Politique

Appel à la nation québécoise

Québécoise, Québécois, exigez un front commun ! La nation ne peut plus se payer le luxe d’un autre gouvernement libéral !

Pacte électoral - gauche et souverainiste


Pourquoi unir les forces ? Parce que la division du vote, particulièrement chez les francophones, favorise la réélection du Parti libéral. Un front commun ultradynamique permettrait de faire voter les abstentionnistes qui sont les seuls à pouvoir mettre les libéraux dans l’opposition.

Avantage aux libéraux
Lorsqu’une circonscription est composée de moins de 70 % de francophones, un candidat libéral du PLQ s’y fait élire presque assurément. À la prochaine élection, le PLQ est d’ores et déjà certain de faire élire de 35 à 42 députés. Par conséquent, les libéraux n’ont à faire élire que 21 à 28 autres députés pour obtenir les 63 sièges qui leur assureront une autre majorité de quatre ans. Comme il y a 125 députés à l’Assemblée nationale, il faut qu’un parti, ou une coalition de partis, obtienne 63 des 83 à 90 sièges restants pour être majoritaire. Ce n’est pas une mince affaire puisque le vote francophone est très divisé et cela permet aux libéraux de se faufiler dans un bon nombre de circonscriptions.
Outre le comportement électoral des groupes linguistiques aux Québec, il n’y a qu’une raison qui explique pourquoi les libéraux ont pu être majoritaires aux dernières élections avec seulement 1,4 million de voix. Ce sont les abstentionnistes qui ont été extrêmement nombreux à ne pas se présenter aux urnes. Près de 2,5 millions de Québécois, soit 43 % des électeurs inscrits, ne se sont pas déplacés le jour du vote.
En moyenne, c’est 20 000 électeurs par circonscription qui sont restés froids devant l’offre du PQ (1,14 million de votes ou 35 %), de QS (125 000 ou 4 %), de l’ADQ (530 000 ou 16 %) ou des Verts (71 000 ou 2 %). Les 79 % de francophones de ces 2,5 millions de Québécois représentent près de deux millions de citoyens qui ont, potentiellement, un comportement électoral qui pourrait donner un gouvernement majoritaire autre que celui des libéraux.

Masse critique
Au cours des quatre dernières élections, le taux de participation a fléchi, mais les libéraux ont toujours réussi à maintenir une masse critique de votants, chose que le PQ n’a pas réussi à faire pour deux raisons. D’abord, le PQ a perdu des votes à gauche et à droite depuis 1994 puisque les débats politiques sont passés de l’axe du statut politique particulier du Québec au sein du Canada à un axe gauche-droite. Ensuite, les abstentionnistes ont fait beaucoup plus mal au PQ qu’au PLQ.
Si le PQ avait été en mesure d’attirer le quart des abstentionnistes de 2008, soient 625 000 personnes, il aurait obtenu facilement un gouvernement majoritaire. Ce n’est pas la division du vote qui a permis aux libéraux de gagner en 2008, mais l’abstentionnisme. Le PLQ a une clientèle fiable qui se mobilise le jour de l’élection, c’est sa plus grande force. Malgré tous les scandales qui collent à la peau des libéraux, ils risquent de reprendre le pouvoir parce qu’ils ont de fidèles partisans qui ne s’abstiennent pas.
Des 66 circonscriptions gagnées par les libéraux en 2008, 42 ont été gagnées par une majorité de plus de 3000 voix, dont 30 par des majorités de plus de 5000 voix. Avec en moyenne 20 000 abstentionnistes par circonscription, il n’y a qu’une seule façon de battre le PLQ, faire sortir le vote ! La clé de la prochaine élection, ce sont d’abord les abstentionnistes !

Quel front commun ?
Depuis 1994, l’appui populaire à l’ADQ a toujours été significativement plus élevé qu’à QS. L’allié pour battre les libéraux aurait dû être l’ADQ, car la position nationaliste, autonomiste et identitaire de l’ADQ n’était pas antinomique avec les aspirations d’indépendance nationale du PQ. Dans le contexte actuel, la position de la CAQ-ADQ va à l’encontre d’absolument tous les principes péquistes. L’ADQ renouvelée est une copie conforme des libéraux.
Les principes de la CAQ se résument à la génuflexion à perpétuité devant le gouvernement fédéral et à mettre sous le tapis la question nationale. Sur la question identitaire, c’est le vide. C’est le parti qui a appuyé l’antidémocratique loi 78. La CAQ a la même approche que les libéraux sur le gaz de schiste, le Plan Nord et sur la privatisation du pétrole d’Anticosti, donc aucunement nationaliste. Il n’y a pas front commun possible avec cette formation. C’est plutôt une coalition entre caquistes et libéraux que l’on risque de retrouver si les libéraux deviennent minoritaires.

