Le parlement fantôme...

Par François Therrien

2006 textes seuls


Ce qui me dérange de ce débat du printemps [initié par André Pratte sur la maison Lafontaine ->610]c'est qu'il fait diversion sur les travaux en cours et qui ont pour but d'escamoter le site du [parlement détruit le 25 avril 1849 dans le Vieux-Montréal->662].

C'est pourquoi il faut situer exactement le lieu où se trouvait le parlement du Canada-uni incendié le 25 avril 1849 dans une opération relativement secrète dont il est difficile d'identifier les grands responsables mais qui n'avait certainement rien de spontané.
C'est probablement une des informations les plus importantes à transmettre aux Québécois actuellement. Il faudrait faire une carte très claire, une carte du Vieux-Montréal qui ne pardonne pas comme pour les touristes mais destinée aux Québécois et plus encore aux Montréalais.
Pratte and co parle de la maison de Lafontaine peut-être pour distraire de ce qui arrive comme un train pour le site du parlement incendié en 1849 place d'Youville contiguë à la rue McGill : les plans de Claude Cormier Pour l'establishment, le rayonnement (international) de la rue McGill est stratégique symboliquement parlant à plus d'un titre et de ce point de vue politique, le fantôme du parlement tout immatériel qu'il est ne doit faire aucun signe ni aucune tache.
Tout cela est bien normal et surtout compréhensible. L'effet psychologique (comme quand on parle de guerre psychologique) qui va résulter de cette volonté c'est une sorte de déréalisation du sujet, un Lacanien parlerait de "forclusion" à la base de sa théorie de l'échec de la métaphore paternelle à la base de tout procès psychotique.
Lafontaine est demeuré vivant et authentique premier ministre mais le parlement est passé quelques mois plus tard à Toronto car il n'y avait pas moyen de calmer Montréal !!! Les émeutes de LEURS meutes étaient incontrôlables jusqu'à ce que le parlement quitte pour Toronto...

Car ce parlement incendié bien que mentionné dans les livres d'histoire flotte sur la ville de Montréal et n'atterrit nulle part dans l'esprit de la plupart. Même à ceux à qui on en parle et qu'on essaie de guider, il semble que cela demeure difficile à localiser. C'est en partie accidentel, il y a là un effet de perte des repères. De la façon dont les choses se sont faites ensuite autour (compagnie d'assurance britanique, Grandd Tronc, Douanes du Canada on ne pense plus facilement aujourd'hui qu'il y a là un site propre à établir un parlement. La beauté de la vision avec laquelle les choses ont été développées (par QUI ?) autour du site du parlement aplati par le feu est probablement un chef-d'œuvre d'ironie ou de cynisme urbain mondial...

Il faut savoir cependant que toute une tradition étudiée par France A Yates associe la mémoire avec l'ordre dans l'espace : les lieux et les images.

CLAUDE CORMIER dans PARACHUTE no 118 une revue d'art contemporain dit "C'est un projet de place publique construit au-dessus du sol qui préserve plus de 400 ans d'histoire, celle de la ville de Montréal. Il s'agit d'une courte pointe de trottoirs et qui intègre la matérialité de cette ville historique sans nécessairement glorifier un épisode particulier de cette histoire. C'est un projet contemporain qui recycle les connaissances historiques du Vieux Montréal et protège ainsi à sa façon tous les vestiges archéologiques." p 116
C'est moi qui souligne... Cormier rigoureusement ne nomme pas le parlement, il l'ignore avec "contempt", et pour favoriser qu'on ne creuse pas plus avant, il utilise le terme "glorifier". Alors que évidemment on se demande comment on pourrait glorifier un épisode ou mieux dit un Événement majeur si peu glorieux...

Réalisez : on entre dans le Vieux-Montréal du côté est, par le Champ de Mars, on tombe sur la colonne Nelson à coté de l'Hôtel de ville ou on entre pas Scuouaaaaaiiiiire Victoria (carré Victoria...) alors on tombe sur la sculpture de la reine Victoria et le port de Montréal est on ne peut plus canadien.

Ils ont lancé un cahier 25 ans d'anniversaires de l'entente du Ministère des affaires culturelles et de la ville de Montréal NOTRE HISTOIRE RETROUVÉ. Il y a même un texte de Vaugeois là-dedans et un de Madeleine Arbour notre juge suprême à rayonnement international. Voici ce qu'on lit d'elle: "J'accède toujours à la rue de la Commune en passant par McGill. À chaque fois c'est un ravissement c'est encore la plus belle rue que j'ai jamais vue". Alors que pour moi c'est actuellement une des plus laides et des plus révoltantes... Un sommet dans l'art du mépris politique...

Est-il nécessaire de dire que le chef-d'œuvre d'évitement qu'est le travail de Cormier est en page couverture à en devenir pratiquement leur symbole du Vieux Montréal ? C'est pas rien là. Et c'est sur le point d'être à la partie ouest de la place d‘Youville dans les semaines qui s'en viennent !!!!
Ils sont salement motivés pour l'oubli et le brouillage de pistes. On ne saura pas vraiment c'est QUOI ni c'est OÙ ni non plus, et là c'est le plus difficile, QUI c'est vraiment. Perry ? Ferres ? La routine habituelle des grandes responsabilités aux petits bonhommes...
Il faut reprendre à dessein la forme passive assez fréquente dans les manuels. Je pense à ma guide à Ottawa quand elle nous a présenté le portrait de la reine Victoria qui est à peu près la seule chose qui aie été sauvée du feu, elle a pratiquement dit que le parlement s'était brûlé lui-même...Il y avait de la chicane entre les anglais et les français pis le feu a pogné... Autrement, le parlement est brûlé sous les yeux des notables ou encore dans l'atlas historique de Montréal « en 1849, l'approbation par le gouverneur Elgin de la loi d'indemnisation des pertes dues aux rébellions déclenche une émeute, et le parlement est incendié ».
Ma question est QUI veut tant cette chose de Claude Cormier comme non signe, comme écran sur le site du parlement ??? Moi en tout cas je n'en veux pas, le vieux stationnement tout croche actuel d'une certaine façon me paraît mieux... C'est dire ce que j'en pense...

L'art de la mémoire de Frances A Yates
_ http://www.maulpoix.net/memoire.html
_ http://www.volle.com/lectures/yates.htm


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé