Surtout pas de vagues!

Charest en fin de régime - L'art de ne rien faire

Il n'a pas fallu de temps au premier ministre Charest pour prendre une distance polie, mais ferme, des résolutions les plus controversées adoptées ce week-end par la Commission-Jeunesse du PLQ. Hausse majeure des droits de scolarité, remise en cause des pratiques syndicales, enseignement universel de l'anglais par immersion en sixième année... autant de sujets qui n'avaient rien pour faire honte à un ancien conservateur, mais dont M. Charest préfère désormais se dissocier.
Tous les ans, au début août, revient le congrès de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec comme un signal de la rentrée politique prochaine à Québec.
Il y a deux ans, les jeunes avaient fait parler d'eux à cause d'une résolution demandant l'adoption d'une charte des grands projets destinée à répondre à ceux qui se plaignent de l'immobilisme causé par l'opposition des groupes contestataires. L'an dernier, c'est la déclaration du nouveau président de la Commission-Jeunesse, François Beaudry, voulant que le Québec soit une province bilingue qui avait fait des vagues. Cette année, ce sont les résolutions portant sur la démocratie syndicale, ou l'absence de démocratie, sur la nécessité de hausser les droits de scolarité et d'universaliser l'enseignement de l'anglais par immersion qui ont retenu l'attention. De toute façon, quels que soient les sujets, c'est moins l'opinion des jeunes militants que la tenue de l'événement lui-même qui compte pour les bonzes libéraux qui se doivent de faire un peu de place à la relève au sein du parti.
C'est aussi l'occasion pour le chef de parti, et premier ministre depuis 2003, de profiter du discours de clôture pour offrir un avant-goût de la saison politique à venir. Il y a deux ans, M. Charest avait critiqué la lenteur du fédéral en matière de financement de l'éducation postsecondaire et annoncé que le Québec n'attendrait pas l'argent d'Ottawa pour injecter les millions qui manquent. L'an dernier, c'était au tour du chef de l'ADQ de faire l'objet des attaques du premier ministre pour sa position frileuse en matière d'immigration.
Cette année, M. Charest n'a voulu attaquer personne, pas même l'opposition, ni soulever de débats. Au contraire, il s'est contenté de rappeler un thème qui lui est cher, celui de l'ouverture économique que la visite prochaine du président français devrait concrétiser dans des textes, et de jouer les modérateurs auprès des jeunes du PLQ.
Ainsi, en matière d'enseignement de l'anglais, le gouvernement étudiera l'idée d'offrir six mois d'immersion à tous les élèves de sixième année, mais compte tenu des coûts d'une telle mesure et de la nécessité pour les libéraux de redorer leur image à titre de défenseurs de la langue française, on devine que l'immersion pour tous ne fera pas partie du programme.
De même pour la démocratie syndicale. Après s'être fait un ennemi personnel du mouvement syndical qu'il a attaqué de front dès le début de son premier mandat, le premier ministre parle aujourd'hui de paix sociale et de consultation obligée des «partenaires syndicaux» avant quelque changement que ce soit. Changements qui, de toute façon, ne font pas partie des plans non plus.
Quant aux droits de scolarité que les jeunes libéraux proposent de tripler en suggérant qu'ils soient perçus après les études, à même les revenus du diplômé, encore là, le premier ministre s'est contenté de rappeler que son gouvernement était allé assez loin en la matière. Et tel un slogan, M. Charest de répéter que cette résolution des jeunes du parti, comme les autres, «cheminera dans les instances». Une formule polie pour dire qu'elle n'ira nulle part...
Les temps changent au Parti libéral du Québec! Grâce au recentrage de ses positions politiques, M. Charest a connu une remontée spectaculaire qu'il semble bien décidé à maintenir. Si le ton de ses interventions de fin de semaine ne laissait aucunement deviner la tenue d'élections prochaines, le contenu, lui, ne laissait pas de doute sur les orientations qu'il entend prendre.
Que ceux que la confrontation intéresse soient prévenus: Jean Charest a pris goût au statut de premier ministre paternel, sympathique et inoffensif. Voilà un homme prêt à tout, y compris à ne rien faire du tout pour conserver le pouvoir longtemps.
Pour le moment, cette stratégie lui réussit, au grand dam de la classe médiatique, et quiconque osera le renverser sans motif grave risque de s'en mordre les doigts.
***
j-rsansfacon@ledevoir.com


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé