Lettre ouverte aux intégristes canadiens...

2006 textes seuls



Commentaire acheminé à l'instant au forum suivant de Cyberpresse :
La présente est envoyée simultanément à plusieurs destinataires.
++++++++++
Deux points rapides.
1) Il est invraisemblable de constater combien les forums de Cyberpresse (c'est carrément digne d'un État totalitaire: et je pèse mes mots!) retiennent massivement les opinions férocement anti-indépendantistes, tout en refusant de très nombreux textes d'opinions contraires (même si celles-ci sont par surcroît le plus souvent nettement plus respectueuses, aussi bien dans la forme que dans le fond). Je le constate sur une base personnelle, d'une part, par contact avec de nombreux collègues ou ami-es (qui se voient victimes de la même «politique éditoriale»), d'autre part. Par conséquent, gens de Cyberpresse/Gesca, il faut bien dire les choses comme elles sont: en la bâillonnant, vous méprisez ouvertement la liberté d'expression dont vous aimez tant vous targuer, du reste le plus souvent avec ostentation. Et c'est d'un ignoble sans nom. Vous êtes décidément à l'image même du Canada dont ces dits indépendantistes aspirent à se libérer avec respect, dans un climat pacifique et dans la dignité.
2) Un mot rapide, tout de même, à propos de M. Bernard Landry. Sur ces mêmes forums de Cyberpresse, il y a toujours un bon nombre de gens pour insulter copieusement les plus solides et crédibles représentants de la Cause de l'Indépendance. Or à constater avec quelle hargne, quelle mauvaise foi, quelle haine aussi (littéralement et sans détour), ces gens-là semblent jouir lorsque déversant leur fiel fanatique (le fanatisme typiquement kanadien) sur des individus de cette qualité m'amènent à considérer que tous ensemble, ces individus-là ne vont pas à la cheville d'un patriote de la prestance de M. Bernard Landry.
DÉVELOPPEMENT
La plupart des «tenants du Canada» (il en existe, certes, mais ils sont fort rares) sont incapables de s'exprimer contre l'indépendance du Québec autrement que par le biais de l'injure, de l'attaque ad hominem et du salissage systématique. Sans compter le mensonge et les rumeurs dans leur plus extrême trivialité. Aussi pareil aveuglement idéologique, d'une bêtise et d'une malhonnêteté à se cogner la tête contre les murs, justifierait à lui-seul la nécessité implacable, historique, de la Libération du peuple québécois de ce joug de la violence quotidienne qui prévaut partout.
Et ce, jusque dans le Trésor public du Federal Government.
À titre de simple citoyen québécois, je prône et espère l'Indépendance du Québec. Mais sans hargne ou ressentiment contre le Canada. Jusqu'à ce jour. Mais à être témoin de tellement de haine contre un Projet aussi noble et légitime que celui de l'Avénement du pays de Gilles Vigneault et de René Lévesque, commme je le vois notamment dans ces forums profondément biaisés de Cyberpresse/Gesca, ma patience tranquille finit par évoluer, progressivement, vers de nouveaux sentiments. Inconnus à ce jour en mon âme citoyenne. Et qui s'apparentent carrément au dégoût de ce Canada qu'on s'imagine, manifestement, «vendre» aux Québécois à coups d'injures et de mille autres formes d'agresssion verbale.
Bref, à compter de maintenant, même si on me «donnait» le Canada sur un plateau d'argent dont le «contenu» respecterait jusque dans le détail la personnalité du Québec, eh bien je n'hésiterais pas un instant à lui tourner le dos avec mépris. Résolument. Définitivement. Irréversiblement.
Votre haine du Québec - tout Québécois que vous fussiez dans bien des cas, ce qui est le comble absolu de l'esprit colonisé - a déclenché chez moi ce que l'on pourrait appeler un point de non-retour.
Or j'ai toujours été pour le Québec. Sans jamais pourtant être contre le Canada. Mais je constate désormais avec vous en vis-à-vis - spécialistes des tribunes d'opinions anti-québécoises (qui au surplus multipliez les pseudonymes dans une «guerre de propagande» digne d'un autre siècle) - que vous êtes en voie de construire en moi un profond sentiment de rejet viscéral du Canada.
La violence que vous distillez partout - vous ne semblez vraiment pas posséder la réflexion, l'intelligence et la connaissance de ce phénomène somme toute élémentaire dans la vie des hommes et des nations - se retournera forcément contre vous. Car vous finirez par transformer les indécrottables pacifiques que nous sommes - les Québécois en marche vers la Souveraineté - en authentiques guerriers de la liberté. Ainsi récolterez-vous tout bêtement ce que vous aurez semé.
Vraiment, tant de bêtise et d'aveuglement dans un pays que l'on dit pourtant éduqué, évolué et ouvert ne présage rien de bon pour l'avenir. Rien de rien. Je constate chaque jour un peu plus que le Canada n'est pas ce qu'il adore penser de lui-même. Il n'est tolérant que dans l'exacte mesure où cette présumée tolérance n'est qu'un vernis qui n'engage à rien. Le Canada n'est plus un "simple" étouffoir sur la marmite énergique du Québec: il en est devenu franchement l'ennemi.
Je ne suis plus un enfant depuis assez longtemps. En revanche, en pleine force de l'âge, j'ai des motifs de croire que j'ai encore de nombreuses décennies (d'action) devant moi. Et j'affirme aujourd'hui - sans détour et sans pompes, voire sans arrogance - que tout ce temps devant moi sera investi sans compter (à l'intérieur de mes modestes moyens, il est vrai, mais avec force énergie et conviction) à l'émancipation finale et définitive du Québec des serres de vautour de ce pays de Tartuffe nommé Canada.
Car je ne puis plus désormais voir autrement ce pays prédateur de la différence québécoise.
Bien à vous, Talibans of Kanada !
Jean Dunois


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé