Marins d'eau douce

Billet de Caroline

Tout ce que les électeurs ont à faire

le jour du vote

c’est se rendre dans un bureau de scrutin

et faire une croix

à la bonne place.

Est-ce vraiment la population du Québec

qui ne voulait d’élections ?
Un gouvernement de coalition ADQ-PQ

ne pouvait-il pas être envisagé ?
Qu’est-ce que le PQ a gagné

en se pliant au budget Forget

sinon un peu de temps ?
L’histoire retiendra que ceux qui ont remporté

cette épreuve de force

sont les libéraux et les adéquistes.
Comme le juge Bernard Grenier

le PQ ne veut pas « faire de vagues ».

Et la meilleure façon de ne pas faire de vagues

est de ne pas se jeter à l’eau.

Tout un acte de bravoure.
Les indépendantistes devront s’emparer

de ce parti de mauviettes dépolitisé

ou fonder un parti véritablement indépendantiste.
Nous avons plus que du temps à gagner.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 550

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    5 juin 2007

    Bonjour madame Moreno.
    ''Les indépendantistes devront s’emparer
    de ce parti de mauviettes dépolitisé
    ou fonder un parti véritablement indépendantiste.''
    Très juste...
    Emparons-nous de cettte épave à la dérive.
    J'invite tous les indépendantistes, les séparatistes et les souverrainistes (ou de je ne sais quel vocable) à réactiver leur carte de membres du PQ.
    5 $ par an, c'est pas la fin du monde. Ce qui ne n'empêche pas par ailleurs d'avoir un parti indépendantistes.
    En parralèlle ou dans l'interne du PQ !
    Ce que l'histoire retiendra de la lâcheté du PQ dans cette crise budgetaire, tient peut-être de la nature profonde de ce qu'il est devenu.
    Mais pourquoi en est-il rendu là ?
    A-t-il été évidé de la substantifique moelle ?
    Ne quittons pas le navire, pour ceux qu'ils ne l'ont pas déjà quitté. Regagnons-le pour ceux qui ont quitté.
    Faisons comme les Gère-mènes et les ''aut' matantes'' et arrivistes qui dirigent ce parti variqueux depuis trop longtemps, Emparons-nous du PQ !
    On tentera au PQ de redefinir le programme, influençons-le donc.
    S'il ne va pas dans le bon sens. Le PQ sera fini de toutes les façons, on a pas besoin d'un deuxième parti libéral, n'est-ce pas, il y en a dèjà un.
    Alors, on les laissera se planter (les plus méchants les aideront), mais nous nous gardererons nos cartes de membres. On se parlera entre nous.
    La déblacle n'en serait d'ailleurs que plus grande; plus elle sera grande, plus il sera facile d'en reprendre les guides.
    L'avenir se prépare aujourd'hui. Préparons avec sereinité et sans presse, l'après-Marois.
    Il était un petit navire, il était un petit navire, qui n'avait ja-ja-jamais navigué............ohé, ohé.
    Gilbert.:
    Terrebonne.

  • Archives de Vigile Répondre

    1 juin 2007

    Mme. Moreno,
    Bien malin(e) qui peut dire à quel parti rapportera cette saga budgétaire, même si vous pensez que c'est le PQ qui va écoper. Il ne me semble pas qu'il y ait eut solution plus intéressante pour chaque parti que celle retenue. Les péquistes vont maintenant avoir le temps requis pour couronner Mme. Marois, les Adéquistes, celui de prendre de l'expérience et de se recruter quelques candidats de prestige et les Libéraux de se débarrasser de leur chef actuel par un ou une plus populaire.