INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 318

Le deuxième Canada (18/29)

Analyse du rapport Durham – IV : Travailler à l’assimilation le plus rapidement possible, sans persécution.

Chronique de Bruno Deshaies



« les Canadiens avaient vu en Durham un libérateur…

jusqu’au jour où ils apprirent qu’il préconisait

l’Union et l’Assimilation… »

***
Faut-il aller jusqu’à l’assimilation pour résoudre la crise canadienne ? Pour les raisons exposées dans la chronique précédente (cf. DOCUMENT de la chronique 17/29) et en vue « d’élever » le Bas-Canada à la hauteur d’une civilisation vraiment britannique tout en poursuivant le modèle d’intégration de la Louisiane à l’Union américaine, Durham dévoile de cette manière son désir d’assimiler les Canadiens-Français. Le cri d’alarme d’Étienne Parent est lancé le 15 octobre 1838 dans Le Canadien par un très long article.
Le plan de Durham pour résoudre le problème canadien-français comporte quatre parties :
1o D’abord la subordination politique ;

2o Un effort de peuplement britannique de la part de la Grande-Bretagne ;

3o La création d’une union législative ;

4o Puis, l’assimilation des Canadiens-Français.
Que se passera-t-il ? Comme le signale Maurice Séguin : « On sait que l’assimilation ne se produira pas, parce les Canadiens sont trop puissants et trop bien encadrés… même si ces cadres sont fragiles. » De plus, le Canada-Anglais ne sera pas suffisamment prospère rapidement pour absorber les Canadiens-Français. Il y a aussi cette présence étasunienne qui joue à l’avantage, indirectement, de la société canadienne-française et dont les Canadiens-Anglais craignent les conséquences néfastes sur l’intégrité des frontières canadiennes. Par conséquent, l’assimilation totale n’a pas eu lieu.
La subordination, par contre, est bien réelle ainsi que la mise en minorité de la société québécoise française. Ce qui est moins visible aux yeux des Québécois-Français, c’est la perte de leur agir par soi collectif aux plans interne et externe, sauf en ce qui concerne les pouvoirs ou les compétences provinciales concédées en 1867, mais sous la tutelle de l’État fédéral d’un Canada-Anglais.
Le problème auquel sont confrontés aujourd’hui les Québécois-Français demeure certes ce défi de l’assimilation mais, plus grave encore, celui de leur nombre relatif tant au Québec qu’à l’intérieur du Canada. Le problème en tant que tel ne peut être la qualité de la langue en soi que son poids réel au plan démolinguistique surtout au sein du Québec et dans la région montréalaise. L’affirmation collective d’un Québec français principalement dans l’île de Montréal constitue un enjeu majeur de la problématique indépendantiste.
Bruno Deshaies

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 268 195

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé