Reproches de VLB à Michaëlle Jean

Le fond demeure

Tribune libre 2008

En mai 2003, au plus fort du déluge de drapeaux de Patrimoine Canada,
Pierre Falardeau avait prononcé une longue envolée oratoire critiquant avec
raison ce procédé propagandiste aux penchants soviétiques. Le lendemain,
les médias n'avaient cependant retenu que le qualificatif de « grosse truie
» qu'il avait destiné à la ministre Sheila Copps. Adieu, beau discours!
Cette fois-ci, c'est Victor Lévy-Beaulieu qui a des raisons tout-à-fait
recevables de s'en prendre à la gouverneure générale Michaëlle Jean, une
belle femme dont les charmes sont exploitées à des fins non moins
propagandistes de rapetissement de la nation québécoise et de
détournement du sens des festivités du 400e de Québec.
VLB se défend en
disant qu'on ne lui reprocherait pas à ce point d'utiliser l'expression «
reine-nègre » si Michaëlle Jean n'était pas noire. Sans aucun doute, sauf
que justement, Michaëlle Jean EST noire.
Inutile d'être docteur en
communications pour comprendre qu'il suffit maintenant aux adversaires de
VLB de le disqualifier auprès de l'opinion publique sur la forme
uniquement, sans avoir à se défendre le moindre du monde sur le fond des
reproches qui leurs sont adressés.
Encore une fois, un critique du régime
fédéral canadien qui aurait pu être éloquent et convaincant «
s'auto-pelure-de-bananise » par ses excès de langage. Et c'est la juste
cause qu'il veut défendre qui en sort perdante.
Christian Gagnon

Montréal
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured 38a394e6dfa1bba986fca028dccfaa78

Christian Gagnon138 articles

  • 113 848

CHRISTIAN GAGNON, ing.
_ L’auteur a été président régional du Parti Québécois de Montréal-Centre d’octobre 2002 à décembre 2005





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé