Les genoux fragiles...

9828f5ae8b778200a52210a1bd8c9b56

Chronique de Louis Lapointe


Lorsque le député adéquiste Éric Caire, parlant du vote sur le budget,
nous dit malhabilement qu’il a les genoux fragiles, nous le croyons. Le 26
mars dernier, enthousiasmés par les résultats de l’élection, où l’ADQ était
passée de tiers parti à opposition officielle, les députés de l’ADQ ont cru
qu’ils formeraient le prochain gouvernement dans l’année suivant les
élections.
Comme Perrette et son pot au lait, plusieurs d’entre eux se sont alors
précipités vers la ville pour combler leurs rêves, qui une nouvelle maison,
qui une nouvelle voiture, leurs banquiers étant tout heureux de prêter de
généreuses sommes à de futurs ministres. Le cœur léger, ils ont oublié
qu’ils n’avaient pas encore le pouvoir tant convoité. On peut donc
comprendre que certains d’entre eux aient aujourd’hui les genoux si
fragiles alors que les sondages actuels les ramènent à l’état de tiers
parti. S’ils votent contre le budget et que le PQ emboîte le pas, la
plupart d’entre eux ne seront probablement plus députés dès juin prochain.
Plusieurs d’entre nous reconnaîtront cette sensation de fort malaise qui
s’empare de tous nos sens lorsque nos rêves s’effondrent. Notre cœur
pourtant si léger, quelques instants plus tôt, étreint vivement notre
poitrine alors que nos genoux fléchissent sous le poids de nos émotions,
tant nous sommes bouleversés. Notre cruche s’est cassée et nous devons
rentrer à la maison expliquer qu’il n’y a plus de lait, qu’il n’y a pas
d’argent pour payer les factures. Notre gorge se serre et tous nos mots
restent pris dans notre gorge. Troublés, nous imaginons alors qu’un bon
samaritain pressé de s’enquérir de notre état passe sur notre chemin. Nous
cherchons des solutions !
- Qui y a-t-il jeune homme, êtes-vous malade ?

- Non, j’ai cassé ma cruche et je ne peux plus payer mes factures !

- Chassez ces mauvaises pensées, jeune homme ! La vie est trop courte pour
se la compliquer inutilement. Je connais la solution à tous vos maux.

- Que dois-je faire ?

- Profitez du moment présent, conservez votre voiture et votre maison. Je
ferai le nécessaire pour que votre transport et votre logis ne vous causent
plus aucun souci au cours des trois prochaines années.

- Que dois-je faire pour vous remercier ?

- Jurez-moi fidélité et demeurez-moi loyal pour les trois prochaines
années.

- Merci pour votre grande générosité !

- Je n’ai aucun mérite, j’ai une femme et une très grande famille qui
m’aiment, ils me l’ont encore prouvé en fin de semaine. L’amour me rend
généreux !
Dans quelques heures, nul doute que le cœur de nombreux députés adéquistes
redeviendra plus léger et que leurs fragiles genoux reprendront leur
vigueur d'antan, tant leur bonheur sera grand. Jean Charest leur
proposera un budget qu’ils ne pourront refuser tant il comblera toutes
leurs espérances.
«Le temps fait bien les choses, donnons-lui le temps», diront à
l’unisson les nombreux députés de l’ADQ réunis dans l’enceinte de
l’Assemblée nationale, telle Perrette espérant un miracle devant sa cruche
brisée !
Louis Lapointe

Brossard

-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 839 352

Chroniqueur et avocat à la retraite, l'auteur a été directeur de l'École du Barreau du Québec, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé