État policier

Pour le 400ième de Québec, le fédéral en a tellement mis que le public commence à en prendre conscience et à réagir

Tribune libre 2008


Le mot fait peur et avec raison. Dans un pays soi-disant libre et
démocratique, cette démocratie et cette liberté s’évanouissent lentement
dans le paysage. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le fédéral veut
tellement nous garder dans la dite confédération ? Depuis longtemps
maintenant Ottawa engrange des profits mirobolants, des milliards en
surplus. D’où croyez-vous que ces milliards proviennent ?.... de vos poches.
J’ai entendu à plusieurs reprises des fédéralistes ou des Québécois à gros
grain, peureux, timorés, me dire oui mais (oui mais, voilà l’expression des
amibes, des éponges qui ont peur d’avoir peur et qui de cette manière
justifient leur immobilisme) oui mais dis-je, on reçoit bien plus du
fédéral qu’on en paie ! Ah oui ?
Vous qui me lisez, parmi vous, il y a certainement des femmes et des
hommes d’affaires. Dans une compagnie où il y a plusieurs succursales,
quand vous en voyez une qui ne rapporte pas, pire, qui ne rapporte jamais,
que faites-vous ?... vous la fermez, vous vous en débarrassez. Si le Québec
coûtait cher au fédéral, vous pouvez être sûrs qu’ils nous enverraient
paître (poliment dit). On envoie l’essentiel de nos taxes à Ottawa et
ensuite, après d’âpres négociations, ils ont la ‘’bonté’’ de nous remettre
des miettes, de la péréquation. Ça nous prend un bon quêteux à Québec pour
donner l’impression de travailler pour les Québécois. Vous n’auriez pas
envie d’avoir un président qui administre notre pays plutôt qu’un quêteux
qui n’a même pas le courage de nous représenter en France quand il le faut
? Au lieu de prendre la place qui lui aurait convenu, il envoie la
représentante de notre colonisatrice en chef, Élisabeth II, et ça, avec le
sourire complice des rois-nègres, des aplatis, des rampants, des cocus
contents.
Pour le 400ième de Québec, le fédéral en a tellement mis que le public
commence à en prendre conscience et à réagir. J'ai bien hâte de voir
comment Céline Dion va s'en sortir. J’ose espérer que elle ne se laissera
pas manipuler. À Québec, ils ont même refusé de rendre hommage à Félix
Leclerc. Finalement, ça va se faire à Montréal. Il était sans doute trop
patriote! De plus en plus je crois que la première organisation des fêtes
du 400ième a été évacuée pour laisser la place à de p'tits trous de balle
(excusez l'expression mais je n'en trouve pas de meilleure pour les
décrire) fédéralistes sous la férule d'Ottawa pour être sûr de bousiller
l'essence de ces célébrations. On veut en mettre plein la vue mais l’âme de
la fête est absente. Il ne restera qu'à Sarkozy de France de venir mettre
un bouchon merdique sur ces fêtes en déclarant qu'il souhaite un Canada
uni.
Une question me ‘’chicote’’. Les gens de Québec, lors des célébrations de
la St-Jean (qui étaient magnifiques d’ailleurs), avaient leur fleurdelisé,
leur drapeau du Québec et l’arboraient fièrement. Comment se fait-il que
maintenant que le monde nous visite, on n'en voit plus ? Les organisateurs
des fêtes ont poussé l’insolence, l’insulte d’évacuer le fleurdelisé, même
les couleurs bleu et blanc du paysage de la ville. Peut-on être plus
colonisé !... mais les gens, les individus, vous, les habitants de la belle
ville de Québec, vous pouvez les sortir vos drapeaux.
Ce n’est pas encore défendu d’arborer vos convictions, votre appartenance
à ce que je sache. Si ça continue dans la même veine, si nous ne faisons
pas attention, on nous défendra d’arborer ce symbole de ce que nous sommes,
ça pourrait devenir un objet de provocation aux yeux d’Ottawa. Il est
interdit maintenant à Québec de manifester quelque opposition que ce soit.
La police est là, on emprisonne les récalcitrants même pacifiques. Vous
pensez que j’exagère ? Pensez à tout ce qu’ils ont fait pour garder leur
vache à lait dans ‘’l’pacage’’. Pensez à toutes les malversations, les
tricheries, le ‘’graissage’’ de nos soi-disant élites. Il n’y a rien à leur
épreuve. Vous vous souvenez en ’95 de la démonstration d’ « amour » du
Canada ?... d’amour subventionné… avec notre argent ?
Il n’y a que le petit peuple, comme vous et moi, qui, la main dans la
main, pouvons changer les choses. Bien sûr, il y aura toujours des vendus,
des défaitistes. Quelqu’un m’a écrit ceci : « Quitter le vaisseau fantôme
pour qui, pour quoi ? Le PI ? Changer le vaisseau fantôme pour ce canot
d’écorce à 3 ou 4% ? Ça va prendre de très bons rameurs de longues
distances pour arriver à destination. » C’est difficile d’être plus
défaitiste que ça.
Vous n’êtes pas ‘’tanné’’ de faire rire de vous ?... moi oui. C’est
maintenant qu’il faut agir. Pour cette personne qui m’a passé des
commentaires et qui craint les canots d’écorce, il faudrait peut-être se
rappeler que notre pays a été fondé à partir de ce moyen de transport. Il
n’en tient qu’à nous de se construire un magnifique voilier, celui qui peut
prendre la mer et la vaincre. Bien sûr qu’il y aura des tempêtes. Le
fédéral ne lâchera pas le morceau facilement. S’il tient tant que ça à
nous, c’est que nous avons de la valeur, donc si c’est bon pour lui, c’est
certainement meilleurs pour nous. Il ne faut pas lâcher.
Ivan Parent
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured a3e971571ab3c25a01e01d56d6b9d9d3

Ivan Parent403 articles

  • 348 691

Pianiste pendant une trentaine d'années, j'ai commencé
à temps partiel d'abord à faire du film industriel, de la vidéo et j'ai
fondé ma compagnie "Les Productions du LOTUS" Les détails seront visibles sur mon site web.
Site web : prolotus.net





Laissez un commentaire



8 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    13 juillet 2008

    Etat policier...mais aussi militaire.
    Vous vous rappelez de l'incident qui s'est passé à l'Assemblée Nationale lorsque quelques députés du PQ ne se sont pas levés pour saluer les soldats du 22e régiment qui devaient partir pour l'Afganistan?
    Eh bien, à Beloeil, nous avons un ex-militaire du Royal 22e qui est aussi l'éditeur du journal local et il a profité de sa situation pour vomir sa hargne sur le dos desdits députés et ce, d'une facon tout-à-fait démagogique et en plus, il a refusé de publier même une seule opinion contraire à la sienne dans son journal, laissant entendre ainsi que personne n'était en désaccord avec sa position.
    Il avait recu mon point de vue qui utilisait sa propre terminologie afin de lui démontrer qu'il faisait de la démagogie mais il ne l'a, bien entendu, pas publié. Même le Conseil de presse du Québec, allant à l'encontre de ses propres règles, ne l'a pas réprimandé mais lui a conseillé à l'avenir de publier les opinions des lecteurs.
    J'ai compris de cette expérience, que l'ex-militaire et éditeur de l'hebdomadaire avait le droit de faire de la propagande pour inciter les québécois à appuyer le Gouvernement du Canada à envoyer des soldats en Afganistan et ce, au détriment de la liberté d'opinion de ceux qui sont contre cette mesure.
    C'est ca la démocratie actuelle au Canada: interdiction de donner son opinion sur des sujets tabous. Si vous tentez de le faire, l'establishment répressif sera là pour vous en empêcher.
    Si le Québec ne se dépêche pas de se libérer complètement du Canada, les québécois, qui se préoccupent de leur confort présentement, vont être totalement dépouillés de tout droit dès qu'il sera évident qu'ils seront pour toujours sous le contrôle du Canada fasciste anglo-saxon.

  • Archives de Vigile Répondre

    12 juillet 2008

    M. Parent me répond : Je suis sidéré de constater que vous considérez le Québécois moyen comme un nul, un taré, un miteux qui se contente de sa ‘’p’ptite biére’’, son chàr, sa teevee pour suivre le hockey, etc., etc. Pitoyable !»
    Le Québécois moyen n'est pas mité ni miteux parce qu'il aime prendre ses aises avec sa bière le samedi soir. Le Québécois moyen ne se sent pas assez colonisé pour se révolter facilement avec tout ça. C'était bien le cas avant 1960 "quand Chaput D'Allemagne et Bourgault étaient notre héros" et encore un peu moins depuis 1976 quand le PQ a aidé à relever la fierté et les finances des francophones du Québec qui en avaient bien besoin. Le PQ était formé de grosses pointures : Lévesque, Parizeau, Morin, Claude et Jacques-Yvan, Charron, Garon etc...Il en reste encore plusieurs.
    On a encore du chemin à faire mais nous étions partis de très loin financièrement et autrement. On avait peu de millionnaires et maintenant, presque chaque cultivateur l'est une fois ou plus sans compter plusieurs propriétaires d'entreprises que nous connaissons bien.
    On a avancé dans la bonne direction même si nous ne sommes pas rendus à la pleine destination.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    12 juillet 2008

    M. Ivan,
    À ce "moment ici", comme dirait Chrétien, je donne raison à M. Bousquet. Je constate aussi depui un temps que vous avez subi l'influence de Me Cloutier dans la colère et parfois l'invective passionnée. Ce n'est pas le meilleur moyen de faire des adeptes et vous le savez: il faut dormir sur son message avant de l'envoyer. Mme Saulnier aussi nous le rappelle. Vous aurez beau prétendre que PI ne divise pas, il n'ajoute pas à l'effort. Le Parti de Lévesque est encore à l'Assemblée. On a trop coupé les jarrets à ses chefs et pas assez convaincu la génération montante du tort que nous fait le Canada. Ils sont le noeud gordien pour obtenir cette majorité qui nous manque si cruellement pour passer à l'action. Le Parti, faut pas le fuir et le dénigrer, faut l'encourager en lui forçant la main. Vous vous réclamez du RIN. C'est RRQ le successeur de Bourgault avec Patrick Bourgeois. Il a maintenant des martyrs de la police pour entrer dans les journaux gescaïens comme Robitaille le fait au Devoir hier. C'est là que votre belle énergie vous appelle. On ne vous veut pas dans l'obstruction, mais dans l'action efficace, Ivan. Lâchez-nous pas.

  • Archives de Vigile Répondre

    12 juillet 2008

    M. Bousquet,
    Je n’avais pas l’intention de répondre de nouveau ; je fais une dernière tentative. Je suis sidéré de constater que vous considérez le Québécois moyen comme un nul, un taré, un miteux qui se contente de sa ‘’p’ptite biére’’, son chàr, sa teevee pour suivre le hockey, etc., etc. Pitoyable ! Le problème que vous ne semblez pas voir est qu’il risque de tout perdre ça, petit à petit. Son ‘’char’’ comme vous dites, eh bien il ne le sort presque plus, le ‘’gaz’’ coùte trop cher et ça va être de pire en pire. La ‘’teevee’’ généraliste en est à ses derniers moments. Dans peu de temps on aura le choix que du cable ou du satellite, à gros prix. Ça aussi etc., etc. On ne contrôle presque plus rien au Québec. On n’a pas de levier de décisions, nous sommes en train de se faire coincer.
    Regardez à Québec ce qui se passe, tout pour nous faire disparaître, nous amoindrir. J’espère que vous l’avez constaté ! Mais ça ce n’est que la pointe de l’iceberg. Charest nous vend à qui mieux mieux. Landry l’a fait aussi. Jacques Parizeau s’est pour ainsi dire fait gommer après le référendum par Lucien Bouchard et son équipe. Lucien Bouchard aurait pu, après le référendum, contester en cours toute cette saleté fédérale qu’a exercé Ottawa vis-à-vis ce référendum. C’était une cause gagnée d’avance, c’était tellement évident, c’était pire encore que le scandale des commandites. Ce dernier en faisait d’ailleurs partie. RIEN n’a été fait. Vous ne trouvez pas ça étrange ? Tous les chefs du PQ par la suite n’ont RIEN fait pour la souveraineté, Jamais, sauf René Lévesque ou Jacques Parizeau, n’ont tenté d’expliquer aux Québécois POURQUOI il fallait faire la souveraineté, personne. Ils disaient quelquefois qu’il fallait le faire et c’est tout. Pas très motivant. Le PQ aurait dû être aux premières loges de l’indépendance, il est resté au parterre, en arrière de la salle en attendant que les membres lui disent quoi faire. Au lieu d’être aux commandes, il est à la traîne. Ridicule…..et c’est ça que vous préconisez de continuer ? Vous croyez que Mme. Marois va faire quelque chose de positif ? Vous avez le droit de croire à ça et aussi au Père Noël ou plutôt cette fois-ci à la Fée des Étoiles, c’est votre privilège.
    Je crois avoir dépassé le stage de l’enfance et je veux du concret. Ayez le courage de couper le cordon ombilical qui vous relie à l’illusion. Ce n’est pas facile mais un minimum de réflexion en gardant les yeux et l’esprit ouvert vous amènera invariablement vers une autre issue, pas nécessairement facile mais essentielle si on veut faire prospérer NOTRE pays ou même le garder en vie. Vous n’êtes pas tanné de faire conduire votre voiture par la belle-mère assise derrière. Prenez le volant de votre destinée vous serez plus sûr d’arriver à bon port.
    P.Q.= Province de Québec.
    Ivan Parent

  • Archives de Vigile Répondre

    12 juillet 2008

    Tout à fait d’accord avec vous Monsieur Bousquet. Je comprends cependant la frustration des gens plus âgés qui depuis leur 20 ans ont œuvré pour un Québec indépendant et qui aujourd’hui veulent désespérément ce pays avant de lever les pattes.
    Somme toute, un autre parti souverainiste ne profiterait qu’aux fédéralistes. Au lieu de morceler en 5 ou 8 partis l’idée d’indépendance et de se battre entre nous sur comment la faire, il faudrait mieux dans un premier temps recentrer tous les partis d’opposition (y compris l’ADQ) sur le besoin impératif de sauver ce qui perdure depuis plus de 400 ans. C’est une question de priorité. Sinon les Libéraux seront là pour longtemps...

  • Archives de Vigile Répondre

    11 juillet 2008

    Je me corrige. J'ai écrit : «L’ajout du PQ va travailler dans le même sens.» Fallait écrire PI à la place de PQ...s'cusez !
    Je ne suis pas du tout d'accord avec l'idée que le PQ ne tient pas faire la souveraineté du Québec. Il taponne, il niaise peut-être un peu, il temporise de temps en temps mais il ne peut aller plus vite que plus de 50 % de Québécois le veulent.
    Ceux qui disent et écrivent que le PQ ne parle pas assez de souveraineté, ce qui serait la raison du manque de conviction des Québécois, ont tort, selon moi. Si le PQ passait son temps à parler de ça, il ne ferait qu'écoeurer les Québécois à la place de les convaincre. Ils ont sorti des budgets de l'An 1, insisté sur le déséquilibre fiscal et tenté à droite et à gauche de convaincre mais ils ont 2 prises contre eux avant de commencer à jouer :
    1- Il y a 20 % d'Anglos qui votent à 98 % NON à la souveraineté du Québec parce qu'ils se sentent plus Canadiens que Québécois, ce qui n'est pas un péché comme tel.
    2- Le Québécois moyen ne se sent pas vraiment mal dans le Canada, il a souvent une assez bonne job et un boss pas trop pire, une maison, un char, un frigidaire avec de la bière dedans pour le hockey du samedi soir. Il va en vacances, se fait soigner gratuitement et correctement même si ça prend du temps, se chauffe l'hiver et mange à sa faim à la maison et/ou au restaurant. Ça le choque d'être servi en anglais à Montréal ou à Brossard mais il y va de moins en moins. Si on était traité comme les Palestiniens, ça ferait longtemps qu'on aurait voté OUI à la souveraineté.
    Comment pomper un Québécois satisfait de son sort pour le faire sortir du Canada ? Les fédéralistes ont plus chances à l'y conserver s'ils commencent à lui dire qu'il pourrait perdre sa job, sa maison, sa pension, alouette...ah !
    Fait que, un chef souverainiste a besoin d'être super-fort pour affronter tout ça. Peut-être avons-nous le bon ou la bonne actuellement si on lui en donne l'occasion à la place de le ou la critiquer à la première occasion.
    Avec mes salutations et ma compréhension.

  • Archives de Vigile Répondre

    11 juillet 2008

    M.Gilles Bousquet,
    Je ne vous ai pas nommé dans mon ''État Policier'' c'est par respect pour vous. Mais que vous faut-il pour comprendre que le PQ ne fera jamais l'indépendance, JAMAIS. On a pas besoin d'aller consulter Nostradamus pour constater ça. Depuis Jacques Parizeau, TOUS les chefs du P.Q. se sont défilé devant des prises de décisions quelque peu ''viriles'', sans faire d'allusions mal placées. Ils ne veulent plus rien savoir de l'indépendance. Ils chantent quelquefois la petite rengaine indépendantiste en catimini pour justement garder à peu près vivante leur ancienne garde indépendantiste comme vous, accrochés à des illusions. Ce n'est pas par plaisir que j'ai coupé le cordon ombilical qui me retenait au PQ depuis une quarantaine d'années mais je n'ai pas le choix ou plutôt oui j'ai le choix: rester assis sur mes fesses en attendant le jour béni où Mme. Marois va faire le travail, ce qui bien sûr ne viendra jamais ou foncer dans ''l'tas'' et tenter d'avancer malgré l'attentisme, l'immobilisme, l'inertie de gens qui, comme vous, attendent encore le messie. Le PQ ne fonctionne plus, c'est malheureux mais c'est comme ça, ouvrez-vous les yeux et constatez pas vous-même. Je le disais récemment et je suis loin d'être le seul, qu'ont fait de tangible les Marois / Duceppe dans le scandale de Québec? RIEN! C'est de notoriété publique.
    J'ai 66 ans monsieur, j'ai commencé à m'occuper de politique dans le temps de Pierre Bourgault et du RIN. Je ne suis pas comme les juifs qui attendent encore le messie après plus de deux mille ans n'ayant pas su apparemment le reconnaître. Les quelques années qui me reste à vivre, je veux les consacrer à mes enfants pour leur laisser un pays à eux. Mon pays s'appelle le Québec, pas Utopia. Je ne veux plus voir ces deux lettres P.Q. parce qu'elles signifient aussi Province de Québec.
    Ivan Parent

  • Archives de Vigile Répondre

    11 juillet 2008

    Vous m'écrivez : «C’est difficile d’être plus défaitiste que ça.»
    Je crois que c'est d'aller à la défaite que de quitter le bateau pour le canoë. Je comprend votre impatience mais je n'approuve pas les souverainistes qui quittent le PQ, ce qui perce un trou dans son fond déjà un peu percé par Québec-solidaire.
    L'état fédéral a tendance à être policier quand il se sent menacé. Notons que ce sont les Québécois qui ont élu le gouvernement très provincial et très fédéraliste de M. Charest, par qui entre le fédéral et son unifolié, à Québec et au Québec. La division des nationalistes entre Adéquistes, Québec-solidarité et péquistes y a contribué. L'ajout du PQ va travailler dans le même sens. Ça ne prend pas un cours de politique avancé pour comprendre ça...me semble.
    Ce qui pourrait changer le tout pour changer le canoë du PI en un beau voilier en acier bien armé, serait la venue de grosses pointures en plus de VLB pour couler complètement le PQ autrement, c'est Jean Charest qui sera le gagnant de ce tir au poignet. Je comprend qu'avec 2 à 3 % dans les résultats, les grosses pointures n'attendent pas en ligne. On peut confirmer ça avec l'ADQ.