QS, ON et le PQ se nuisent mutuellement
À la lumière de la tendance des derniers sondages, le PQ aura de la difficulté à devenir majoritaire et même minoritaire à la prochaine élection si les abstentionnistes boudent encore les urnes. Il y a certes une mobilisation contre les libéraux dans le Printemps érable québécois, mais rien ne garantit que les abstentionnistes se présenteront aux urnes. En fait, personne ne sait si ceux qui sortent dans la rue sont ceux qui s’abstiennent. Même avec un très grand nombre de nouveaux votants, les libéraux peuvent se maintenir au pouvoir si ces nouveaux votants se répartissent entre la CAQ, le PQ, QS, ON et les Verts.
Admettons que le quart des abstentionnistes de 2008 se déplacent à cause de l’effervescence du printemps québécois, il se peut fort bien que la répartition soit telle que le PQ ne puisse pas aller chercher suffisamment d’appuis pour devenir majoritaire. Par conséquent, la deuxième condition de victoire contre le PLQ est de minimiser la division des forces contre ces derniers.
Québec solidaire et Option nationale n’iront chercher aucune circonscription au PLQ. Pire, dans plusieurs circonscriptions comme Crémazie où le PQ a gagné par 1400 voix, le transfert politique d’électeurs péquistes vers Québec solidaire fera passer un candidat libéral. Avec le mode de scrutin uninominal à un tour, la montée en popularité de QS va directement avantager le PLQ.
Programme électoral
QS, ON et le PQ veulent ce que nombre de Québécois veulent. Ce sont des partis indépendantistes, à divers degrés certes, mais indépendantistes avoués. Les trois partis veulent qu’on redonne de la vigueur à la loi 101. Tous les membres de ces formations politiques désirent que les Québécois se réapproprient leurs ressources naturelles afin que les bénéfices tirés profitent à la nation québécoise et non aux intérêts privés.
Les trois partis ont vraiment à coeur la protection de l’environnement, la transition vers les énergies alternatives ainsi que l’indépendance énergétique. Tous portent le carré rouge, ce qui signifie une unité contre la hausse drastique des droits de scolarité. Tous veulent nettoyer l’État québécois de la corruption.
N’est-ce pas là un programme électoral simple à vendre et excitant pour les 2,5 millions d’abstentionnistes ? Finalement, ils ont tous intérêt à sortir le pire gouvernement de l’histoire du Québec. Au nom de l’intérêt suprême de la nation, pendant combien de temps encore peuvent-ils être désunis ?
Est-ce que Québec solidaire serait prêt à reconnaître Pauline Marois comme chef de gouvernement de coalition ? Au nom du programme électoral cité plus haut, est-ce que les coporte-parole de Québec solidaire seraient prêts à suggérer fortement à leurs membres une alliance stratégique avec le PQ ? Est-ce que les membres de QS seraient prêts à sacrifier la société idéale de leur programme au nom de la nécessité de mettre au débarras le gouvernement libéral ? Pour le PQ, est-on prêt à partager une parcelle de pouvoir avec un ou deux candidats élus de QS ? C’est simple, un minime partage du pouvoir contre l’acceptation d’un programme moins idéal, mais réalisable à court terme.
Des primaires pour le front commun
Pour éviter les tractations politiques, pour que le processus soit plus démocratique, pour mobiliser les membres de chaque parti et pour créer une effervescence dans les circonscriptions, il faut que les primaires du front commun soient organisées. À la limite, des candidats indépendants pourraient s’y présenter. Ce serait les membres en règle de chaque parti qui auraient le droit de vote.
Évidemment, le PQ a un appui populaire plus fort et a plus de membres, il part donc avantagé. Cependant, rien ne garantit qu’un candidat dit « péquiste » gagnerait. Par exemple, dans Nicolet-Yamaska, Jean-Martin Aussant, chef d’Option nationale, serait favori même si le PQ à plus de membres qu’ON. Si Québec solidaire réussit à présenter une grosse pointure dans Rosemont, ses chances sont très bonnes.
Enfin, le fameux comté de Gouin ! Le député péquiste d’expérience Nicolas Girard, qui a mis au jour le scandale des garderies, contre la coporte-parole de QS, Françoise David. De toute façon, un des deux (ou peut-être même les deux) sera éliminé à l’élection. Autant procéder à l’élimination avant le jour du vote, car il ne faudrait surtout pas donner la chance aux libéraux de se faufiler le jour de l’élection.
Les intérêts de la nation
Le plus grand obstacle n’est pas la complexité du processus, mais le fait de faire passer les intérêts de la nation devant les intérêts du parti.
Il faut unifier les forces avant la prochaine élection afin de simplifier le choix des électeurs le jour du vote. Il faut surtout créer un sentiment de puissance et de force pour amener les 2,5 millions d’abstentionnistes de l’élection de 2008 à renverser le gouvernement qui divise la nation québécoise pour mieux régner et partager avec les amis du régime.
Québécoise, Québécois, exigez un front commun ! La nation ne peut plus se payer le luxe d’un autre gouvernement libéral !
***
Pierre Curzi - Député indépendant de Borduas 5 juin 2012 Québec
Le but de cet appel est d’unir les forces pour favoriser l’élection d’un gouvernement progressiste et démocratique.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé