PKP dans tous ses états

La vision de Pierre Dubuc

« Ce qu’il y a de pire chez le fanatique, c’est la sincérité »

9f368459f9e052fdc95d907e68578b72

Un allié objectif des Libéraux de Couillard

J'ai longtemps estimé le combat mené par Pierre Dubuc pour l'indépendance du Québec.

Jusqu'au jour où j'ai compris que la réalisation de cet objectif n'était pas pour lui un désir vital de libération nationale et sociale du peuple québécois, mais bel et bien le moyen de concrétiser ses idées gauchistes de la nature d'une révolution.

À l'heure qu'il est, à l'égal de QS, Pierre Dubuc est un allié objectif des libéraux de Couillard.

QS, la grenouille qui veut devenir aussi grosse que le bœuf, a l'excuse d'être un banal Parti qui aspire au pouvoir. Pierre Dubuc n'est, malheureusement parce qu'il ne s'en aperçoit pas, qu'un piètre obstacle à l'union nécessaire de tous les indépendantistes.
Ce qui me fait une peine profonde, parce que je crois qu'il croit à la justesse et à la pertinence de son action.

Comme l'écrivait Oscar Wilde: «Ce qu'il y a de pire chez le fanatique, c'est la sincérité».

Featured 4c829808fe105759e71d600533cfd2d9

Andrée Ferretti124 articles

  • 112 461

"Rien de plus farouche en moi que le désir du pays perdu, rien de plus déterminé que ma vocation à le reconquérir. "

Andrée Ferretti née Bertrand (Montréal, 1935 - ) est une femme politique et
une écrivaine québécoise. Née à Montréal dans une famille modeste, elle fut
l'une des premières femmes à adhérer au mouvement souverainiste québécois
en 1958.Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle
représente la tendance la plus radicale du parti, privilégiant l'agitation sociale
au-dessus de la voie électorale. Démissionnaire du parti suite à une crise
interne, elle fonde le Front de libération populaire (FLP) en mars 1968.Pendant
les années 1970, elle publie plusieurs textes en faveur de l'indépendance dans
Le Devoir et Parti pris tout en poursuivant des études philosophiques. En 1979,
la Société Saint-Jean-Baptiste la désigne patriote de l'année.
Avec Gaston Miron, elle a notamment a écrit un recueil de textes sur
l'indépendance. Elle a aussi publié plusieurs romans chez VLB éditeur et la
maison d'édition Typo.





Laissez un commentaire



13 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    3 mai 2015

    Le nationalisme homérique
    Après la version papier, la version électronique, il nous faut la version conversation. Pour le SPQlibre, il serait temps que vous cessiez votre combat DANS le régime pour l’entrevoir enfin SUR le régime. La conversation doit sortir de votre arène.
    On a le même type de combat avec les IPSO depuis des années. Il serait temps que ces deux organismes de bonne foi croisent le fer sur le terrain avec d’autres personnes qu’eux-mêmes.
    Allez sur le terrain des vaches et vous constaterez que votre discours ne fera pas beaucoup d’adeptes. Madame Andrée Ferretti a raison de vous manifester son désaccord. Le SPQlibre mène une lutte dans le SOCIAL. Le NATIONAL ne le concerne pas. Mais non, car après la révolution sociale nous serons indépendants ! On l'est peut-être déjà... Pourquoi après deux échecs référendaires, on ne le sait pas !
    Pour le vrai débat, le SPQlibre et les Ipso ne veulent rien savoir des indépendantistes sincères et fervents. Leur credo consiste à refaire la société sans égard à l’oppression essentielle que subissent les Québécois-Français, en particulier, et les malaises créés par leur situation dans un État fédéré, provincialisé, etc. et, bien évidemment, d’une société colonisé par l’effet direct de l’impérialisme CANADIAN doté d’une constitution de vainqueurs.
    J’invite les lecteurs de cette position de Madame Ferretti de venir consulter le texte de Doris Lussier, en 1974, et de beaucoup d’autres sur cette question de l’indépendance politique du Québec.
    Il serait grand temps que le nationalisme homérique qui habite une certaine frange de la société québécoise qu’il devrait prioritairement s’intéresser au bien commun SOCÉTAL d’un point de vue NATIONAL. C'est un renversement d'optique.
    Ce n’est pas contre monsieur Pierre Karl Péladeau qu’il faut s’en prendre, c’est au régime fédéral qui nous constitue comme nation MINEURE. Nous sommes «les prisonniers» du régime (cf. «Aller au fonds des choses. Pour la suite de note histoire.» (Doris Lussier. http://www.vigile.net/Doris-Lussier-1918-1993 )
    Bonne lecture et que la conversation indépendantiste commence. Elle sera précieuse pour l’Institut de recherche sur l’indépendance du Québec que Monsieur Péladeau propose de mettre en place. Un volet distinct du gouvernement péquiste en tant que tel. Ce sera «notre» Chaire du Québec sur l'indépendance.
    Enfin.

  • Stéphane Sauvé Répondre

    28 février 2015

    J'ai beau avoir une forte tendance à pencher pour PKP...il n'en demeure pas moins que la réponse de Dubuc à votre dernière "analyse" est pour le moins efficace.
    Comme on dit par che nous, Et v'lan dans les dents !...: http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=5852
    Vous lui répondez quoi ?
    PS: N'y a t'il pas un brin de fanatisme chez vous mme ? N'étais-ce pas le cas avec Mme. Marois ? Quelque chose m'échappe dans votre manque de cohérence. Peut-être pourriez-vous m'éclairer ?

  • Jean Gilles Répondre

    24 février 2015

    Cette problématique est des plus importantes! Que feront les Céré et tous ceux pour qui il faut être à gauche avant d'être indépendants?
    Il est évident que Martine est soutenue par des syndicats.
    Que feront les Pierre Dubuc et autres?

  • Jacques Bergeron Répondre

    24 février 2015

    Ceux et celles qui font passer leur idéal philosophique avant l'indépendance ne
    peuvent faire avancer l'idéal du peuple du Québec, l'indépendance seule outil de libération de notre peuple. Lorsque le Québec sera indépendant, il lui sera toujours loisible de se donner le gouvernement de son choix, comme le font tous les pays normaux et libres ce qui ne peut être le cas des gouvernements des pays
    «totalitaires religieux» comme nous le voyons chez les pays Islamo-musulmans.
    En attendant d'atteindre notre objectif souhaitons-nous un pays «Laïque indépendant de langue française » en terre inhospitalière d'Amérique du nord » pour notre langue.

  • Archives de Vigile Répondre

    24 février 2015

    On voit bien que ce nobody cherche à faire, c'est de se donner de l'importance.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    24 février 2015

    @M. Gaston Carmichael,
    Merci d'avoir fourni cette référence toute fraîche du Devoir, qui répond du tac au tac à mon commentaire, en lui ajoutant beaucoup d'optimisme:
    Le chef d’ON, Sol Zanetti, y voit une volonté de jeter les bases d’une « collaboration multipartite » en vue des prochaines élections générales, prévues à l’automne 2018. « C’est la première fois que ça arrive. Pour moi, c’est extrêmement encourageant », dit-il lors d’une entrevue téléphonique avec Le Devoir.
    Le chef d'O.N. ne saurait cependant se départir d'une rigidité sélective face aux candidats en lisse:
    M. Zanetti demeure persuadé que seul « un engagement clair à faire l’indépendance dans un premier mandat » pourra « réellement réunir » les forces indépendantistes.
    Or, les indépendantistes seront-ils jamais assez forts sans la crédibilité économique?

