Budget Audet: Le fond des générations décortiqué

Un énorme trou dans le budget du Québec

2006 textes seuls


Par Guy Cardinal
Pour s'attaquer au problème de la dette le gouvernement Charest a mis au rancart ses promesses de réduire radicalement les impôts des contribuables. Dans son budget présenté le jeudi 23 mars à l'Assemblée nationale, le ministre des Finances Michel Audet a annoncé la création d'un Fonds des générations destiné à contrôler la dette accumulée du Québec.
La dette du Québec dépassera 121,1 milliards cette année. «Le signal qu'on veut envoyer, c'est que la dette du Québec n'est pas hors contrôle» déclarait le ministre des Finance Michel Audet après le dépôt de son budget. Constituée des déficits budgétaires passés et des sommes dues aux régimes de retraite des employés de l'État, il faut ajouter les montants empruntés par les réseaux de l'éducation, des sociétés d'État et des municipalités. Total: 185,5 milliards, soit 64,2 % du PIB...
Le Fonds des générations se donne une vingtaine d'années pour ramener l'endettement public à des proportions plus acceptables, soit la moyenne canadienne de 25 pour cent du produit intérieur brut (PIB) au lieu de 44 pour cent actuellement.
Les fonds qui alimenteront le fonds des générations devrait provenir d'une redevance sur l'utilisation de l'eau potable. Aucun détail n'est cependant disponible quant à savoir quelles entreprises devront y contribuer.
Hydro-Québec sera mise à contribution, notamment par le biais d'une partie de ses bénéfices provenant de la vente à l'étranger de surplus d'électricité. De plus, la société d'État devra payer des droits hydrauliques. Pour utiliser l'eau de nos rivières, Hydro-Québec Production devra donc verser 64 millions $ dès 2007, puis 325 millions $ l'année suivante et 535 millions $ en 2009.
Des emprunts pour payer l'épicerie
Le gouvernement emprunte sans arrêt, notamment pour ses immobilisations et ses obligations à l'égard de ses employés. Or, selon M. Audet, s'il fallait que les taux d'intérêt augmentent, la situation serait catastrophique. Aux 7,5 milliards payés actuellement en intérêts, le gouvernement devrait débourser un milliard, sinon deux milliards de plus. Sans compter ce que devraient aussi ajouter les villes, les universités, les hôpitaux, etc.
Un montage financier et des critiques sévères
L'ancien ministre des Finances et chroniqueur pour le Journal de Montréal, Yves Séguin, s'interroge fortement sur le fonds des générations. « On peut même se demander si le Fonds des générations, qui est en théorie une bonne idée, aura un effet utile sur la dette, puisque le gouvernement se propose de l'augmenter dès cette année de 3 milliards $. En effet, le Fonds des générations versera à la Caisse de dépôt et placements du Québec des sommes afin de produire un rendement. Certes, ces sommes plus intérêts pourront un jour servir à rembourser la dette, mais il faut se rendre compte que dans la même période, la dette aussi aura augmenté. Au rythme de 3 milliards par année, pendant 20 ans, elle augmentera de 60 milliards ce qui, ajouté à la dette d'aujourd'hui de 121 milliards $, donnera tout près de 181 milliards $.
De plus, l'intérêt annuel sur la dette, autour de 6 ou 7%, est à peu près l'équivalent du rendement moyen que produira le Fonds. Autrement dit, dans 20 ans, les intérêts annuels sur la dette seront équivalents au rendement. Ainsi, le Fonds des générations n'aura sur la dette qu'un «effet homéopathique». »
Ce fonds des générations est astucieux. Il fait en sorte que l'essentiel sera assumé par Hydro-Québec qui alimentera ce fonds. Hydro devra donc payer à ce fonds les mêmes redevances hydrauliques que les producteurs privés d'électricité. Ainsi, c'est 600 millions par année que l'on espère retrouver dans le Fonds des générations. Le budget dit qu'Hydro devra absorber ses coûts par des gains d'efficacité et par l'augmentation des exportations.
Il faudra attendre jusqu'en 2025, dit le gouvernement, pour que le fonds dispose de liquidités suffisantes (30 milliards) pour commencer à rembourser. Le ministre Michel Audet a d'ailleurs admis, qu'il ne savait pas quand un premier réel versement sur la dette sera fait. Le Fonds des générations vise d'abord à rassurer les marchés financiers. «C'est une source de préoccupation majeure des investisseurs. Ils nous disent: 'Où est-ce que vous vous en allez avec ça'», a dit M. Audet.
À ceux-ci on pourrait ajouter les citoyens dans un budget à saveur pré-électoral.
Avec une dette aussi élevée et une courbe démographique descendante les Québécois s'attendaient à beaucoup plus qu'un budget masquara. Un budget qui ne fait que dépenser dans les thèmes à la mode. On aurait pu se réjouir qu'un politicien planifie enfin à long terme, mais dans le cas de la dette c'est trop peu trop tard. Il est déjà minuit moins une et le carosse risque de se transformer en citrouille.
Le budget Audet amène le Québec encore plus près du point de non-retour. Pour la première fois, sur des dépenses totales de 50,8 milliards de dollars - en excluant les 7,2 milliards du service de la dette - 34,9 milliards sont consacrés à la santé et l'éducation. Les dépenses combinées de la santé et de l'éducation ont atteint les 70% des dépenses de programme du gouvernement du Québec. Cela signifie que toutes les autres missions de l'État: les routes, la police, l'aide sociale, le transport en commun, la justice, la culture, etc. doivent se battre pour les 30% qui restent.
La question qui se pose et qui doit commencer à nous inquiéter est bien simple: au rythme où ça va, nous restera-t-il un État dans quelques années ou bien si tout sera dépensé en santé et en éducation? Que restera-t-il pour payer la dette? Le fonds des générations et son objectif pour 2025 semble déjà hors d'atteinte.
Le défi pour le Québec, ce n'est plus la santé, c'est la dette, mais il n'est pas rentable pour un gouvernement qui s'en va en campagne électorale dans moins d'un an de donner le coup de barre nécessaire. Quoi de mieux que de pelleter le problème de la dette en 2025 en le recouvrant du tapis du fonds des générations?
Source: Canoe, SRC, Cyberpresse, Echo-Actu.
Publié par Guy Cardinal le 02 avril 2006


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé