Accommodement électoral

Billet de Caroline


La ministre du Patrimoine canadien

Bev Oda n’entend pas céder.

Le financement des festivals d’été

peut attendre.

Les réductions des gaz à effet de serre

cela n’est pas davantage urgent.

L’économie et la sécurité d’un Canada distinct

voilà ce à quoi

un gouvernement responsable

doit veiller.
Les raisons de se séparer du Canada

ne manquent pas.

Elles sont historiques,

linguistiques, culturelles, logistiques,

économiques, environnementales, etc.
Pourtant, le 26 mars dernier

les électeurs québécois ont reporté au pouvoir

un parti canadien.

Les Canadiens gouvernent le Québec

à partir d’Ottawa et dans le Québec.
Les députés du Parti québécois

en s’opposant au budget Jérôme-Forget

avaient la possibilité

de défaire le gouvernement libéral.

Guidés par CROP-La Presse

ils ont choisi de le sauver.
Les libéraux auront largement le temps

de changer de chef

les adéquistes de recruter des candidats vedettes.
Les anglais et une large proportion d’immigrants

continueront d’accorder leur appui au Parti libéral

et les désenchantés du PQ à l’ADQ.
Les péquistes n’ont rien risqué.

Qu’obtiendront-ils ?



Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 565

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    6 juin 2007

    Mme. Moreno, suivez le conseil de M. Patrice Boileau qui est de se concentrer sur les succulentes grillades que nous promettent les chaudes soirées d’été, arrosées d’un bon rosé bien froid ou tous autres nectars viticoles.
    C'est bien beau la constitution mais nous sommes quand même mieux que les Palestiniens, en attendant des développements constitutionnels canadiens.
    On recommencera à se pomper à l'automne ou à l'hiver prochain avec les affaires constitutionnelles. Entre-temps, on fait sortir le poète en nous comme M. Boileau l'a fait et même...notre M. Couillard avec son verger du budget provincial Libéral.
    C'est la grâce que je nous souhaite...amen.

  • Lionel Lemay Répondre

    5 juin 2007

    Le Parti Québécois a manqué une belle occasion de reprendre le haut du pavé. Avec les Curzi et Drainville, deux personnes convaincantes, ils auraient pu mener une campagne électorale dynamique leur assurant une majorité de sièges et de voix leur permettant de proclamer notre indépendance et ensuite traiter avec le Canada anglais.
    Les Québécois d'origine semblent souffrir à la fois du syndrome de Stockholm et d'un complexe d'infériorité face aux anglo-canadians. Tant qu'ils ne donneront pas un appui majoritaire au PQ ou à une coalition de partis souverainistes, nos geôliers du Canada anglais continueront inlassablement à nous minoriser et à nous assimiler.
    Le Parti Québécois n'a pas encore démontré que nous sommes et serons encore plus minoritaires dans ce pays anglophone qu'est le Canada.
    Il est temps que les dirigeants du PQ se tiennent debout et disent tout haut aux Québécois que leur but principal est de faire la souveraineté. Il leur faut expliquer les désavantages de deux niveaux de gouvernement, deux impôts, deux cultures et deux langues qui sont incompatibles.
    Toutes les lois de l'Assemblée Nationale du Québec peuvent être refusées par les représentants de la Reine d'Angleterre ou invalidées par la Cour Suprême du Canada. Il serait si simple de voter pour avoir notre propre pays et contrôler notre propre destinée.
    Les événements des derniers jours prouvent que le Canada anglais a fermé la porte aux revendications du Québec et qu'il n'y a plus rien à obtenir d'eux.
    Les Irlandais nous ont donné l'exemple. Après les élections, le parlement irlandais proclama la république d'Irlande et accéda à l'autogouvernement en décembre 1921. Ce pays de 5,600,000 habitants est maintenant un des plus riches d'Europe.
    Le Parti Québécois aurait avantage à recruter des personnes ayant du sang irlandais dans les veines.