Les Bougon se faufilent dans les pages du New York Times

2005



Hugo Dumas
_ La Presse mercredi 22 décembre 2004
--------------------------------------------------------------------------------
Nos Bougon traversent la frontière et feront l'objet d'un reportage dans le prestigieux quotidien américain New York Times.
Le papier doit paraître à la fin de la semaine ou lundi, indique son auteur, Clifford Krauss, joint par La Presse hier. Correspondant du Times au Canada, M . Krauss a aussi rédigé l'article sur Jeff Fillion et la radio CHOI-FM, paru en septembre dernier.
Pour l'entrevue, tous les artisans des Bougon ont été réunis, lundi après-midi, dans les bureaux d'Aetios, la société de production de Fabienne Larouche et Michel Trudeau.
Rémy Girard, Louison Danis, Hélène Bourgeois-Leclerc, Antoine Bertrand et Claude Laroche y ont assisté, de même que l'auteur principal, François Avard, et le réalisateur de la première saison, Alain Desrochers. Un interprète avait aussi été embauché pour faciliter les échanges avec Clifford Krauss, qui ne parle pas français. Une photo a été prise de toute l'équipe.
Selon la productrice, Fabienne Larouche, " le journaliste a beaucoup aimé ça et il a beaucoup ri ". Clifford Krauss, qui est établi à Toronto, a visionné les deux premiers épisodes des Bougon, qui ont été doublés en anglais. Il en a vu cinq autres, en français, avec un interprète à ses côtés. Rappelons que Les Bougon a été vendue au réseau Global, qui devrait diffuser l'émission l'automne prochain.
" Nous avons parlé de social-démocratie, de néolibéralisme, du scandale des commandites et du système en général. Il s'intéresse beaucoup à la culture québécoise. Pour lui, les Bougon sont des anarchistes ", souligne Fabienne Larouche.
Le papier devrait aussi aborder le phénomène de société engendré par l'apparition des Bougon au petit écran québécois. " Le journaliste nous a dit que ce type d'émission ne pourrait jamais passer aux États-Unis. L'article doit porter sur les impacts sociaux que peut avoir une émission comme Les Bougon ", dit Rémy Girard, l'interprète de Paul Bougon.
Selon Rémy Girard, le reporter américain a remarqué que, malgré son penchant pour les actes criminels, la famille Bougon s'aime et se tient. " Il a été impressionné par le côté moral de cette famille-là. Il nous a aussi posé beaucoup de questions, à savoir si l'émission n'allait pas influencer négativement les comportements des gens ", ajoute-t-il.
Ce n'est pas la première fois que Rémy Girard voit son portrait dans le quotidien new-yorkais. En février 2004, il avait figuré dans les pages du New York Times Magazine pour son rôle dans Les Invasions barbares. L'acteur québécois faisait partie des coups de coeur de la publication, aux côtés de Bill Murray, Sean Penn et Gwyneth Paltrow.
Le New York Times est lu autant sur la côte Ouest que sur la côte Est. En semaine, son tirage est de 1 133 000 exemplaires. Le dimanche, sa plus grosse livraison, 1 600 000 exemplaires trouvent preneur.
La comédie Les Bougon a récolté cinq Gémeaux sur une possibilité de 11 au dernier gala.
Ça va mal à Zone libre
L'équipe de Zone libre a encaissé une bien mauvaise nouvelle lundi. Louis Lalande, le directeur général de l'information de Radio-Canada, leur a annoncé que l'émission disparaîtra dans sa forme actuelle et sera transformée, en 2005-2006, en " huit grands rendez-vous d'enquête enrichis par année ". Ce qui veut dire que Zone libre passera d'une émission diffusée toutes les semaines à une émission qui sera vue moins d'une fois par mois. Une grosse perte pour tous les journalistes qui y oeuvrent et pour les téléspectateurs, également. Où ira l'information internationale?
Ces changements s'inscrivent dans les compressions de quatre millions qui devront bientôt s'effectuer dans le secteur de l'information de la SRC, indique la porte-parole de la télévision française de Radio-Canada, Marie-José LeBlanc. Selon elle, Louis Lalande réexaminera les mandats de toutes les émissions d'affaires publiques de Radio-Canada. Il se donne jusqu'à la fin du mois de janvier pour compléter cette tâche.
" Louis Lalande veut revoir l'ensemble de l'offre des émissions d'affaires publiques ", dit Mme LeBlanc, en précisant que Radio-Canada présente dix heures d'affaires publiques par semaine. Le mandat de Zone libre serait recentré sur " l'enquête pure et dure ".
Joint hier, l'animateur de Zone libre, Jean-François Lépine, n'a pas voulu commenter et a référé La Presse aux patrons de Radio-Canada. " Parlez à Daniel Gourd. C'est lui qui a pris la décision avec Louis Lalande ", a-t-il dit.
Daniel Gourd n'est pas content
Parlant du vice-président de la télévision française de Radio-Canada, Daniel Gourd, il a sursauté en lisant les commentaires de Martin Cloutier (le nouveau patron de LCN), qui ont été publiés dans La Presse la semaine dernière. Petit rappel des faits: Martin Cloutier, qui a longtemps dirigé RDI avant d'aboutir à TVA, comparaît les effectifs des deux chaînes d'information en rappelant que deux personnes en régie à LCN pouvaient exécuter le même travail que six employés de RDI.
Selon ce que nous avons pu apprendre, Daniel Gourd n'aurait pas trouvé " chic " les propos de son ancien employé. Il aurait dit avoir été surpris que M. Cloutier puisse passer " directement chez le concurrent d'un vendredi au lundi ". Daniel Gourd aurait qualifié de " douteux " le choix de carrière M. Cloutier. Il s'est aussi dit surpris et déçu que Martin Cloutier puisse rejoindre si rapidement la cohorte de ceux " qui dénigrent leur ancienne maison ".


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé