls




Nous publions ici un extrait du discours prononcé hier par le premier ministre du Canada devant les membres de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.
Dans la nouvelle approche du fédéralisme que je propose, le Québec aura sa place. Et le Bloc aura du mal à faire la sienne. Parce que nous élaborerons, permettez-moi d'être clair à ce sujet, des propositions spécifiques en matière de déséquilibre fiscal au cours de la prochaine année. Et laissez-moi vous dire ce que toutes ces propositions n'incluront pas: elles n'incluront pas d'augmentation des dépenses fédérales dans des domaines de compétence provinciale exclusive.
Votre nouveau gouvernement national respectera la Constitution canadienne. Aucune proposition ne sera présentée au Cabinet fédéral s'il ne respecte pas la division des pouvoirs entre les gouvernements fédéral et provinciaux.
Ce qui m'amène à notre point de vue sur le fédéralisme, le fédéralisme d'ouverture. Une des forces du Canada est son système de gouvernement fédéral. Les fondateurs de notre pays ont eu la clairvoyance d'établir un système fédéral souple afin de permettre la diversité et d'être une source de force et d'innovation.
Le fédéralisme d'ouverture, c'est de tirer parti de l'expérience et de l'expertise que les provinces et les territoires peuvent apporter au dialogue national.
Le fédéralisme d'ouverture, c'est le respect des domaines de compétence provinciale.
Le fédéralisme d'ouverture, c'est d'encadrer le pouvoir fédéral de dépenser, dont les libéraux fédéraux ont abusé, se moquant au passage de tous les Canadiens qui travaillent fort et paient leurs impôts.
Le fédéralisme d'ouverture, c'est l'établissement de mécanismes formels pour obtenir la rétroaction des provinces pour l'intégrer au développement de la position du Canada dans le cadre des négociations internationales ou avec des organisations qui relèvent de la compétence des provinces.
Le fédéralisme d'ouverture représente une chance de sortir le Québec du piège de la polarisation.
Le fédéralisme d'ouverture, c'est d'inviter le Québec à l'UNESCO.
Il est surtout évident qu'il est temps de tourner la page et d'examiner la question de la présence du Québec à l'UNESCO.
Pour les libéraux, et je cite des candidats à la direction comme Joe Volpe et Michael Ignatieff, la simple pensée de faire jouer un rôle au Québec à l'UNESCO est une menace à l'existence même du Canada. Et pour le Bloc québécois, si le Québec ne peut opposer un veto à la position du Canada à l'UNESCO, il s'agit d'une humiliation.
Ces positions extrêmes tentent de miner ce qui est simplement un arrangement sensé- donner au Québec un rôle plus important et coopératif au sein d'un organisme lorsque ses préoccupations linguistiques et culturelles sont en jeu. C'est l'idée même du fédéralisme d'ouverture- un Québec plus fort dans un Canada meilleur- et c'est ce que le nouveau gouvernement national a l'intention de concrétiser.
Le fédéralisme d'ouverture ne vise pas à créer des " choux-choux " ni à attiser les jalousies. Le temps est venu d'établir de nouvelles relations avec les provinces, des relations ouvertes, honnêtes et respectueuses. (...)
En cours de route, il y aura parfois des désaccords et des déceptions, c'est dans la nature des fédérations. Toutefois, les solutions raisonnables et honorables sont à notre portée.
Le nouveau gouvernement du Canada a une nouvelle philosophie et une nouvelle attitude. Nous sommes prêts à amorcer une nouvelle ère pour aller de l'avant, dans un Canada fort, uni, indépendant et libre et avec un Québec confiant, autonome, solidaire et fier.
Le débat politique au Québec est polarisé depuis près de deux générations.
Il a empoisonné la fédération et opposé les centraliseurs et les séparatistes dans une guerre que personne ne peut remporter, mais que personne n'est prêt à abandonner.
Mais croyez-en ma parole, les Québécoises et les Québécois veulent passer à autre chose. Il en va de même pour votre nouveau gouvernement national.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé