Une victoire ? mais quelle victoire..?!

Bref, ce qu'on appelle la victoire de Mario Dumont est à mon avis le résultat de plusieurs facteurs

Québec 2007 - Résultats et conséquences


Le Parti québécois n'est pas le seul qui devrait se remettre en question suite au verdict populaire du 26 mars 2007. Toutes les forces de gauche au Québec devraient se sentir concernées par ce tsunami de protestation qui vient de frapper la classe politique. Ceux-là même qui craignaient la montée de la droite au Québec devraient tirer une grande leçon de réalisme de la division qu'ils se sont eux-mêmes infligée. Je vois dans ce verdict moins une victoire de l'ADQ que celle d'un certain cynisme face à la classe politique. Presque 30% des électeurs n'ont pas voté alors qu'on prédisait un record de participation. La majorité des électeurs qui ont voté en faveur de l'ADQ ont exprimé une colère légitime et Mario Dumont, le seul des trois chefs épargné par l'exercice du pouvoir, a bien su la récupérer.

Bref, ce qu'on appelle la victoire de Mario Dumont est à mon avis le résultat de plusieurs facteurs:

01- Le manque de réalisme et de savoir-faire politique de la gauche ainsi que son incapacité à former une coalition solide face au vent de droite.
02- Le fait que le discours de gauche soit concentré à Montréal provoquant une réplique des régions.
03- Le cynisme grandissant généré, depuis les 15 dernières années, par les promesses non tenues des partis élus.
04- La démission des intellectuels et des artistes de l'engagement politique a certainement contribué à l'ampleur du cynisme.
05 L'intervention du gouvernement fédéral en pleine campagne électorale, sans être aussi déterminante qu'on l'aurait cru, elle n'a pas nui à Dumont.
06- La responsabilité de la classe médiatique d'avoir réduit la campagne électorale à un sport où le plus agressif et le plus manipulateur passe pour le plus habile. La plupart des analyses politiques ont été davantage fondées sur les performances des chefs que sur leurs programmes.
07- La démagogie de certaines radios dans les régions, exploitant le ras le bol des gens, a certainement joué un rôle dans l'orientation du vote.
08- Le faux débat sur les accommodements raisonnables a été révélateur d'une vulnérabilité collective qui favorise le repli sur soi propre à la droite. On n'a jamais vu
la peur de l'autre, aussi exploitée par politiciens et médias confondus.
09- Le fait d'insister sur la tenue d'un référendum sur la souveraineté sans donner le moindre détail sur le projet de pays donne l'impression que la souveraineté est devenue plus une marque de commerce qu'un projet de pays ?
10- Nationaliste ne veut pas dire souverainiste et être souverainiste ne veut pas dire être de gauche. Combien de souverainistes ont-ils voté ADQ ?
11- À tous ces facteurs, ajouter le savoir faire de Mario Dumont dans l'art de manipuler un Québec qui ne sait plus ce qu'il veut ni ce qu'il est.

La victoire de Dumont n'a d'égale que l'échec d'un Québec qui se cherche difficilement. Certains nouveaux arrivants ont probablement exacerbé des malaises déjà existants. La laïcité, la social-démocratie et la souveraineté sont les objets principaux de ces malaises que la droite récupère à son avantage.

En 2002, au deuxième tour de l'élection présidentielle, toute la gauche en France s'est mobilisée pour former un mur contre l'élection de Jean-Marie Lepen. Avant 4 ans, le Québec aura à vivre l'expérience du deuxième tour qui sera peut-être l'expérience de la dernière chance pour les souverainistes d'aujourd'hui. Dans tous les partis politiques, les forces de gauche, souverainistes ou pas, auront l'occasion historique de sauver le Québec de ses propres ombres. La petite cause de chacun devrait se rallier à celle de l'autre pour en faire une plus grande.

J'écrivais dernièrement que quelques soit l'issu du scrutin du 26 mars 2007 c'est la démocratie au Québec qui en sortira plus que jamais gagnante.
J'aimerais encore le croire en ayant une pensée particulière pour un homme. Je l'avais croisé le 14 avril 2003 dans un bureau de scrutin à Montréal. Il faisait la file et attendait son tour pour exercer son droit de vote. Cet homme avait une larme à l'œil. Très ému de savoir qu'il allait voter pour la première fois de sa vie. Il me racontait qu'au pays d'où il venait, la seule fois où il a failli voter, une vague de violence l'avait empêché de sortir de chez-lui. Je ne sais pas pour qui il avait voté, mais ce 14 avril 2003, c'était en toute évidence son premier rendez-vous avec la liberté.

J'espère pour cet homme venu d'ailleurs, qu'il sera encore plus heureux de voir au Québec une réforme approfondie du mode de scrutin pour améliorer la santé de la démocratie québécoise. Et pourquoi pas pour les prochaines élections ?


D'ici la prochaine étape, la vie continue...



Mohamed Lotfi


''Super Mario''

reportage / entrevue

http://www.souverains.qc.ca/smario.html



Featured c1b90b95f48d836a2ad7fea989740b7e

Mohamed Lotfi66 articles

  • 59 557

Journaliste et réalisateur de l'émission radiophonique Souverains anonymes avec les détenus de la prison de Bordeaux





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé