Procréer ou périr

Chronique de Normand Perry



Il paraîtrait que

Il paraîtrait, selon les observations de certaines personnes à l'esprit très lucide, que la situation financière du Québec soit en péril, surtout pour les générations futures, parce qu'une dette d'une énormité sans pareille risque de monopoliser les finances publiques de notre nation pour un sacré bout de temps.

Il paraîtrait, selon les mêmes observateurs, que l'une des composantes de cette première constatation soit directement liée à une démographie, dont le taux de croissance est l'un des plus faibles en Occident, voire dans le monde.

Il paraîtrait, selon vous devinez qui, que notre productivité au travail est l'un des rendements les plus faibles comparativement à la productivité de nos voisins de l'Ontario, du ROC ou des USA. Cet observateur qui s'est vu offrir le sobriquet de « Lucide Bouché » par l'une de mes collègues à Vigile, a même laissé sous-entendre à peine à mots couverts que nous étions des paresseux. Ben oui, la situation de bien des familles actuelles ressemble vraiment à des journées de fainéants, quand les deux parents sont écartelés plus souvent qu'autrement entre deux boulots pour boucler les fins de mois, la garderie d'un bord, les devoirs de l'autre bord etc. Vraiment des belles journées d'oisiveté par excellence. C'est sans parler des « burn-out » évidemment qui se multiplient comme se reproduisent les lapins.


Traits d'un noble et grand peuple


Sont issus du peuple québécois des Louis Cyr, Joseph-Armand Bombardier, Alphonse Desjardins, la famille des Lemaire, Maurice Richard, Félix Leclerc, Thérèse Casgrain, Guy Lafleur, René Lévesque, Pierre Péladeau, Jean Duceppe, Robert Piché, Hubert Reeves et la liste pourrait encore s'allonger jusqu'au bas de cette page. Toutes ces personnes sont l'exemple d'un peuple courageux, ardent au travail, ingénieux, débrouillard, persévérant... des qualités en abondance, il y en a dans ce peuple. Son histoire en recèle par centaines. Qu'ont à dire tous ces « Lucides » devant des exemples aussi éloquents ?

Si Félix chantait que « la meilleure façon de tuer un homme est de le payer à ne rien faire », je me demande bien comment il aurait pu chanter ce que je viens de décrire ? Que la meilleure façon de tuer la fierté d'un peuple et d'une nation c'est de la culpabiliser à outrance, comme tous ces maudits grands prêtres du néo-libéralisme le font depuis près d'un an ? Bien facile de traiter les autres de paresseux quand on naît avec une cuillère en or dans la bouche !

N'en avez-vous pas assez de vous faire rabâcher ainsi les oreilles ? N'avez-vous pas votre voyage de vous faire écraser de cette façon par tous ces Crésus qui viennent parader dans nos téléviseurs, à la radio ou sur les tribunes de nos grands quotidiens québécois, en trouvant toutes sortes de raisons pour nous saigner encore plus que nous le sommes présentement ?

Et quand j'entends les trois chefs des partis politiques représentés à l'Assemblée nationale du Québec répondre en choeur que les propos des « Lucides » sont de la musique à leurs oreilles, il y a de quoi s'inquiéter vivement devant un régime exclusivement à droite sur l'échiquier politique québécois, d'où nous aurons à choisir un prochain premier ministre d'ici un an, tout au plus et ce, même à contre-cœur.

Je ne peux me résoudre à l'idée que c'est une dictature néo-libérale par laquelle nous nous ferons dicter nos manières de vivre au cours des cinq à dix prochaines années au Québec, dictature qui prendra certainement grand soin de nous appauvrir encore davantage !

Et dire que l'un de ces chefs là a maintenant peur de parler de sa mission la plus fondamentale sans tomber dans l'équivoque à propos de notre pays, il y aurait tout lieu de croire que nous sommes foutus pour un bout de temps !

Que pouvons-nous faire ainsi bousculés au pied d'un mur où de nulle part nous puissions voir une issue de secours ?

Innover !

Il faut innover. Il faut activer les esprits créatifs et faire de nouvelles choses. Inventer, s'ingénier à trouver des solutions à des problèmes réels, qu'on ne peut contourner. C'est d'ailleurs l'une des plus grandes et des belles qualités du peuple québécois. Sa capacité de rebondir sur ses pattes même après avoir reçu quelques bonnes claques au visage, nous avons cette capacité fantastique au Québec de surmonter les difficultés avec courage et détermination. Au risque de me répéter, notre histoire en est remplie d'exemples éloquents.

Il y a un problème de dette, dites-vous ? Et le problème est en partie imputable à une démographie en décroissance ? Alors pourquoi ne pas prendre collectivement notre courage à deux mains et relever ce défi démographique ? Déjà un petit sursaut de croissance des naissances a été observé au cours de la dernière année, grâce au programme de congé parental. Bravo, mais c'est insuffisant.

Le Québec a été en mesure de connaître sa Révolution tranquille et un essor économique formidable à la fin du siècle dernier grâce une génération entière de baby-boomers, celle de l'après guerre 1939-45. Suite à cette génération envers qui est imputable la construction du Québec d'aujourd'hui, c'est à nous de prendre le relais et le relever, avec le même courage qu'ils ont eu, les défis qui nous attendent aujourd'hui et demain. Et l'une des façons de nous donner collectivement la chance de relever les énormes défis économiques qui se présentent est celui de retransmettre la vie, et la vie en abondance.

Ainsi les nations se bâtissent-elles, ainsi les pays prennent-ils un sens également, si d'un tel pays nous voulons, il va sans dire.

Car tout le nœud du problème que nous décrivent aujourd'hui les « Lucides » est là : on ne fait pas assez de bébés.

Le plus étonnant, lorsque j'évoque cette question avec mes contacts dans le monde politique, je ne comprends guère pourquoi, mais tous ont envie de se rentrer la tête dans le sable, on dirait que pour eux c'est un tabou que de parler de faire des bébés au Québec. Jacques Godbout a eu ce courage récemment, et je trouve qu'il n'y a pas assez d'observateurs apparemment « Lucides » pour relever le même constat et encourager d'autres à faire de même. Ben non, il est beaucoup plus aisé de venir nous arracher encore plus d'argent de nos poches ! Voulez-vous avoir mon numéro de compte de banque et mes cartes de crédits en plus ?

Ces récentes années, les Français ont répondu à une difficulté semblable en lançant un audacieux programme de soutien à la famille et d'incitation aux naissances. Les politiciens français ont-ils été apostrophés pour avoir fait preuve de ce courage ? Au contraire, le peuple a répondu avec enthousiasme à ce programme dit-on, et les naissances en France connaissent une croissance remarquable depuis l'instauration de ce programme.

C'est pourtant la première et unique solution à mon sens à laquelle les « Lucides » n'ont jamais pensé, ni évoquée s'ils y pensent. Pourtant le problème qu'ils exposent avec une grosse loupe, la dette publique du Québec, pourrait se résorber en grande partie dans une ou deux générations, si un audacieux programme de soutien à la famille et d'incitation aux naissances était instauré au Québec.

Dans cette atmosphère de morosité politique et sociale qui nous est imposée par tous les « Lucides » du Québec, il ne saurait y avoir de plus belle et grande réponse que les rires, les pleurs de ces bébés, accompagnés de la jubilation de voir grandir un paquet de « p'tits bouts de chou », pour redonner à la nation québécoise sa joie de vivre légendaire, que certains pourtant ne cessent d'éteindre par leurs prophéties apocalyptiques.

Squared

Normand Perry126 articles

  • 88 895

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé