GAZ À EFFET DE SERRE

Le mauvais élève

39bc5628254eb9c1d4acf9e6d6c69b85

Tout ça à cause de l'Alberta et de ses sables bitumineux

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, est sorti de la réserve que lui impose son rôle pour réprimander le Canada, lui reprochant de ne pas en faire assez pour la planète. Dernier de classe depuis que les conservateurs sont au pouvoir, le Canada saura-t-il mettre fin à un refus égoïste d’apporter sa contribution ?
L'événement est pour le moins singulier. Le secrétaire général des Nations unies prend garde de ne pas se mêler de la politique intérieure des pays membres, à moins qu’ils contreviennent à des décisions de l’Assemblée générale ou du Conseil de sécurité. Or cette sortie de M. Ban a été planifiée. Il a lui-même sollicité une entrevue à Radio-Canada et à la CBC pour lancer un appel au gouvernement de Stephen Harper pour l’inviter à être visionnaire et à « être porteur de plus grandes ambitions ».

Décodons. Ce geste, Ban Ki-moon l’a fait car il estime, alors que s’accélèrent les préparatifs de la conférence de Paris sur le climat de l’été 2015, que le Canada doit cesser d’être un empêcheur de danser en rond. Depuis 2006, soit depuis l’arrivée de Stephen Harper au pouvoir à Ottawa, tout a été fait pour dénaturer les engagements pris par le Canada lors de la signature en 1997 de l’accord de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre (GES), dont il a fini par se retirer comme pays signataire. Quant aux cibles de réduction des émissions, elles ont été abaissées. Lors de la conférence de Copenhague en 2009, le Canada s’était fixé de les ramener de 17 % sous le niveau de 2005 d’ici 2020. Cette cible ne sera vraisemblablement pas atteinte.

Le problème aux yeux de Ban Ki-moon est que le mauvais élève déteint sur quelques autres pays qui résistent à se joindre à l’effort planétaire. À l’inverse, le Canada, s’il redevenait le pays exemplaire qu’il a déjà été, contribuerait à faire avancer les négociations. On attend de lui qu’il annonce prochainement un engagement ciblé de réduction des émissions de GES, comme le feront la plupart des pays. Les Nations unies veulent qu’avant même que ne débute la conférence de Paris un nombre suffisant de pays se soient engagés, ce qui ouvrirait le chemin à un accord.

L’intervention de Ban Ki-moon vient ajouter à la pression qu’a créée sur le Canada l’entente intervenue il y a trois semaines entre les deux plus grands pollueurs de la planète, la Chine et les États-Unis, sur le réchauffement climatique. Les États-Unis se sont donné une réduction de 26 % à 28 % de leurs émissions de GES d’ici 2025 par rapport à 2005, et la Chine vise à stabiliser ses émissions d’ici 2030. Le gouvernement Harper, qui prenait prétexte de l’inaction américaine pour justifier sa léthargie, ne pourra pas faire moins que son voisin.

Le premier ministre Harper a déclaré à l’issue du sommet du G20 tenu en Australie à la mi-novembre que le Canada ferait partie d’un accord contraignant regroupant tous les principaux émetteurs de GES et qu’il contribuerait prochainement à des fonds internationaux pour lutter contre les changements climatiques. Mais tous les observateurs sont sceptiques.

Le Canada, « pays moderne et avancé », comme l’a souligné le secrétaire des Nations unies, ne peut plus se cantonner dans un rôle de leader négatif qui fait prévaloir ses intérêts, soit ici la protection des emplois, sur l’avenir de la planète. Ces prochains jours, la ministre de l’Environnement, Leona Aglukkaq, sera à Lima, où se tient une conférence préparatoire à celle de Paris. Ce serait l’occasion de confondre les sceptiques avec de premiers engagements. Mais encore faudrait-il que celle-ci commence par reconnaître qu’il y a un phénomène tel que le réchauffement climatique. C’est dire le chemin à faire pour que ce gouvernement retrouve la lumière de la science qui éclaire les esprits.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé