Surtout péquiste, un peu solidaire…

16a9b07044a176f10802e9bfd08e42a0

Brian Myles est un propagandiste solidaire : il accuse le PQ de saboter l'alliance avec QS, et prône encore le rapprochement des deux partis...

Le Parti libéral du Québec (PLQ) se cherche. Conservateur sous Jean Charest, pseudo-caquiste dans la première moitié du mandat du premier ministre Philippe Couillard, le parti a retrouvé une fragile vertu progressiste à la faveur de surplus budgétaires arrachés sur le dos des familles et des enfants.


Rien ne saurait faire oublier le souvenir des parents, enfants et éducateurs qui faisaient la chaîne humaine pour « protéger » leur école, au plus fort des compressions en éducation. Le premier ministre a moult fois expliqué l’impérieuse nécessité de redresser les finances publiques du Québec — un objectif louable. En choisissant de l’atteindre aux dépens de l’éducation, pendant que le salaire des médecins spécialistes prenait une tangente exponentielle, il a fait preuve d’un manque de vision impardonnable.


Le PLQ de la dernière année n’a pas à rougir de son bilan. Le nouveau ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, figure parmi les titulaires de ce poste les plus compétents de la dernière décennie. Le gouvernement sortant promet de faire de l’éducation une priorité, avec un réinvestissement massif de 3,3 milliards de dollars. Comme le soulignaient dans nos pages Suzanne-G. Chartrand, Jean-Yves Richard et Guy Rocher, le programme libéral relève encore « d’une vision individualiste et économiste » de l’éducation. La lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales, de même que l’accessibilité à l’éducation (le plus grand acquis de la Révolution tranquille) sont isolées les unes des autres dans la vision libérale. Ce manque de cohésion limitera l’impact des réformes, qui, soit dit en passant, n’effaceront pas le recul des 15 dernières années.


Mais il y a plus important encore. Les libéraux furent au pouvoir pendant 13 des 15 dernières années. C’est un parti exsangue, comme en attestent le départ de vingt députés sortants et les difficultés à recruter des candidats de prestige, hormis de rares exceptions. L’alternance est souhaitable en démocratie pour le renouvellement des idées, des élus et des politiques publiques. Elle constitue le seul véritable gage d’introspection et de renouveau pour les formations politiques. Le PLQ est mûr pour cet exercice. Un séjour dans l’opposition serait bénéfique aux libéraux, avec l’espoir que les valeurs progressistes retrouvent chez eux un enracinement profond et durable.


La CAQ présente une équipe du renouveau. Gonflée par le souffle frais des sondages, elle a pu recruter des candidats de prestige. Nul ne peut douter que les candidats de la CAQ apporteront une contribution positive aux travaux de l’Assemblée nationale. Ils ne sont pas tous de vils populistes et des menaces à la paix sociale. Le problème de la CAQ, c’est son chef. À part l’économie et les finances publiques, François Legault maîtrise mal ses dossiers et ne semble pas s’intéresser à ce qu’il y a de plus précieux pour l’identité québécoise : la culture et la langue. Son test des valeurs pour les immigrants est un ridicule charabia qui plongerait les nouveaux arrivants ne maîtrisant pas le français dans une zone de non-droit : ni citoyens ni expulsés, ils deviendraient des Canadiens errants de l’époque contemporaine. Triste perspective pour le « vivre-ensemble », nécessaire, quoi qu’en pensent les tenants du discours identitaire. Ceux-ci devraient s’intéresser, à l’occasion, à l’altérité. Le Québec n’a pas un problème d’immigration, il fait plutôt face à un défi d’intégration des immigrants, que François Legault n’est pas en mesure de relever avec son approche punitive.


L’incohérence de M. Legault se manifeste aussi en environnement. Il veut encourager les transports collectifs tout en construisant un troisième lien entre Québec et Lévis, élargir les autoroutes, remblayer les milieux humides, faciliter la vie aux minières, soumettre à nouveau l’île d’Anticosti à l’exploration pétrolière, sans oublier bien sûr de lutter contre les changements climatiques.


Un gouvernement de la CAQ sera un gouvernement « girouette », sans véritable plan autre que celui de sabrer la fonction publique, par principe. Tout comme le PLQ, la CAQ fera passer l’économie avant l’environnement. Elle reprendra le combat pour l’austérité là où l’ont laissé les libéraux avant de préparer leur réélection. M. Legault incarne un changement, mais lequel ? En dépit de l’élan dont il bénéficiait au début de la campagne, il n’a pas su exprimer clairement sur quelle voie il mettra le Québec.


Rien n’est plus navrant, ces jours-ci, que la mésentente entre le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS), les deux seules formations qui défendent l’idéal de la social-démocratie à la québécoise et qui aspirent encore à faire du Québec un pays. Dans la plus pure tradition du mouvement souverainiste, le PQ et QS ont perdu de vue la poursuite du bien commun pour s’abandonner à des guerres fratricides.


Le chef péquiste, Jean-François Lisée, a complètement sapé les bases d’une campagne sans faute en s’en prenant à la co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Manon Massé, pour l’échec de la convergence souverainiste. S’il est vrai que QS a le mauvais rôle dans l’échec des discussions pour un rapprochement avec le PQ, il n’en demeure pas moins que M. Lisée vient de couper les ponts. Par son attitude, il représente maintenant l’un des principaux obstacles à la réunification des forces progressistes. L’heure de l’examen de conscience viendra bien assez tôt, pas seulement au PQ, mais aussi à QS. Les solidaires donnent l’impression de vouloir construire leur maison sur les cendres du PQ, pour ensuite se poser en seul garant de l’option indépendantiste et de la social-démocratie. Ce n’est pas souhaitable.


Le Québec a besoin de ces deux formations à l’Assemblée nationale, pour des raisons différentes. Québec solidaire a une véritable conscience de gauche. La cohésion de son message environnemental rapproche les solidaires des verts européens. Manon Massé parle « vrai », avec conviction. QS demeure toujours très clair sur ses intentions, n’en déplaise à ses critiques : la formation veut pousser la social-démocratie québécoise à gauche de la gauche. Ses promesses et son cadre financier annoncent le retour de l’État-providence comme aux belles années de la Révolution tranquille, la croissance démographique en moins pour doper l’économie.


Ce discours du tout à l’État détonne dans le contexte actuel. Le programme économique de QS et son cadre financier ne manquent pas d’optimisme, à défaut de réalisme. La nationalisation tous azimuts, la vision réductrice de l’économie au seul apport des PME et des groupes communautaires, l’ingérence de l’État jusque dans les finances personnelles des Québécois constituent autant de sources d’irritation dans la vision économique de Québec solidaire. Ce parti deviendra une véritable solution de remplacement au PQ le jour où il sera capable de se réconcilier avec l’économie de marché et d’interpeller le plus grand nombre, sans pour autant abdiquer ses volontés d’aplanir les inégalités sociales et de répartir la richesse.


Dans l’immédiat, le PQ demeure le mieux placé pour jouer ce rôle, ce pour quoi il a un avantage. Son programme en environnement n’a pas à rougir des comparaisons avec celui de Québec solidaire, et il a d’ailleurs suscité les éloges de la Fondation David Suzuki et de Greenpeace Québec. En éducation, les engagements du PQ répondent à un éventail de préoccupations. La décennie de l’alphabétisation, en dépit d’un certain flou, est une idée qui mérite d’être explorée. Le renforcement du réseau des CPE, l’une des plus belles réussites de Pauline Marois, demeure un incontournable de la réussite éducative. En matière de protection du français, de préservation de l’exception culturelle et du modèle d’intégration axé sur l’interculturalisme, le PQ garde le cap. On oserait croire que ce parti est encore celui du rassemblement, mais Jean-François Lisée a démontré l’exact contraire dans le sprint final. Il faut voir au-delà de son chef et se rappeler que le PQ a fait preuve de constance et de pragmatisme dans la défense des intérêts du Québec.


Cet appui n’est pas inconditionnel. Le PQ ne peut prétendre au monopole de la vérité sur la feuille de route vers la souveraineté. En matière d’immigration et d’intégration, il doit garder le centre et résister à l’appel des vieux démons de la charte des valeurs. Ce n’est pas du repli et de la peur de l’autre que naîtra l’appétit pour le pays encore lointain, surtout chez les plus jeunes.


> La suite sur Le Devoir.