Québecor rachète la participation de la Caisse de dépôt pour 1,69 milliard

8c3a946032f8810f0f3a8d9dd238da27

PKP a de larges ambitions pour Québecor

Dix-huit ans après avoir fait équipe avec Québecor pour éviter que Vidéotron ne se retrouve entre les mains de Rogers, la Caisse de dépôt et placement sort complètement de Québecor Média.


Québecor, qui a commencé à reprendre ses billes graduellement en 2012, va racheter à la Caisse 17,6 millions d’actions, un dernier bloc de 18,47 % dans Québecor Média dont la valeur a été établie à 1,69 milliard.


Le président et actionnaire de contrôle de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a dit que le rachat a été rendu possible par la position financière de son entreprise, notamment en ce qui concerne les liquidités disponibles. « En gagnant accès à 100 % des flux monétaires qu’elle génère, Québecor sera désormais mieux outillée pour saisir les occasions d’affaires qui se présenteront », a-t-il affirmé.


« Le rachat complet des actions reflète bien la solidité financière de Québecor et permet à la Caisse de réinvestir ce capital dans de nouvelles occasions d’investissement dans des entreprises québécoises », a dit le président de la Caisse, Michael Sabia.


La bataille pour le contrôle de Vidéotron, que la famille Chagnon souhaitait vendre à Rogers, a notamment été marquée par l’usage des tribunaux puis une surenchère. Actionnaire de Vidéotron depuis le début des années 1980, la Caisse s’est servie d’un droit de veto qu’elle avait dans sa poche arrière pour réussir à faire avorter la transaction.


Pour financer le rachat, Québecor va verser 1,54 milliard en argent comptant et offrira à la Caisse des débentures convertibles en actions de catégorie B de Québecor. Celles-ci, évaluées à 150 millions, viendront à échéance en 2024 et produiront 4 % d’intérêt par année.


Par ailleurs, Québecor a dévoilé mardi un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 56,7 millions, ou 24 ¢ par action, au premier trimestre, alors qu’il s’était élevé à 3,9 millions, ou 2 ¢ par action, à la même période de 2017.


Le géant québécois des télécommunications ajoute que pendant la même période, ses revenus ont augmenté de 0,5 %, à 1,01 milliard.


> La suite sur Le Devoir.