CONVERGENCE SOUVERAINISTE

Le PQ ouvre (vraiment) les bras

Péladeau veut prouver son sérieux et souhaite une feuille de route commune

Df9519878b711e6b6f3586052e0e5311

Faire preuve de toute l'ouverture et la bonne foi possible

Une lettre pour prouver sa bonne foi, et ouvrir les bras. Souvent critiqué par Québec solidaire dans le projet de convergence des forces souverainistes, le Parti québécois tente aujourd’hui de rassurer ses partenaires. Dans une missive envoyée au Devoir, Pierre Karl Péladeau plaide que le PQ est réellement ouvert à l’idée de faire une large place aux forces progressistes, avec lesquelles il souhaite établir une « feuille de route commune » et bâtir « un véritable projet de société ».

Selon nos informations, la lettre est diffusée à quelques jours d’une importante réunion qui rassemblera l’essentiel des acteurs de la convergence — le PQ, QS, Option nationale (ON), le Bloc québécois et des représentants du Oui (Organisations unies pour l’indépendance, coalition présidée par Claudette Carbonneau). Cette rencontre aurait lieu à la fin de la semaine prochaine.

Dans sa lettre écrite avec la députée Véronique Hivon (responsable du dossier de la convergence), M. Péladeau semble ouvrir plus grande et plus clairement la porte à la présence des idées de QS et ON au sein du PQ. « La réécriture du programme du PQ, qui se concrétisera au congrès de juin 2017, pourra, et nous l’espérons, être influencée pas nos collègues des autres partis et par les acteurs de la société civile », écrivent-ils.

« Nous croyons nous aussi que le projet de pays ne trouve sa pleine valeur que s’il permet d’apporter des réponses progressistes et novatrices aux défis qui sont les nôtres », ajoutent les auteurs.

Le texte de trois pages vise à répondre aux doutes émis par QS (mais aussi ON) sur la volonté réelle du Parti québécois quant au projet de convergence. Les solidaires et les onistes ont souvent demandé au PQ de « mettre cartes sur table », notamment en ce qui a trait à la stratégie d’accession à l’indépendance. Les griefs de QS concernent aussi le « dogme du déficit zéro » et, plus largement, la présence de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois.

Points de rencontre

M. Péladeau et Mme Hivon soutiennent qu’il y a déjà plusieurs « points de convergence » entre les différents acteurs engagés dans la convergence. Ils évoquent les valeurs de justice sociale ; le fait que les programmes politiques se recoupent « à plusieurs égards » et notamment sur l’importante question de la révision du mode de scrutin ; la volonté du PQ de créer lui aussi une assemblée constituante pour rédiger la constitution d’un Québec indépendant ; etc.

Concernant l’épineuse question de la stratégie référendaire, Pierre Karl Péladeau et Véronique Hivon disent que leur « volonté de faire l’indépendance est claire. Sur le comment, nous entendons respecter le processus démocratique qui a toujours caractérisé notre formation politique et notre volonté de rassembler les forces souverainistes ». Mais il n’y a pas plus de détails pour le moment.

De manière générale, M. Péladeau et Mme Hivon soulignent que « la diversité [des idées et des opinions] est le socle sur lequel il faut construire », que la « convergence ne vise pas à gommer toutes les différences », et que « l’union ne désigne pas la fusion ». En somme, il n’y a pas à être d’accord sur tout pour s’entendre sur l’essentiel.
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé