La peur de «l'autre» !

Tribune libre

Problème : La laïcité a été tellement récupérée et instrumentalisée par des mouvements identitaires que le moindre rappel à ses principes est devenu synonyme de peur de "l’autre".

Ce n’est pas avoir peur de l’autre que de protéger le politique de toute intrusion religieuse. La neutralité de l’état en occident n’a pas attendu l’arrivée d’un certain islam pour s’imposer comme un principe fondamental de la démocratie.

Non, ce n’est pas avoir peur de "l’autre" de lui rappeler qu’une prière au parlement canadien, de quelque religion que ce soit est une entorse à la primauté du droit.
Ce n’est pas avoir peur de "l’autre" de lui rappeler que sa liberté de conscience serait encore mieux protégée en prenant ses distances des manoeuvres politiques et politiciennes.

En priant au parlement canadien, au coeur de l’État, le groupe Ahmadiyya Muslim Association ne fait que nourrir les amalgames qui n’ont pas lieu d’être entre la religion et l’État contribuant ainsi à cette peur de "l’autre".

Le parlement canadien en autorisant cette prière ne mesure pas les conséquences d’un tel geste. À regarder cette image d’une prière au parlement, certains citoyens regrettent déjà le temps de Harper !

Cette prière au parlement est la suite d’autres prières, celles qui ont mis en scène le premier ministre Justin Trudeau dans des mosquées canadiennes. C’est moins un geste de tolérance et d’ouverture qu’un geste racoleur ! Électoraliste. Réduire "L’autre" à sa religion est une forme de mépris.

Et pour le dire simplement, quand la prière devient un moyen de charmer et séduire la politique, ce n’est plus une prière, c’est de la politique.

Le rappeler n’a rien à voir avec la peur de "l’autre" !

Autrement dit, on peut être laïque sans tomber dans le repli identitaire.

Featured c1b90b95f48d836a2ad7fea989740b7e

Mohamed Lotfi66 articles

  • 60 110

Journaliste et réalisateur de l'émission radiophonique Souverains anonymes avec les détenus de la prison de Bordeaux





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    28 octobre 2016

    D'accord avec le commentaire qui fait remarquer que les mots «repli identitaire» révèle une forme de «mépris» pour la défense de l'identité. Et je crains que la «laïcité intégrale» ne laisse pas beaucoup de place aux marques de notre histoire religieuse. J'espère qu'on ne recommencera pas une chasse aux croix qui envoient un «message idéologique». Sur ce sujet, on n'a pas besoin d'une révolution française.

  • Pierre Cloutier Répondre

    27 octobre 2016

    Comme le fait remarquer très justement Me François Côté dans sa prestation en commission parlementaire sur le projet de loi 62, la laïcité c'est plus que la "neutralité de l'État". La laïcité repose sur le postulat de base que la religion n'a pas sa place dans l'espace civique - l'espace institutionnel - parce que la croyance est une affaire privée et que la manifestation de cette croyance par des signes religieux ostentatoires devient non plus, une affaire privée, mais un comportement social qui affecte le droit des autres à ne pas partager cette croyance. La neutralité de l'État suppose que l'État ne dit rien face à la manifestation de ces croyances religieuses ou les tolère en permettant des "accommodements dits raisonnables" alors que la laïcité les interdit formellement. Si on permet la manifestation des croyances religieuses dans l'espace civique, qu'est-ce qui interdira à un fonctionnaire de manifester ses "croyances" politiques, ou même "commerciales" dans l'espace civique?. Ne nous trompons pas : la religion est un "message" idéologique et permettre à un fonctionnaire de se servir d'une plate-forme publique, comme une institution de l'État, pour passer son message idéologique est une aberration. Cela ne fera que diviser encore plus les citoyens et provoquer la haine et la méfiance dans la population, en particulier contre l'islam. Le "communautarisme" n'est pas le "vivre ensemble". C'est exactement le contraire : c'est monter les communautés les unes contre les autres en favorisant et en renforçant le lien identitaire basé sur autre chose que la citoyenneté de base.

  • JaDe Deziel Répondre

    27 octobre 2016

    Merci pour ce texte courageux, intelligent et limpide. En effet, réduire "l'autre" à sa religion est une forme de mépris.
    Réduire la prière à un spectacle est également méprisable, surtout quand l'intention réelle de la "prière" est l'intérêt politique.
    Justin est très occupé à se faire une jolie image, avec déguisements à l'appui, pour paraître gentil, ouvert, mignon mignon..., voire pleurnichard, juste ce qu'il faut.
    Devons-nous lui rappeler qu'il n'enseigne plus le théâtre à Ottawa, mais qu'il est premier serviteur i-e premier ministre ? Pour le théâtre, il y a le CNA à ottawa. Là au moins, on peut voir de vrais talents. S.v.p. Justin, arrête ton cinéma ! Et surtout: démontre un minimum de sincérité dans ta fonction.Tu fais tellement superficiel ET, racoleur, comme si bien dit dans le texte ci-haut.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    27 octobre 2016

    Repli identitaire!
    Synonymes de repli:
    accident accumulation éminence anticlinal approvisionnement arête évacuation cachette coin commissure contraction cuvette décrochage dédale défense dôme dépression détour fanon fronce méandre noeud ondulation orbe ourlet plissement pliure poche réserve rétraction recoin recul reculade reculement reflux rempli repliement retrait retraite revers ride secret sinuosité synclinal thalweg tréfonds
    Identité:
    Caractère permanent et fondamental de quelqu'un, d'un groupe, qui fait son individualité, sa singularité : Personne qui cherche son identité. Identité nationale.
    Un concept noble (identité) qu'une expression (repli identitaire) veut dégrader (reculade)

  • François Ricard Répondre

    27 octobre 2016

    Au XXIe siècle, l’État n'a pas à croire ni en Jéhovah, ni en Jésus-Christ, ni à Allah. Et, en contre partie, tous les croyants en ces religions doivent respecter intégralement cette neutralité de l'état. Seule la laicité intégrale permet à l'état de demeurer imperméable à toute religion.