Réponse à l'invitation de Bernard Drainville

Mettre une fois pour toutes le cap sur l'indépendance…

2011 - actualité souverainiste


M. Drainville,
Aux temps où vous étiez animateur d'émissions télévisées à caractères national et international, j'ai toujours admiré la pertinence des questions que vous posiez à vos invités. Vous avez décidé de faire le saut en politique probablement parce que vous aviez le goût d'apporter votre contribution dans cette sphère de la société. Aujoud'hui, à l'heure où le parti auquel vous avez adhéré vit une crise, vous avez la sagesse de demander à vos commettants leurs opinions et suggestions sur les moyens à prendre pour sortir de cette crise. C'est tout à votre honneur! Aussi, vais-je prendre le temps nécessaire pour vous faire part davantage de ce que je "ressens" que ce que je "sais" d'autant plus que vous en "savez" sûrement plus que moi sur les causes qui ont conduit à la crise que connaît actuellement le PQ…
Je ressens une lassitude et un épuisement des troupes indépendantistes reliées aux chemins tortueux empruntés par les dirigeants péquistes, particulièrement depuis 1995…
Je ressens de l'amertume et de la déception de la part de ces mêmes troupes face aux éternelles tergiversations de la députation péquiste au sujet de l'option indépendantiste…
Je ressens un désaveu de la stratégie sclérosante et rétrograde qui consiste à persister à défendre le plan de gouvernance souverainiste aux odeurs d'étapisme de sur place…
Je ressens un déni croissant du leadership de Pauline Marois et un doute malsain sur ses capacités, voire même ses intentions, de mener le Québec à son indépendance…
Je ressens une désaffectation vis-à-vis le Parti québécois et, par conséquent, une intention des sympathisants péquistes d'abandonner le vaisseau qui devait les conduire à bon port…
Je ressens une panique contagieuse de la part de la députation péquiste voilée maladroitement par une politique de l'autruche…
Je ressens une volonté de plus en plus manifeste de la part des indépendantistes de mettre une fois pour toutes le cap sur l'indépendance…
Je ressens une mouvance et une synergie de plus en plus exprimées vers la création d'une coalition des forces indépendantistes, et ce, avec ou sans le PQ…
Enfin, je ressens aussi depuis quelque temps des intentions avouées de procéder à la création d'un nouveau parti indépendantiste…
En espérant, M. Drainville, que ces ressentiments, probablement partagés par plusieurs sympathisants de la première heure et même d'aujourd'hui, sauront alimenter vos réflexions sur les moyens à prendre pour redonner à la cause qui nous tient à coeur toutes ses lettres de créances!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1610 articles

  • 1 136 544

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Pierre Cloutier Répondre

    18 juillet 2011

    [1] Moi j'ai 2-3 propositions toutes simples à faire à M. Dainville.
    [2] Que la prochaine plate-forme électorale du PQ porte exclusivement sur l'accession à l'indépendance et les raisons pour lesquelles nous voulons un pays.
    [3] Que l'accession à l'indépendance se fasse immédiatement en cas de majorité des voix d'un parti ou d'une coalition ou à la première opportunité raisonnable dans le mandat et soit précédée par une déclaration d'intention claire et non équivoque à ce effet.
    [4] Qu'une constituante citoyenne soit mise sur pied le lendemain de l'élection et édicte une constitution rédigée par et pour le peuple, et que cette constitution soit approuvée par référendum.
    Pierre Cloutier