INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 313

Le deuxième Canada (13/29)

La double crise politique et nationale de 1835-1837 annonce des modifications constitutionnelles importantes.

Chronique de Bruno Deshaies



« Le plus grave, la 93e résolution : l’assemblée ne votera pas de subsides tant que Londres n’aura pas accédé aux demandes des Canadiens-Français ; c’est la grève parlementaire. »
***
L’enjeu pour l’avenir du Canada et de l’Empire britannique se joue dans le Bas-Canada. La double crise politique et nationale accapare le monde anglais entre 1828 et 1839. Les Canadiens-Français se font de plus en plus exigeants ; leur demande pour le contrôle du ministère devient plus urgente ; leur désir de jouir du self-government comme majorité est battu en brèche. Qu’ils le veuillent ou non, leur position politique entre en contradiction frontale avec les visées du British Montreal (cf. no 29, RÉF., no 4 et la [chronique no 6/29->Le-deuxieme-Canada-6-29]). Dans un tel contexte, le Bas-Canada paralyse le développement du Haut-Canada (cf. no 30 ci-dessous). Cette troisième crise ne pourra pas résister à l’offensive du Canada-Anglais appuyé finalement par la Grande-Bretagne.
La mission « de paix et de conciliation » du gouverneur Gosford ne retardera que de quelques années l’échéance d’un règlement plus global de la situation. Les rapports entre le gouverneur et l’assemblée se solderont par une grève parlementaire des Canadiens-Français qui entraînera le raidissement de la position du gouvernement de Londres, d’une part, et beaucoup de mécontentement, d’autre part, du « vrai Parti anglais » dans le Bas-Canada (cf. TEXTE no 4 et aussi RÉF., no 4). En outre, les Patriotes ne sont guère plus contents. Tous les éléments d’une révolte éminente sont en place.
Les dix résolutions Russell du mois de mars 1837 (voir TEXTE no 3 et RÉF., no 5 : p.73-74) viennent répondre aux Quatre-vingt-douze résolutions canadiennes-françaises de 1834 et aux résolutions adoptées par la Chambre d’assemblée du Bas-Canada en 1836 (RÉF., no 5 : p. 72). Les résolutions Russell mettent fin aux tergiversations. Londres pourra agir sans le consentement de l’assemblée, si nécessaire. Le parti de Papineau est donc acculé soit à se soumettre ou à s’opposer. Le 15 mai 1837, Papineau réplique dans son discours à l’occasion de l’assemblée du comté de Montréal tenue à Saint-Laurent (Ibid., p. 75-76) que le journal La Minerve de Montréal publie et approuve (25 mai 1837). Si nos adversaires « marchent dans la voie de l’illégalité et de l’injustice, déclare Papineau, marchons d’un pas égal, ou plus rapide, dans celle de la résistance ».
Bruno Deshaies

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 268 179

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé