Nouvelle formule appliquée au commentaire de Tribune libre

01. Actualité - articles et dossiers

La formule des débats sur LA TRIBUNE LIBRE a besoin d'être modifiée.
Désormais, chacun aura droit à un premier commentaire (un éventuel 2e commentaire remplacera le premier, etc.), mais je refuserai les commentaires sur les commentaires. Cette formule concerne tout le monde. Seuls seront retenus les commentaires sur le texte principal.
En vous remerciant de votre collaboration,
Bernard Frappier, 1er septembre 2009

Featured fa8c942e3bfc28bf0735d0d0ca8569d6

Bernard Frappier57 articles

  • 78 485

Fondateur, directeur et animateur de Vigile.net de 1996 à 2012.

Récipiendaire de la médaille Bene Merenti de Patria de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal, 2012.

« Bernard Frappier a réalisé une oeuvre d’une importance capitale dans le destin du Québec. Contre ceux qui voudraient effacer la mémoire de la nation, il a créé Vigile, grand phare et lieu de débat incomparable. » - Bernard Desgagné





Laissez un commentaire



12 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    5 septembre 2009

    Excellente décision de votre part monsieur Frappier, webmestre de Vigile. Cette sage solution s'imposait. BRAVO!
    Jacques Lamothe (Trois-Rivières)

  • Marcel Haché Répondre

    3 septembre 2009

    Nulle part il n'aurait été toléré la redondance et la virulence de messieurs Archambault et Montmarquette.
    La décision de M.Frappier était devenue nécessaire.Incontournable.

  • Archives de Vigile Répondre

    2 septembre 2009

    Rien n'empêche quelqu'un qui en a long à dire d'exprimer sa pensée dans un texte principal.
    Trois sujets ont mobilisé pas mal de participants.
    1- Québec-Montréal 2- élection décisionnelle- référendum 3- canadiens-français ou québécois.
    J'ai trouvé déplaisante l'attitude d'un partisan de Québec solidaire qui disait: Nous on l'a l'affaire et les autres sont des pourris. J'ai bien apprécié les réponses de Michel Gendron et je l'en remercie. Cet individu a réclamé que je sois réprimandé pour l'avoir traité d'innocent mais je ne faisais que réagir aux insultes qu'il a proférées contre les leaders du Parti québécois (allez voir ses textes) et je n'ai fait que protester contre son outrecuidance. En publiant ses insultes, Bernard Frappier a pris le risque que ça dérape.
    J'aime bien la formule blogue comme on la voyait sur le blogue de Marco Forcier qui publiait les textes instantanément sans contrôle. Là il pouvait y avoir un vrai débat jusqu'à ce que ça se gâte entre adéquistes et péquistes. Forcier publiait un texte d'opinion et on pouvait réagir au texte et aux commentaires sur le texte.
    Cette formule blogue n'est pas envisagée par vigile.net. C'est dommage.
    Vigile a voulu encadrer les commentaires en les limitant à 400 mots mais certains ont passé outre en publiant leurs textes en trois parties avec des suites à n'en plus finir.
    Ce que Bernard Frappier propose, c'est un compromis. Nous verrons à l'usage.
    J'espère que tous ceux et celles qui ont participé aux débats continueront à le faire tout en tirant les leçons qui s'en dégagent. Je m'inclus évidemment là-dedans. Mais je ne suis pas du genre à me laisser baver ou à laisser baver ceux que j'appuie sans réagir.
    Salutations
    Robert Barberis-Gervais, 2 septembre 2009

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    2 septembre 2009

    À l'encontre de cette nouvelle directive, je disais à M. Thompson (Débattre) ceci:
    "Pendant une période d’absence de M. Bernard, M. Éric avait aussi été confronté avec le problème des interpellations injurieuses. La solution qu’il avait proposée, mais que peu se sont astreints à respecter fut d’agir comme en assemblée délibérante : S’adresser toujours à l’auteur de l’article principal. Comme à M. le Président. Genre :
    « M. Thompson, vous proposez de limiter les échanges de débat, mais M. Luc prétend que ceci détruit le rythme et limite l’efficacité. Je lui suggérerais pour ma part d’écourter les préambules pour en venir vite au cœur du sujet… etc. »
    Cette formule place un écran entre les belligérants qui doivent ainsi ménager leurs transports et choisir leur vocabulaire. Nous étions très rares à nous y astreindre et comme personne n’aime faire la police pour les indisciplinés, c’est tombé en désuétude
    Ne pourrions-nous pas y revenir au lieu d’interdire nettement tout commentaire sur les commentaires ? Food for thought.
    "
    Cette proposition suit une opinion sur les bienfaits du débat contradictoire. J'y fais aussi ressortir que le "bavard" courtois est pénalisé et les injurieux concis sont portés sur la main. J'abonde donc dans le sens de M. Charbonneau, mais jusqu'à ce qu'il s'en prenne aux "anonymes". Comme je le soupçonne de confondre, à son tour, avec les pseudonymes, je lui demande donc d'aller vérifier notre enregistrement en bonne et due forme dans la liste des auteurs de Vigile. Le webmestre connaît alors nos coordonnées et peut librement nous modérer. Il a, de toujours, reconnu que certains intervenants ont des risques de représailles, dans le contexte du débat indépendantiste au Québec, si leur nom s'affiche à la journée longue dans nos pages libres de contraintes politiques.

  • Serge Charbonneau Répondre

    2 septembre 2009

    Je trouve déplorable qu'à cause de certains débats ayant dérivé (ce qui est toujours un "danger"), on élimine la possibilité de débattre.
    Le débat fait cruellement défaut dans notre société.
    Nous avons une culture québécoise anti-débat. Le débat est considéré par nous, Québécois, comme étant de la chicane.
    Je trouve déplorable cette attitude.
    Comment peut-on faire avancer des idées sinon que par le débat sans contrainte. Je considère cette nouvelle politique comme une forme de censure. Je suis totalement contre toute forme de censure, ce qui ne veut pas dire que je privilégie les débats manquant de civilité. Par contre comment peut-on apprendre à débattre de façon rationnelle, poli et civilisé sans pouvoir discuter et argumenter?
    Notre société manque de débat. Les cerveaux manquent d'occasions de raisonner. La confrontation d'idées est essentielle à la conscientisation et à la politisation.
    Je demande à Vigile de reconsidérer sa décision.
    Serge Charbonneau
    Québec
    P.S.: À mon sens la seule chose vraiment inacceptable, c'est l'anonymat.

  • Archives de Vigile Répondre

    1 septembre 2009

    Très bonne décision.
    Enfin, que l'analyse et la critique ou le commentaire portent surtout sur « le texte principal » sans oublier que nous voulons nous éclairer mutuellement sur la nature et les fondements de l'indépendance du Québec.

  • Pierre Schneider Répondre

    1 septembre 2009

    Très sage décision. Bravo !

  • Archives de Vigile Répondre

    1 septembre 2009

    Pas trop tôt comme initiative. Il y avait certains intervenants qui ne connaissaient que la logomachie . . .

  • Archives de Vigile Répondre

    1 septembre 2009

    Très bonne décision. Qui donne le goût d'écrire plus souvent.
    André Vincent

  • Archives de Vigile Répondre

    1 septembre 2009

    Voilà! Nous constatons que le webmestre de Vigile, M.Bernard Frappier, est sérieux et sait limiter les innombrables abus. Grand Merci.
    Ivan Parent
    PS: je vais en voyer un courriel à tous ceux qui m'ont manifesté par courriel personnel leur réticence à écrire de nouveau à cause des abus que l'on sait. Triple youppi!

  • Archives de Vigile Répondre

    1 septembre 2009

    Hourra !!!!

  • Archives de Vigile Répondre

    1 septembre 2009

    J'approuve cette saine décision avec enthousiasme.
    Elle forcera les intervenants à penser et à structurer leur pensée, suffisamment pour en exprimer l'essentiel, en une seule fois, sans s'appuyer sur celles autres.
    Les débats n'en seront que plus et mieux soutenus.
    Merci pour tout, cher monsieur Frappier.
    Andrée Ferretti.