Le grégarisme

Tribune libre

Bien sûr, comme toutes les personnes éprises de liberté, je me réjouis de la mobilisation quasi mondiale des peuples pour exprimer leur appui à la défense et promotion de la liberté d'expression, attaquée réellement et symboliquement par la tuerie des rédacteurs et illustrateurs de Charlie Hebdo.

Il n'empêche que j'ai éprouvé un frisson de peur devant la ruée des manifestants qui envahissaient ce dimanche, 11 janvier 2015, les rues de Paris, Berlin, Rome, Ankara et autres capitales et banlieues du monde, ne pouvant m'empêcher de me rappeler les ralliements hitlériens du milieu des années 1930.

Des dizaines et centaines de milliers de personnes qui entrent dans la parade, plus par envie de faire comme tout le monde que par besoin de répondre à une profonde conviction personnelle.

Des dizaines et centaines de milliers de personnes qui ne connaissent Charlie Hebdo que depuis le fatidique sept janvier, qui plus habituellement ne lisent que les journaux sportifs et à potins, au mieux les faits divers, aux mieux-mieux, les éditoriaux qui pontifient sur les événements de l'actualité locale.

L'Homme disait Aristote est un animal politique, le seul dans l'univers des vivants à avoir conscience de son individualité, par conséquent de sa responsabilité dans l'édification d'une société juste. C'est tout à l'honneur du grand philosophe d'avoir élevé l'humain à cette dignité, ne serait-ce que parce qu'il le force à y accéder. Malheureusement, après plus de deux mille ans d'enseignement de cette conception de la nature de l'humanité, celle-ci se montre à la première occasion aussi grégaire qu'une colonie d'abeille ou qu'une meute de loup.

Aujourd'hui (11 janvier 2015), j'ai vu une foule qui sans état d'âme emboîtait le pas à Nétanyahou, tueur non seulement de la liberté des Palestiniens mais de leur existence même. J'ai alors pensé que l'événement était en somme une réplication du grégarisme qui autrefois rassemblait le monde dans la traque du juif.

Et j'ai pensé avec colère et tristesse que la meute d'aujourd'hui comme celle d'hier était commandée par des hommes sans visages, les détenteurs du pouvoir capitaliste, auteurs des attaques djihadistes et auteurs de leur répression.

Et j'ai pensé avec colère et tristesse à la fillette de dix ans qu'on a fait exploser dans un marché, au Nigéria, sans crainte que les grégaires occidentaux se rassemblent, cette fois.

Featured 4c829808fe105759e71d600533cfd2d9

Andrée Ferretti124 articles

  • 112 461

"Rien de plus farouche en moi que le désir du pays perdu, rien de plus déterminé que ma vocation à le reconquérir. "

Andrée Ferretti née Bertrand (Montréal, 1935 - ) est une femme politique et
une écrivaine québécoise. Née à Montréal dans une famille modeste, elle fut
l'une des premières femmes à adhérer au mouvement souverainiste québécois
en 1958.Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle
représente la tendance la plus radicale du parti, privilégiant l'agitation sociale
au-dessus de la voie électorale. Démissionnaire du parti suite à une crise
interne, elle fonde le Front de libération populaire (FLP) en mars 1968.Pendant
les années 1970, elle publie plusieurs textes en faveur de l'indépendance dans
Le Devoir et Parti pris tout en poursuivant des études philosophiques. En 1979,
la Société Saint-Jean-Baptiste la désigne patriote de l'année.
Avec Gaston Miron, elle a notamment a écrit un recueil de textes sur
l'indépendance. Elle a aussi publié plusieurs romans chez VLB éditeur et la
maison d'édition Typo.





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Andrée Yanacopoulo Répondre

    18 janvier 2015

    On ne peut pas ne pas être violemment heurté par un tel événement, par le meurtre, de quelque côté qu'il frappe.
    Par ailleurs, je pense que l'évènement Charlie Hebdo est porteur de beaucoup de significations, qu'il nous faut dépasser le stade de l'émotion pour véritablement en tirer la "leçon" qu'il nous donne, et, par là, les "actions" que nous souhaitons entreprendre.

  • François Ricard Répondre

    12 janvier 2015

    Il n'en demeure pas moins que ce n'est pas demain la veille que nos gouvernants demanderont à l'islam de changer.
    Le Canada fait partie de la francophonie.
    Le Canada fait partie de la francophonie à cause du Québec. Michaelle Jean, une canadienne, vient d'être promue présidente de la francophonie.
    Pourtant, à la grande marche de dimanche, il n'y avait ni Harper, ni Couillard, ni Mme Jean.
    Tout simplement déplorable. Et accepter le fait que ces gens-là ne demanderont pas à l'islam de changer.

  • Archives de Vigile Répondre

    12 janvier 2015

    J'ai le même frisson quand je vois Un M. Couillard faire la marche devant le parlement à Québec puis qu'on le félicite d'avoir rencontré les communautés religieuses pour des "accommodements raisonnables". Comme je le dis à ceux qui sollicitent mon aide pour x raison, je débute par l'être humain devant moi, ses croyances, ils se confronteront à la réalité de l'existence. On me demande souvent si je crois, si je suis croyant. Je rétorque que J'ai une spiritualité qui n'a rien à faire d'un dieu et de dogmes qui déshumanise l'être humain. Je reste poêtement philosophe en disant que nous sommes Dieux car nous sommes poussière d'étoile car nous sommes de la Nature et retourne à la Nature. Nous sommes des gardiens de la Vie qui inclue la mort. Nous ne sommes pas des guerriers qui détruisent la Vie et prônent la Mort.

  • James A. Wilkins Répondre

    12 janvier 2015

    Ce constat est tout à fait pertinent et trop absent de la couverture journalistique qui nous a inondée depuis hier. Il y a une certaine manipulation des masses qui agace. Encore là on dirait qu'on ne réussit pas à apprendre de l'histoire.

  • Jacques Bergeron Répondre

    12 janvier 2015

    Moi ce que je n'ai pas vu, ce sont les bonzes et rois du pétrole, tout en étant rois et princes de l'Arabie saoudite d'une religion «archaïque», les amis de notre premier ministre et misérable individu qui a accepté de travailler pour ces gens et de cacher ses pauvres dollars dans un paradis fiscal contre la liberté des individus , et surtout des femmes, en pays musulmans. Tous ces dictateurs religieux ne sont que de pauvres individus privant leurs ouailles de la liberté de penser et d'agir sans devoir penser comme leur prophète en ne tenant pas compte que ce saint homme «?» avait vécu il y plus de 1300 ans donc avec une philosophie de cette époque. Ce que j'aurais voulu voir ce sont tous ces dictateurs venir dire au monde entier que dans leurs différents pays de religion musulmane il n'y avait de liberté que pour les «hommes» et « les membres» , femmes incluses dans ce cas, de leur religion, toutes les autres personnes n'étant que des mécréants n'ayant le droit de vivre que s'ils se convertissaient à leur religion ou s'ils acceptaient de payer à leurs maîtres un impôt pour avoir le droit de vivre, comme les taxes que l'on trouve chez dans la mafia. Ce que je n'ai pas vu et ce que j'aurais voulu voir et entendre, ce sont les dirigeants et les dirigeantes des pays libres, faisant partie des Nations Unies et disant que tous les pays qui contreviennent a la liberté des femmes, et des citoyennes et citoyens d'autres religions n'auront plus droit de cité a l'ONU. C'est pour ces motifs qu'il m'est interdit d'appuyer les Palestiniens,(et les Palestiniennes si elles existent et ont droit de penser) dans leur démarche qui ne peut que conduire ce pays vers un État dictatorial, endroit peu fréquentable pour les amants de la liberté des personnes et des religions dans un pays laique.

  • Archives de Vigile Répondre

    12 janvier 2015

    La question: pourquoi se rassembler LÀ, à PARIS et non au Yemen où au même moment que l'attentat parisien se faisait tués par un groupe de terroristes une trentaine de jeunes policiers et non au Nigeria où quelques jours plus tard se faisait explosée une fillette de douze ans faisant des morts autour d'elle?
    Parce que la Presse est le 4e pouvoir et qu'on l'attaque ou pas, dans le fond elle est le premier pouvoir. Parce que PARIS c'est un symbole et c'est la ville la plus visitée AU MONDE.
    Pourquoi on ne parle jamais des autres victimes de l'attentat Charlie Hebdo, pourquoi le silence autour d'elle et d'eux? parce qu'ils ne sont pas connu.e.s? les inconnu.e.s ne font pas la manchette c'est certain. C'est le premier pouvoir qui en décide ainsi. Et c'est lui qui décide quand et où le monde se rassemblera. Pourquoi? c'est pas important qu'on le sache, il va nous le dire: dans ce cas : l'unité ( européenne) et la liberté (du premier pouvoir- la Presse)