Une ambition pour le Québec: une éducation accessible pour tous

Face à la crise qui secoue la société québécoise, il est urgent d’élever le débat et d’aller au fond des problèmes. Que nous révèle cette crise ?

Crise sociale - printemps 2012 - comprendre la crise





Face à la crise qui secoue la société québécoise, il est urgent d’élever le débat et d’aller au fond des problèmes. Que nous révèle cette crise ?
Depuis des mois, des milliers de jeunes (et de moins jeunes) manifestent sous différentes formes leur inquiétude face à l’avenir de notre société ; c’est une inquiétude profonde qui dépasse largement le problème des droits de scolarité. Les « indignés », les casseroles et des mouvements tels qu’Occupy Wall Street s’inscrivent dans le même contexte. Celles et ceux qui y participent appellent de leurs voeux une société plus juste, égalitaire et solidaire.
Devant ces mouvements, le gouvernement du Québec n’est pas à la hauteur. Il est de mauvaise foi en affichant une volonté de négocier avec les étudiants, tout en affirmant qu’il ne cédera pas. Il a fait adopter une loi très spéciale, indigne d’un État de droit, qui ressemble à la législation répressive que Poutine vient de faire passer en Russie. Charest-Poutine, même combat ? Les arguments du gouvernement québécois volent de plus en plus bas.
On se souvient des remarques de Jean Charest, chef d’un gouvernement qui semble avoir perdu le nord, sur les jeunes qu’il faudrait y envoyer. Les récentes déclarations de la ministre de la Culture témoignent d’un déficit de culture du débat démocratique. Le ministre des Finances s’est fait terrible simplificateur en opposant ceux qui préconisent le gel des droits de scolarité ou la gratuité à ceux qui « veulent financer les universités ». Dans de nombreux pays, la gratuité de l’éducation universitaire est une réalité ; est-ce que les gouvernements des pays en question, tels que la Suède et la Finlande, ne financent pas leurs universités ?
Essayons de clarifier certains concepts fondamentaux et de nous interroger, comme le font des milliers de citoyens, sur le genre de société que nous voulons construire au Québec.
L’éducation
Face au danger évident de la marchandisation de l’éducation, il faut affirmer haut et fort que l’éducation n’est pas une marchandise que l’on achète. Elle occupe une place centrale parmi les droits de la personne ; elle est à la fois un droit fondamental en soi et une des clefs de l’exercice d’autres droits de la personne. Elle doit assurer à toute personne la possibilité de développer et d’exploiter tout le potentiel dont elle est porteuse en naissant. L’université, depuis des siècles un haut lieu de l’éducation, est un lieu privilégié de la transmission non seulement de connaissances, mais aussi, et surtout, d’une pensée analytique, critique et globale.
Le droit à l’éducation
Le droit à l’éducation, c’est évidemment bien plus que le droit d’accéder aux salles de cours. Il implique notamment des exigences d’accessibilité économique, comme le fait remarquer le comité onusien qui surveille l’application du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels dont le Canada fait partie.
L’article 13 du Pacte stipule que « l’enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité […] par tous les moyens appropriés et notamment par l’instauration progressive de la gratuité ». Des études comme la Higher Education Strategy montrent qu’au Canada et aux États-Unis, l’accessibilité de l’éducation universitaire va en diminuant alors que dans de nombreux autres pays elle augmente. En Amérique du Nord, le fardeau de la dette pèse lourd sur les étudiants. Aux États-Unis, on suit avec inquiétude l’évolution de cette « bulle ».
Par ailleurs, la charge de la dette accumulée lors des études a de nombreux effets pervers, dont celui de limiter le choix de carrière pour les étudiants qui sortent de l’université. Ainsi, j’ai vu de nombreux étudiants idéalistes qui auraient voulu s’engager pour de nobles causes, comme des organisations non gouvernementales de droits de la personne, opter finalement, sous la pression de leur dette, pour des postes bien rémunérés dans des cabinets d’avocats à New York ou à Boston, leur permettant de rembourser celle-ci aussi rapidement que possible.

Le rôle de l’État
Dans une société qui se veut égalitaire et solidaire, une responsabilité importante incombe à la communauté, à l’État, par exemple en matière de sécurité, de santé publique, mais aussi en matière d’éducation. Nos dirigeants politiques croient-ils encore à ce rôle de l’État ? Test révélateur : envoient-ils leurs enfants dans les établissements scolaires publics ?
Un des arguments invoqués ad nauseam en faveur de la hausse des droits de scolarité est que ceux-ci sont plus élevés ailleurs au Canada et aux États-Unis. Or le Québec, qui tient à affirmer sa différence, est-il condamné à être et à rester prisonnier du système nord-américain ? Ne pourrait-il pas avoir une autre ambition, un autre dessein - celui d’aller progressivement vers la gratuité des études universitaires ?
Assurer une éducation accessible à tous, c’est miser sur l’avenir d’une société. Évidemment, il ne faut pas s’attendre à ce que le gouvernement québécois actuel, adepte du fondamentalisme du marché et de l’idéologie panéconomique, s’engage dans cette voie.
***
Peter Leuprecht - Professeur de droit international public, ancien doyen de la Faculté de droit de l’Université McGill, ancien directeur de l’Institut d’études internationales de Montréal (UQAM)


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé