Marie-Paule Duchesne 1922-2008 - Une inoubliable militante

Tribune libre 2008


La triste nouvelle a d’autant plus durement frappé les souverainistes d’Outremont qu’on la croyait invincible. Bien des tumultes et des soubresauts ont secoué le Parti Québécois depuis sa fondation en 1968. Mais toutes ces années durant, Marie-Paule Duchesne n’a jamais cessé d’être notre repère de constance et notre modèle de persévérance. Et pourtant, le 19 mars dernier, elle s’est éteinte, doucement, dans son sommeil. À chaque jour depuis toujours, son ardeur militante était à la fois la chose la plus certaine et néanmoins la plus étonnante. Une fois passée l’incrédulité, la mouvance souverainiste de notre circonscription devra tout de même se résigner. Marie-Paule ne sera plus là.
Venue au monde en 1922 tout comme René Lévesque, Marie-Paule Duchesne née Mayrand s’est activée au Parti Québécois dès les tout débuts. Les plus âgés d’entre nous entendent encore ses irrésistibles appels à mettre l’épaule à la roue, à l’aube des années 1970. Je l’ai connue en 1987, en faisant mon entrée à l’exécutif du Parti Québécois d’Outremont, au moment du retour aux affaires de Jacques Parizeau. J’avais 25 ans. Elle en avait 65, et était registraire du PQ d’Outremont depuis une quinzaine d’années. Déjà à l’époque, elle connaissait tout le monde et tout le monde la connaissait. Cette année-là, le PQ revenait de loin et nous savions tous que le chemin serait dur et long. Mais dès les premiers instants, Marie-Paule m’avait vivement impressionné. J’ai aussitôt compris que le jour où il faudrait traverser les inévitables épreuves de la vie militante, je pourrais toujours m’agripper à elle. C’est bel et bien ce qui s’est produit durant les vingt années suivantes.
Elle qui a pris part à tous les combats péquistes, bloquistes et référendaires depuis quatre décennies aura été dans Outremont un inépuisable filon de motivation pour toutes les militantes et tous les militants qui ont eu le bonheur de la côtoyer. Comment nous, les « jeunes », aurions-nous pu voir cette femme de deux générations notre aînée afficher cette extraordinaire combativité et ne pas au moins tenter d’y mettre autant d’énergie qu’elle? J’en avais fini par la surnommer « notre phare d’Alexandrie », ce à quoi elle réagissait chaque fois en émettant le même petit rire humble et embarrassé de celle qui, bien qu’ayant occupé presque toutes les fonctions dans notre organisation, n’a jamais cherché les honneurs. Tous les chefs l’ont connue et admirée assez pour l’appeler par son prénom. Cela lui suffisait. Les seules ambitions qu’on lui ait connues étaient collectives : Marie-Paule voulait faire du Québec un pays.
Une telle suractivité aurait tôt fait de mener n’importe qui d’autre au surmenage. Mais l’inépuisable Marie-Paule s’est également dévouée corps et âme pendant des décennies au groupe Aide-Partage de la paroisse des Dominicains de Saint-Albert-Le-Grand, qui apporte son soutien aux immigrants récents de Côte-des-Neiges. Elle a aussi été un pilier de l’organisation des bénévoles du Musée du Château Ramezay.
Aujourd’hui mon amie Marie-Paule n’est plus. Sa maison de l’avenue de l’Épée, là où ont eu lieu des centaines de réunions, est vendue. Force est donc d’admettre que cette force de la nature n’en était pas pour autant éternelle. Mais le flambeau des causes qu’elle a si courageusement défendues est déjà transmis. Et son héritage demeure. Merci pour tout, Marie-Paule Duchesne.
Christian Gagnon
Membre de l’exécutif du PQ d’Outremont de 1987 à 1998 et de l’exécutif régional du PQ de Montréal-Centre de 1998 à 2005
***

Marie-Paule Duchesne en 1995 (complètement à droite) accompagnée de ses comparses (de gauche à droite) Marilyse Lapierre, présidente du PQ d’Outremont de 1994 à 1996 et future candidate en 2003, Christian Gagnon, président de 1996 à 1998, et Joseph Arthur Bergeron, futur époux de Marilyse Lapierre.

Featured 38a394e6dfa1bba986fca028dccfaa78

Christian Gagnon138 articles

  • 113 931

CHRISTIAN GAGNON, ing.
_ L’auteur a été président régional du Parti Québécois de Montréal-Centre d’octobre 2002 à décembre 2005





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    6 avril 2008

    Merci Christian pour ce témoignage ! Marie-Paule était la militante par excellence. Elle a été un modèle d'intelligence, d'abnégation, toujours à l'écoute, d'une rare efficacité dans son rôle de registraire d'Outremont et dans ses autres activités bénévoles. Je n'oublierai pas ces bons moments vécus avec elle à la région. Toujours souriante et enthousiaste quand il s'agissait de défendre son Québec qu'elle aimait et qu'elle a appris à aimer à beaucoup d'entre nous. Merci Marie-Paule et au-revoir.
    MC Nivolon

  • Archives de Vigile Répondre

    2 avril 2008

    Fin 2006, lors de la «naissance» du site Web du PQ d'Outremont, j'avais écrit cette petite note pour mettre à côté de sa photo. Je la reproduis ici, à défaut d'arriver à exprimer la peine que son décès a provoqué chez moi.
    «Marie-Paule Duchesne
    Marie-Paule, notre mère à tous, milite à l’association du Parti Québécois d’Outremont depuis plus de vingt-cinq ans. Jusqu’à tout récemment (octobre 2005), elle en était la registraire. S’il fallait fabriquer un modèle de militantisme, c’est sûrement Marie-Paule qui en serait l’empreinte. La plus grande partie de ses loisirs a été consacrée au militantisme politique. Non seulement elle connaît l’histoire du PQ dans la circons-cription d’Outremont, mais elle connaît aussi tout le monde ! Il est impossible de lui rendre, même en remerciements, ce qu’elle a donné au parti. En revanche, les membres du PQ d’Outremont lui vouent un respect infini et une grande admiration.»
    J'ai remplacé Marie-Paule à titre de registraire dans la circonscription. Elle est mon modèle. Elle me manquera tellement.
    Nicole Lapierre

  • Archives de Vigile Répondre

    31 mars 2008

    Merci Christian d'avoir parlé de cette merveilleuse Marie-Paule que j'ai connue au PQ d'Outremont surtout en temps d'élection. Je la savais énergique et enthousiaste mais par toi j'apprends qu'elle était plus que ça.
    Où va-t-on en trouver une autre comme elle par ces temps de morosité ?
    Cécile Gagnon

  • Archives de Vigile Répondre

    31 mars 2008

    Une bien triste nouvelle... et un bel hommage!
    Il m'arrivait de penser à elle et je me demandais ce qu'elle devenait.
    Aux survivants de poursuivre son rêve, notre rêve!