Le cheval de Troie

Si l’indépendance nationale est pour le peuple, c’est par le peuple désormais qu’elle doit être portée

Chronique de Normand Perry


Février 2005 - Je suis invité à me présenter aux bureaux montréalais du chef de l’Opposition officielle du Québec. Bernard Landry me reçoit pour une toute première fois, à sa demande, question de mieux faire connaissance, j’imagine alors, avec celui qui était pressenti pour devenir président de la circonscription de Soulanges au PQ.
Quelques semaines auparavant, à la demande de quelques connaissances du comté en question, j’avais répondu positivement à l’invitation pressante de me porter candidat à la présidence du PQ de Soulanges, avec comme expérience politique absolument rien à mon actif, sauf ma plume. Après avoir accepté de relever ce défi emballant, j’en fais publiquement l’annonce.
Le vendredi de la même semaine, à 21h30 du soir imaginez-vous, le téléphone sonne à la maison et à l’autre bout du fil, j’entends la voix de Bernard Landry résonner à mes oreilles. C’était surréaliste, moi qui n’avais jamais parlé à un politicien de ma vie, voilà qu’un ancien premier ministre m’appelle, moi ! C’est lors de ce premier contact que je reçus l’invitation à me rendre à ses bureaux.
Après avoir été accueilli par son conseiller spécial de l’époque, je suis emmené en présence de monsieur Landry, nous prenons place dans nos fauteuils respectifs et nous bavardons de ma formation universitaire en philosophie. Socrate est au centre de nos échanges « lui qui n’a jamais écrit une seule ligne » me lance mon interlocuteur, alors que j’avais révélé à Bernard Landry que ce premier grand philosophe grec jouait pour moi un rôle de modèle dans la façon de transmettre la passion du savoir et de la sagesse, c’est-à-dire en faisant descendre la philosophie sur la place publique, dans la rue.
Puis nous abordons LE sujet des sujets : la question de l’indépendance nationale du Québec. « Normand, les appuis à la souveraineté du Québec sont autour de 45% présentement. D’après toi, que devrait-on faire pour que l’appui dépasse le 50%+1 » ?
Je vous jure que l’espace temporel d’un éclair, il est passé deux choses dans ma tête. Premièrement, comment un ancien premier ministre du Québec peut-il poser une question aussi cruciale au néophyte de la vie politique que j'étais à cette époque ? Deuxièmement, je devais répondre illico avec un propos qui faisait sens, de quoi aurais-je l’air de répondre une stupidité ?
« Bien voyez-vous monsieur Landry, je crois que le problème est le suivant : la classe politique s’est accaparée ce débat, le débat ne fait plus partie du peuple. Ça c’est le problème de la souveraineté. Pour remédier à ce problème, il faut faire comme Socrate : faire descendre dans la rue la problématique de l’indépendance nationale. Il faut que les gens du peuple débattent de cette question avec passion ».
C’est le propos de ma réflexion aujourd’hui.
Ce qui m’inspire en partie dans la réflexion présente, est un papier très récent publié à Vigile par le philosophe gaspésien de Matane, Nestor Turcotte : [«Et si le Parti Québécois n’était pas indépendantiste »->5716]. Nestor dit autrement, mais c’est exactement la même idée, essentiellement, les propos que j’avais exposés à Bernard Landry en février 2005. Et je note par ailleurs que les commentaires laissés par les lecteurs, en enfilade de cet article sur Vigile, louangent unanimement l’idée fondamentale de ce texte de Nestor Turcotte. Pour que le philosophe matanais puisse ainsi s’attirer autant de commentaires positifs, c’est que son texte a fait résonner la même corde sensible chez les indépendantistes.
Avant que d’entreprendre la rédaction de cette chronique durant la semaine, il me fallait vérifier une chose auprès de l’auteur du texte dont il est question dans le paragraphe précédent. J’ai posé une question à Nestor Turcotte : « ce qui m’est venu à l’esprit en terminant la lecture de votre texte, est que finalement, la notion de programme de « bon gouvernement du PQ », est-ce que ce n’est pas devenu le cheval de Troie de la cause de l’indépendance nationale du Québec ? Croyez-vous que je résume bien votre pensée monsieur Turcotte ? » De sa voix rauque j’ai entendu un oui très net.
Et comme si le hasard faisait bien les choses, au lendemain de ma dernière chronique «C’est Louis Bernard qui avait raison…et moi aussi ! », l’ancien candidat à la direction du PQ fait publier un texte sur Vigile et le surlendemain dans La Presse : [« Pour un PQ souverainiste »->5784]. N’en déplaise à un certain chroniqueur de cette tribune, mon pif m’avait très bien servi, une fois de plus…
Louis Bernard fait une proposition très audacieuse dans ce texte, celle de carrément abandonner l’idée de « bon gouvernement » du programme du PQ. Il faudra désormais proposer qu’une chose au peuple, l’indépendance nationale du Québec. En portant le PQ au pouvoir, la population signifie de manière très claire qu’elle accepte désormais que le gouvernement formé par le PQ avec comme seul programme de réaliser la souveraineté du Québec, procède illico à l’organisation du référendum avec une question tout aussi claire que le programme du PQ « Acceptez-vous que le Québec devienne un pays souverain et indépendant ? Oui ou Non. »
Fini le tataouinage. Fini les tiraillements entre les tendances de droite ou de gauche. Le PQ devient un parti purement indépendantiste. Car justement l’autre idée intéressante du texte de Louis Bernard, c’est qu’en abandonnant le programme de « bon gouvernement » d’une province canadienne, le PQ vient de s’ôter le talon d’Achille qui empêchait l’idée de la souveraineté d’occuper le cœur de ses plate-formes électorales depuis des lunes, que ces sempiternelles disputes entre idéologues de la gauche et de la droite.
Avec un tel programme les équivoques disparaissent, il ne reste plus qu’à
fourbir nos armes pour la vraie bataille : celle de la libération nationale d’un peuple soumis aux caprices d’une fédération, tantôt centralisatrice, tantôt dite « d’ouverture ».
Mais il semble bien que le débat engagé au PQ, notamment entre les tenants de la ligne indépendantiste pure dont Louis Bernard semble être la figure de proue, et les tenants d’un programme de « bon gouvernement » dont Bernard Landry semble être devenu la figure représentative, soit loin d’être terminée.
Il n’y a pas d’illusion à se faire sur l’issue de ce débat : si la thèse de Louis Bernard remporte la conquête des esprits, il m’apparaît que ce positionnement clair va permettre au PQ de faire peau neuve, il en sera plus solide et les membres plus convaincus du véritable combat qui s’amorcera alors à l’endroit du fédéralisme. Dans le cas contraire, si le programme du PQ n’est pas épuré de son cheval de Troie, ( la notion du « bon gouvernement » ) et que l’option fondamentale ne devient pas l’unique raison d’être de parti, alors le risque d’une profonde scission est tout à fait probable, et tout comme Troie, le PQ deviendra un vestige mémorable de l’Histoire.
En faisant abstraction de ce débat au PQ et nonobstant ce qui en adviendra, une autre idée du texte de Nestor Turcotte vient rejoindre l’idée maîtresse de mon introduction. Il est impératif que la cause de l’indépendance nationale redevienne une affaire du peuple. Ce fut ma réponse spontanée à Bernard Landry lorsqu’il me demanda comment faire progresser le taux d’appui au-delà de 50%+1.
En ce sens, l’idée de Québec solidaire de faire élire des assemblées constituantes est extrêmement intéressante. Françoise David, lors de l’entrevue que j’ai eu le plaisir de faire avec elle en février dernier, m’avait indiqué qu’au moment où Option citoyenne avait eu à choisir de se définir officiellement comme étant « souverainiste », lorsque les débats sur cette question ont été entamés, les membres du mouvement étaient divisés de manière égale pour ou contre cette idée. Le débat s’est échelonné sur un an, de profondes réflexions très paisibles ont été possibles me disait-elle, parce que chacun se sentait impliqué et écouté. Au moment de procéder au vote sur le choix ou non de devenir souverainiste à Option citoyenne, Françoise David m’a convaincu du bien-fondé de ce genre de démarche, puisque les résultats ont été foudroyants avec un score de 95% d’appui des membres à la souveraineté. N’oubliez pas qu’au tout début de ce processus, les proportions étaient de 50% de part et d’autre.
Bon bon, j’entends certains rire dans leurs barbes en se disant « ben y rêve en couleur notre Perry aujourd’hui ». Et pourquoi pas rêver en couleur ?
Il doit bien y avoir une manière ou une autre de permettre à un mouvement de citoyen très solide de pouvoir s’accaparer du débat sur la question nationale ? N’est-ce pas par les assemblées de cuisines à la fin des années soixante début soixante-dix que l’idée de l’indépendance nationale du Québec a progressé de façon assez sûre ? Et pourquoi est-ce qu’il faudrait absolument attendre l’élection d’un parti souverainiste pour qu’un mouvement de citoyens, complètement détaché des partis politiques, comme le suggère Nestor Turcotte, que celui-là puisse se mettre à l’œuvre maintenant ? Ce serait un acquis pour la suite des choses.
Car la suite des choses est fort simple à envisager. Ou bien le PQ devient le parti indépendantiste avec comme seule option le programme du pays, et dans ce scénario le mouvement qui aurait déjà commencé le travail sur le terrain va permettre à ce PQ réformé de faire le pays plus rapidement que certains pourraient le croire actuellement. Ou bien le mouvement en question prépare le terrain pour que l’idée de l’indépendance nationale puisse survivre à l’implosion du PQ.
Une chose est certaine : si l’idée de l’indépendance nationale est une affaire pour le peuple du Québec, c’est le peuple du Québec qui doit en faire son affaire à partir d’aujourd’hui.
« Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez-vous plutôt ce que vous pouvez faire pour votre pays » - John F. Kennedy
Allez ! Et que tous les Socrate du Québec aillent faire descendre la souveraineté dans la rue.

Squared

Normand Perry126 articles

  • 88 924

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2007

    Salutation citoyennes et citoyens,
    Merci pour votre "relance", Monsieur Turcotte.
    Oui, j'ai lu certains de vos textes et ils sont pertinents et percutants, convaincants. Il me semble toutefois que si sur la place publique l'idée de l'indépendance nationale se faisait entendre avec vigueur par les divers groupes y croyant, et bien, le PQ ne pourrait pas faire autrement que d'y être à l'écoute...
    Je pense également que l'option d'une élection référendaire pourrait être envisagée comme alternative face à la démarche référendaire... Cela dépend de la force du mouvement indépendantiste en action dans la société civile...
    Il revient au mouvement indépendantiste de réclamer une constitution québécoise, une citoyenneté nationale, le rapatriement de tous les impôts... C'est la base qui doit infléchir le sommet politique...
    La Patrie va au-delà du PQ...
    Gilles Brassard

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2007

    Monsieur Brassard,
    Vous pensez que le PQ est la courroie de transmission de l'indépendance nationale?
    Ce parti a fait deux référendums qui ne portaient pas sur cette question et vous pensez qu'il peut en tenir un nouveau qui portera sur l'indépendance du Québec?
    Comment pouvez-vous prétendre que ce parti con-fédéraliste en arrive à faire l'indépendance, alors que dans les faits, il n'y croit pas? J'ai suffisamment démontrer cette thèse dans des écrits antérieurs. Lisez-les !
    Mes illusions sont tombées, il y a longtemps. Pas vous?
    Nestor Turcotte
    Matane

  • Archives de Vigile Répondre

    9 avril 2007

    Salutation citoyennes et citoyens,
    Dans les années '60, l'idée de l'indépendance nationale a émergé des forces vives de la Patrie. Des noms : Barbeau, Bourgeault, Chaput, Lévesque et autres. Du RIN au PQ : un cheminement et un aboutissement. De la rue au Parlement.
    Néanmoins, la Patrie déborde du PQ... Tout ne devrait pas être réduit, me semble-t-il, à une question de stratégie de la part du PQ... La démocratie n'est pas que parlementaire...
    Il revient au mouvement indépendantiste de s'activer pour réclamer une Constitution, une citoyenneté, le rapatriement des impôts... Et le PQ en devient la courroie de transmission du souhait de libération nationale de l'électorat d'ici...
    Gilles Brassard

  • Normand Perry Répondre

    9 avril 2007

    Monsieur Charron,
    Un ou des citoyens peuvent en toute légitimité s'opposer à un projet de société tel que l'indépendance nationale du Québec, en démocratie rien de plus normal.
    Mais il faut prendre garde à ne pas mélanger les genres et votre exposé tend vers ce positionnement.
    On ne peut empêcher une ou plusieurs formations politiques de proposer un projet de société, c'est dans la nature même d'une formation politique de faire une telle chose. Mais vouloir empêcher qu'une telle chose soit possible, serait un vice à la démocratie.
    Respectueusement,
    Normand Perry.

  • Christian Charron Répondre

    9 avril 2007

    Certains proposent que le Parti québécois ait pour unique vocation l'indépendance du Québec. Il existe deux objections à cela. Tout d'abord, un parti politique, c'est plus qu'une seule idée. Ensuite, l'idée de la souveraineté n'appartient pas en exclusivité à un parti politique.
    En fait, le repositionnement du Parti québécois est très simple à faire : il doit faire passer la démocratie avant la souveraineté. C'est simple, mais ça change tout. Parce que ça veut maintenant dire que le PQ doit écouter la voix du peuple. Et qu'est-ce que le peuple dit aujourd'hui ? Il veut un État québécois et conserver un lien avec l'ensemble canadien. Les stratèges péquistes vont répliquer à cela qu'ils ont déjà essayé et que ça ne marche pas. C'est faux. Le PQ n'a jamais tenu de référendums sur des pouvoirs précis qu'il veut rapatrier du Canada. Sa stratégie a toujours été de démontrer que le fédéralisme canadien ne fonctionne pas, et cela, c'est antidémocratique, c'est faire preuve de mauvaise foi, et c'est une des raisons pourquoi le PQ a durement été puni aux dernières élections.
    Quand on se penche sur la démarche d'un autre parti souverainiste, celle de Québec Solidaire (QS), on se rend compte qu'elle est incohérente. QS se dit un parti souverainiste, et en même temps, il veut consulter la population sur son avenir politique et constitutionnel, puis lui poser une question par voie de référendum en fonction des réponses obtenues. Préalablement à cela, une assemblée constituante aura été élue au suffrage universel afin de consulter la population. Qu'arrivera-t-il si la réponse des citoyens n'est pas la souveraineté pure du Québec ? En fait, on la connaît déjà, la réponse des citoyens, suite aux résultats des deux derniers référendums. Il faudrait donc que QS définisse ce qu'il entend par la souveraineté du Québec : est-ce que cela ressemble au grand rapatriement de pouvoirs proposé par le rapport Allaire, et qui a donné lieu à la création de l'ADQ en 1994 ?
    Tout le processus de consultation de QS semble aussi bien compliqué pour chercher à comprendre quelque chose qu'on sait déjà. Les solidaires et les péquistes ont le don de compliquer les choses et en fait utilisent la même stratégie : créer une illusion de démocratie pour parvenir aux objectifs qu'ils se sont fixés à l'avance. Mais ça, ça ne passe plus au Québec.
    Plutôt que de proposer des solutions compliquées et inefficaces, les têtes dirigeantes de QS devraient commencer par appliquer la démocratie participative chez eux : on ne peut même pas poster de messages sur le site web de leur parti. Qu'ils consultent aussi tous les blogues, opinions et commentaires disponibles sur le web.
    Internet doit être le lieu privilégié pour consulter la population. Certains vont dire que ce ne sont pas tous les citoyens qui ont accès à Internet. C'est vrai. On pourrait alors penser à instaurer un millier de comptoirs internets un peu partout au Québec. On va faire la dépense une fois, puis cela servira à mille autres fins par la suite. On pourrait aussi demander aux compagnies de télécommunication de le faire à la place du gouvernement : il y a des cabines téléphoniques, pourquoi n'y-a-t-il pas de cabines internettes ? Il faut comprendre aussi qu'il faut être de son temps : Internet aujourd'hui, c'est aussi important que d'avoir le téléphone.

  • Archives de Vigile Répondre

    8 avril 2007

    Salutation citoyennes et citoyens,
    Monsieur Perry, j'ai lu votre texte avec intérêt et je partage votre souhait que les citoyen/nes du Québec fassent de quoi en faveur de l'indépendance nationale de leur territoire.
    Pour ma part, à titre d'action patriotique, je distribue de la "Presse Québécoise" régulièrement. Une façon d'être visible sur le terrain. Il y a aussi l'option de tenir des vigiles patriotiques ponctuelles...
    C'est plein de groupes nationalistes, il leur revient de s'activer davantage pour la Patrie !
    Gilles Brassard