Une autre aberration dont on fait les frais

Le programme de réunification familiale des immigrés à réviser

Source évidente d'abus, une déplorable passoire à problèmes sociaux

Tribune libre 2010


Le programme de réunification familiale permettant aux immigrés de faire venir le reste de leur famille entraîne toute une série d'aberrations :
- l'arrivée de parents agés et malades qui viennent engorger notre système de santé, ce qui occasionne encore plus d'attente pour les Québécois, et à nos frais par-dessus le marché.
- la venue de gens sans instruction et non diplomés qui n'ont à répondre à aucuns critères de sélection avec peu de chances de s'insérer sur le marché du travail.
- la venue de gens avec une connaissance nulle du français, l'incapacité à l'apprendre ou une forte inclination vers l'anglais.
- une volonté d'intégration à toutes fins utiles nulle remplacée par la pratique du communautarisme.
- une augmentation notable du recours permanent à l'aide sociale à plus ou moins long terme lorsque la famille d'accueil n'a plus les moyens de subvenir à leurs besoins ou se sépare (j'en parle en connaissance de cause, ayant fait carrière de fonctionnaire à l'aide sociale).
Comme il est facile dans bien des pays du tiers-monde de falsifier les papiers en y mettant le prix, les vagues cousins éloignés de la fesse gauche, la substitution de personnes sont monnaie courante. Et d'ici, il n'y a aucun moyen de vérifier quoi que ce soit. Quelle déplorable passoire !
Préparez-vous à disjoncter : voici les exigences du Conseil canadien pour les réfugiés/Canadian Council for Refugees :


"Le Canada doit accorder une plus grande place à la réunification familiale dans son programme d'immigration en restructurant le partage 60/40 économique/non-économique et en augmentant le nombre total d'immigrants.
Nous devons éliminer les barrières à la réunification familiale (ex. membres de la famille exclus, tests d'ADN, lenteur du traitement des demandes, exigences financières).
Nous devons élargir la définition des membres de la famille qui peuvent bénéficier de la réunification familiale (ex. d'autres de catégories de ‘membre de la famille', enfants adultes, enfants non-biologiques).
Les familles de réfugiés et autres dont leurs familles sont en risque méritent une attention particulière."
(fin de l'extrait)

Et pourquoi ne pas ajouter à cette liste pourtant déjà fort exhaustive les amis, les collègues de travail, les simples connaissances, le reste du quartier et, tant qu'à faire, le village tout entier...
Le programme de réunification familiale des immigrés doit être révisé au nom des coûts sociaux injustifiables engendrés et de la protection identitaire de notre société québécoise, cible facile et reconnue comme telle par les profiteurs qui rêvent de l'Eldorado.
Source :
http://webcache.googleusercontent.c...
Sur les conséquences néfastes du communautarisme :
http://www.vigile.net/Lorsque-le-communautarisme-s
Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.

Source : /reunificationfr.html+programme+de+r%C3%A9unification+familiale&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=ca Sur les conséquences néfastes du communautarisme :

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie518 articles

  • 964 144

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait carrière dans la fonction publique à l’aide sociale. Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique. L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Jean-Louis Pérez-Martel Répondre

    9 juillet 2010

    En France l'on s'attaque à l'immigration clandestine
    Voici un passage de l'article de l'AFP publié aujourd'hui concernant ce phénomène des sans-papiers :
    Le ministre de l'Immigration Éric Besson a fixé un objectif de 28 000 reconduites à la frontière et de 200 filières démantelées à la fin de l'année. En 2009, plus de 29 000 sans-papiers ont été expulsés pour un objectif de 27 000*.
    ***
    *. Pour plus d'information, consulter La France a expulsé plus de 14 000 sans-papiers