Les Québécois craignent l’immigration plus que la pollution

38267bcb03d5651d3ac18c147ed4a8de

Malgré la propagande immigrationniste, les Québécois ne sont pas dupes

Près de la moitié de la population québécoise est d’avis que l’immigration présente un « grand », voire un « très grand risque » pour le Québec, indique un sondage commandé par le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO).


Précisément, 48 % des 1000 personnes sondées associent à un « grand » ou à un « très grand » risque l’arrivée de dizaines de milliers d’immigrants par année au Québec ; 28 % à un « moyen » risque et 22 % à un risque « faible » ou « négligeable ». « [Le motif] dépend toujours du répondant. Ça peut être un risque perçu pour sa sécurité, pour son emploi, pour la culture ou d’autres raisons », explique la coauteure de l’étude, Ingrid Peignier, dans un entretien avec Le Devoir.


Les femmes, les personnes âgées de 55 ans et plus ainsi que les francophones « se montrent [les] plus inquiets », fait-elle remarquer. En effet, parmi ceux percevant des risques « grands » ou « très grands » associés à l’immigration, il y a : 53 % de femmes contre 43 % d’hommes ; 55 % d’individus de 55 à 74 ans contre 39 % de moins de 35 ans ; et 50 % de francophones contre 36 % d’anglophones et 31 % d’allophones.


Les Québécois associent un risque plus grand à l’immigration qu’à la pollution de l’air et de l’eau, à la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), au terrorisme ou encore aux épidémies, indique le Baromètre CIRANO 2018 dévoilé à 100 jours et des poussières des prochaines élections générales.



« Il y a une inquiétude, une perception des risques qui ne devrait pas être là », soutient Mme Peignier, rappelant que l’immigration économique est arrimée en grande partie aux besoins du marché du travail québécois. « Ils ne devraient pas être inquiets », ajoute la directrice du CIRANO.


À ses yeux, la perception des Québécois sur les enjeux liés à l’immigration est « certainement teintée par certains discours » tenus par les partis politiques à l’approche des élections. « Il y a un enjeu électoral. » Selon elle, il incombe aux acteurs politiques de « rassurer une certaine partie de la population » en expliquant les bénéfices de l’immigration « pour améliorer l’économie du Québec, combler des postes qui n’existent pas ou où il y a vraiment un manque de main-d’oeuvre ».


L’immigration est « plutôt » ou « très » bénéfique dans l’esprit d’un Québécois sur trois (32 %). Malgré la pénurie de main-d’oeuvre appréhendée dans plusieurs régions du Québec, l’apport de nouveaux arrivants est considéré comme « moyennement bénéfique » par 36 % de la population, et « plutôt pas » ou « pas du tout bénéfique » par 29 % de la population, peut-on aussi lire dans le Baromètre.



La santé, toujours la santé


Cela dit, la santé demeure en tête des sources d’inquiétudes de la population québécoise. Près de huit Québécois sur dix (79 %) considèrent que l’engorgement dans les urgences constitue un « risque grand [ou] très grand » pour le Québec. Le nombre de Québécois voyant la situation de l’accès aux services de santé comme un « grand » ou un « très grand risque » a, lui, fléchi, passant de 77 % en 2011 à 70 % en 2018. L’inscription d’environ 1,1 million de personnes par des médecins de famille depuis l’arrivée de Gaétan Barrette à la barre du ministère de la Santé n’y est pas étrangère, selon le CIRANO.


Les enjeux liés à l’éducation — le décrochage scolaire ou encore l’accès à l’éducation universitaire (frais de scolarité) — ont glissé respectivement au 24e et 34e rang des priorités de l’heure des Québécois. Par exemple, le pourcentage de la population qui considère que le décrochage scolaire représente un « grand » ou un « très grand risque » au Québec a, lui, piqué du nez au cours des deux dernières années, passant de 49 % en 2016 à 40 % en 2018.


Ce sont l’état des infrastructures, la corruption et le vieillissement de la population qui complètent le « top 5 des enjeux les plus risqués » établi par CIRANO après avoir interviewé 1013 répondants représentatifs de la population québécoise, entre le 5 et le 10 avril 2018.


L’état des infrastructures de transport — les routes, les ponts et les viaducs notamment — pose un « grand » voire un « très grand risque » pour le Québec selon 67 % de la population. Le groupe de recherche s’en étonne. « La confiance dans le gouvernement diminue. Pourtant, on note peu de détérioration [dans les informations transmises par le ministère des Transports et la Ville de Montréal]. Ce qu’on note, c’est l’augmentation des travaux et des entraves à la circulation. Du coup, c’est peut-être ça qui se reflète dans les données », avance Ingrid Peignier. Encore là, le gouvernement doit « mieux communiquer ses résultats », estime-t-elle. « On a l’impression que les Québécois sont à certains égards trop négatifs par rapport à la réalité. »


> La suite sur Le Devoir.