Une enquête criminelle est-elle nécessaire ?

Le premier ministre n’est pas au-dessus des lois

S’il est prouvé que le premier ministre a menti à la population, son gouvernement devra démissionner

F810fae7f115df99c8f5b08b7a22b9d7

Chronique de Louis Lapointe

Code criminel.
Fraude
Article 380. (1)
Quiconque, par supercherie, mensonge ou autre moyen dolosif, constituant ou non un faux semblant au sens de la présente loi, frustre le public ou toute personne , déterminée ou non, de quelque bien, service, argent ou valeur ; a) est coupable d’un acte criminel (…)
Dictionnaire Larousse:

service
: Action de servir ; ensemble des obligations qu’ont les citoyens envers l’État, une communauté; (…)
vote : acte par lequel les citoyens d’un pays (…) expriment leur opinion lors d’une élection.

***
Nous savons maintenant que les Québécois ont perdu 40 milliards $ dans les récents déboires de la Caisse de dépôt et de placement du Québec. Par contre, nous ne savons toujours pas si Jean Charest leur a menti lorsqu’il a dit ne pas connaître la situation de la Caisse de dépôt et de placement lors de la campagne électorale qui a conduit à son élection l’automne dernier.
Un président de conseil d’administration de compagnie publique qui omettrait de révéler des faits avérés portés à sa connaissance de nature à affecter gravement la situation financière de la compagnie et qui ne les communiquerait pas aux actionnaires à l’occasion d’une assemblée générale annuelle dans le but d’être réélu serait-il accusé de l'infraction de fraude?
[

Serge Chapleau, La Presse 26 février 2009->http://photos.cyberpresse.ca/51-5859/#enVedette/0/recherche/Rechercher%20un%20album/0/onglets/51/0/album/5859/140752/]
Qu’en est-il d’un premier ministre qui fait porter toute sa campagne sur l’économie d’abord dans le but d’être réélu majoritairement et qui n’aurait pas révélé aux citoyens des faits concernant le plus important levier économique de l'état qu'il gouverne, allant même jusqu’à dire qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter de sa situation financière?
Ce n’est pas une commission d’enquête qu’il faudrait demander au sujet des agissements de ce premier ministre, mais bien une enquête criminelle.
Si cette enquête conduit à des accusations, ce premier ministre et tous les ministres de son gouvernement soupçonnés d’avoir eu une connaissance des faits, de la commission de l’infraction ou d'y avoir participé devraient normalement démissionner de leur charge et être remplacés.
Si le procès conduit à une condamnation du premier ministre, le gouvernement élu sous de fausses représentations devrait être congédié et le lieutenant-gouverneur devra alors déclencher des élections.

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 848 891

Autrefois avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    27 février 2009

    C'est le BAL des Vampires qui suçent le sang des Québécois. Et pourquoi pas la poursuite du Plan B et des commandites. Lors du dernier référendum, n'a-t-on pas cherché à savoir où Jacques Parizeau prendrait l'argent pour faire l'indépendance. Ils ont réussi à vider la Caisse qui était trop bien garnie.
    Un coup de maître du Renard roux et de ses complices sans doute payé pour affaiblir le Québec.
    Une enquête publique et ça presse et exiger la démission du PM renégat.
    C'est mon opinion.
    Marie Mance V

  • Archives de Vigile Répondre

    27 février 2009

    Pour appuyer ce concis exposé de Monsieur Louis Lapointe, rappelons-nous de la dynamique provoquée par la perte du pouvoir du nationalisme des Canadiens-français dans ce monde de corruption et triomphe du mensonge :
    Un des aspects les plus révélateurs dans l’exercice démocratique au Québec depuis l’événement de la prise du Pouvoir par le PQ en 1976, est qu’à chaque fois que le nationalisme politique et économique perd ce même pouvoir, les profédéralistes se renforcent exponentiellement par l’action de gouverner et de contrôler l’administration publique en conquérant plus d’espace politico-économique soustrait à ce même nationalisme québécois, espace d’autorité qui sera employé sans égards contre les intérêts généraux des Canadiens français, puisque ce sont eux, en majorité, qui ont fait de ce nationalisme fondamental et anticentraliste fédéral, depuis les années soixante, l’instrument politique indispensable à leur survie collective.*
    Jean-Louis Pérez
    Vive le Québec libre de caciques, de tricheurs de la politique, de traîtres et de pilleurs des ressources fiscales et naturelles
    _______________________
    *. Passage extrait de mon article Québec, la destruction d’une nation , lequel peut être consulté à Vigile.net

  • Archives de Vigile Répondre

    27 février 2009

    Non seulement Jean Charest ainsi que sa ministre Monique Jérôme-Forget devraient-ils être l'objet d'une enquête criminelle mais ils devraient être soumis au détecteur de mensonge.
    Si ces gens avaient un minimum d'honneur, ils démissionneraient de leur poste. Dans le régime britannique, lorsqu'un ministre ou premier ministre manque à son devoir d'état, il démissionnne. C'est étrange que nos politiciens canadians et fédéralistes québécois n'agissent pas ainsi, eux qui vantent tant les mérites du système britannique.
    Au japon, même les chefs d'entreprises qui ont failli à leur tâche, démissionnent. Evidemment, eux sont des gens d'honneur.
    Quels petits politiciens nous avons!

  • Archives de Vigile Répondre

    27 février 2009

    Et Rousseau qui a insisté pour que son remplacant soit Richard Guay, lui aussi un proche de Bouchard dans Transforce de Saputo et de Rousseau dans la Banque Laurentienne.
    "SAGARD- L'homme derrière Power Corporation, Paul Desmarais, accueille les grands de ce monde dans son nouveau domaine de Sagard, en Charlevoix, ce week-end.
    Parmi les 230 invités à cette prestigieuse pendaison de crémaillère, selon les témoins et les rumeurs, se trouvent : le premier ministre Jean Chrétien, les anciens présidents américains George Bush père et Bill Clinton, l'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard, la duchesse d'York, Sarah Fergusson, le ministre fédéral Martin Cauchon et l'ex-ministre Paul Martin."(La Presse, dimanche 31 août 2003
    )

    N'est-ce pas Lulu Bouchard, en tant que Premier Ministre du Québec, qui a donné son aval pour la création du monopole médiatique fédéraliste Gesca de Power Corp-Desmarais ?

  • Archives de Vigile Répondre

    27 février 2009

    Oui, et il est essentiel qu'il admette nous avoir menti pour se faire élire.
    Aussi d'ou viennent les fonds de son double et même triple salaires en biens immobiliers ?
    Quels sont ses liens avec Rousseau l'employé de Desmarais
    Pourquoi Charest a -t-il laissé la Caisse sans gouvernail
    Pourquoi après trois élections Charest accuse encore le PQ de tous ses erreurs et ses débâcles donc de tous ses mensonges et toutes ses incompétences ?
    Charest doit démisionner
    MichelG