  • Archives de Vigile Répondre

    23 février 2015

    Malheureusement certains ne voient pas l'indépendance du Québec comme le véhicule de tous les possibles. Ils la réduisent à un simple politique parmi d'autres dans un programme électoral.Certains ne la désirent que si le pays à naître préconise une politique de gauche,d'autres veulent un pays aux politiques plus à droite.Voilà le plus grand obstacle à la réalisation du pays.Je crois que PKP incarne le rêve de ceux pour qui l'avènement du pays est le socle sur lequel les citoyens de ce nouveau pays pourront enfin décider pleinement ce qu'ils entendent faire. Le pays est le véhicule essentiel à toute politique, qu'elle soit de gauche ou de droite et tous les souverainistes devraient se ranger derrière ce but ultime qui nous unit.N'abandonnons pas la proie pour l'ombre. Cessons de faire le jeu de nos adversaires!Rangeons nous derrière PKP, le seul candidat pouvant possiblement, grâce à sa crédibilité en matière économique,réaliser, enfin , ce pays auquel nous aspirons.

  • DENIS RATTÉ Répondre

    23 février 2015

    Bravo Mme Ferretti .,venant de vous !!! le coup a une plus grande portée ....

  • Archives de Vigile Répondre

    23 février 2015

    «On a vu O.N. Zanetti offrir un café à Mme Hivon, mais qu’a-t-il fait de la contre offre d’un souper, mais en compagnie des autres indépendantistes ?»
    Peut-être, un début de réponse ici: http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/432638/vent-nouveau-sur-le-mouvement-independantiste

  • Archives de Vigile Répondre

    23 février 2015

    Bonjour Mme.Ferretti.
    Peut-être que Pierre Dubuc veut concrétiser ses idées gauchistes ,à travers le mouvement indépendantiste. Mais ,pour PKP ,c'est peut-être la même chose, pour ses idées de droites. L'indépendance ne se fera pas avec le couronnement d'un chef,il suffit de lire l'excellente déclaration,de cette jeune indépendantiste publiée dans le devoir,et qui a été reproduite sur vigile.Si je peux me permettre un conseil, gardez-vous une petite réserve, si vous ne voulez pas être déçue.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    22 février 2015

    Ne soyons pas Charlie à la Panurge... Ne soyons pas anti Dubuc par affection pour Mme Ferretti. On voit actuellement PKP voguer sur le vent de Facebook, évitant les écueils des journaleux. Mais Dubuc, comme Lisée, comprend bien que l'homme devra y faire face plutôt tôt que tard: maintenant qu'il s'en vient au pouvoir, comment travaillera-t-il avec le syndicalisme? Le PAYS, comment vivra-t-il le monde du travail? Pas besoin des détails, genre les hausses de salaires chez WalMart comme aux États... Pas besoin de répondre à Françoise qui l'accuse d'avoir retiré la loi anti scab alors qu'on était en gouvernement en sursis! Mais... parler à son monde...
    Anyway, la nécessaire union de tous les indép. ne tient pas qu'à PKP. On a vu O.N. Zanetti offrir un café à Mme Hivon, mais qu'a-t-il fait de la contre offre d'un souper, mais en compagnie des autres indépendantistes? Chacun invite l'autre à le rejoindre mais n'est pas pressé de rejoindre l'autre...
    Nous sommes encore en train d'échapper le ballon aux mains des tricheurs (comme au DeflateGate).

  • James A. Wilkins Répondre

    22 février 2015

    Qand je lis Pierre Dubuc déblatérer sur PKP je me dit que certains souverainistes sont leurs pires propre enemis.
    Mettre la gauche ou la droite avant le pays, c'est ''mettre la charrue avant les boeufs''
    Dommage qu'un être aussi talentueux que Pierre Dubuc démontre son incapacité à discerner les priorités essentielles.

  • Archives de Vigile Répondre

    22 février 2015

    Voici le segment à Bazzo.tv où Pierre Dubuc fournit des munitions au PLQ.
    Je vois déjà Couillard dire que même le plus extrémiste des séparatistes rejette PKP.
    Pas besoin d'ennemi avec un ami comme lui.