Gilles Duceppe et l’itinéraire d’un destin manqué

Une biographie met en relief toutes ces guerres intestines qui nuisent au mouvement souverainiste

0507ad253b5ad3cf022c3e78fd65850e

Les fédéralistes encensent Duceppe : que cela cache-t-il ?

Et si, et si, et si… ? Dans les rendez-vous importants avec l’histoire manqués par le Parti québécois (PQ), l’année 2005, en ouvrant la voie à André Boisclair, plutôt qu’à Gilles Duceppe, alors chef du Bloc québécois (BQ) pour succéder à Bernard Landry, a toute sa place. La faute à qui ? À la « mesquinerie des ambitions carriéristes », expose le biographe Robert Blondin dans Gilles Duceppe : bleu de coeur et de regard(Hurtubise), mesquinerie au sein d’un parti dans lequel, encore aujourd’hui, « il y a plus d’ambitieux que de stratèges, […] plus d’intendance que de combats ! », rajoute M. Landry, ex-premier ministre du Québec et ex-chef du PQ, dans cette brique lancée cette semaine.


 La tentation péquiste


 Six ans après la défaite cuisante du Bloc qui a marqué la première sortie de la vie politique de Gilles Duceppe, deux ans après son second départ à la retraite, Robert Blondin revient, sur près de 500 pages et au terme d’une centaine d’entrevues réalisées avec plusieurs acteurs de la scène politique canadienne et québécoise, sur la vie et la carrière politique d’un des plus grands défenseurs des intérêts du Québec sur la scène fédérale. Il y fait aussi l’autopsie de ses succès, de ses hésitations et de ses échecs qui ont forcément influé sur la destinée d’une nation et d’un mouvement politique.


 « J’étais plutôt pour la venue de Gilles au parti, résume Bernard Landry en parlant de la course à sa succession, mais je n’ai pas pris position [à l’époque], parce que je ne voulais pas foutre le bordel avec Pauline [Marois] qui voulait se présenter contre Boisclair. J’aurais dû », ajoute-t-il en estimant qu’ensuite, tout est allé « de plus en plus mal au PQ ». En 2015, dans un livre signé Alain Chaperon, Bernard Landry, l’homme fidèle (Mots en toile), l’ex-premier ministre disait d’ailleurs : « Mon successeur naturel, ça aurait été Gilles Duceppe, et le fait qu’il n’y soit pas allé, ça a dévié le sens de l’histoire. »




Ne pas avoir été là quand il aurait dû y être. Avoir été là quand il n’aurait pas dû, soit en 2007 pour succéder à Boisclair contre Marois : voilà comment Gilles Duceppe résume lui-même les deux erreurs qui ont marqué la courbe de sa trajectoire politique, mais aussi mis en lumière les incohérences, les tensions entre deux formations politiques qui, loin de marcher côte à côte vers un projet commun d’indépendance, se sont la plupart du temps tiré dans les pattes pour maintenir des pouvoirs et des influences en place, fait ressortir la biographie. « À travers son chemin, on voit toutes les guerres intestines au sein du mouvement souverainiste, lance au téléphone Robert Blondin, joint par Le DevoirLes oppositions ont été très fortes entre le BQ et le PQ. Parfois, ils ont collaboré, mais souvent, ce monde-là s’est mordu les pieds. »


 Les dessous de la course à la chefferie de 2007, racontés par ceux qui y ont pris part, donnent le ton de ces tensions. Poussé par son ami Lucien Bouchard, Gilles Duceppe décide de faire le saut sur la scène politique provinciale en affrontant Mme Marois qui, elle, « piaffe d’impatience » à l’idée d’être couronnée chef et de devenir « la première femme à la tête du Québec », peut-on lire. « C’était entendu qu’on devait se parler avant que Gilles prenne sa décision, se rappelle Mme Marois dans les pages du livre. Quelqu’un m’a dit qu’il était en train de préparer son communiqué pour annoncer sa candidature à la chefferie. Avec mon équipe, nous avons alors décidé de le prendre de vitesse et d’aller annoncer ma candidature à TVA. J’ai parlé ensuite à Gilles au téléphone pour lui dire : “T’as décidé d’y aller, moi aussi j’y vais”».


 La suite est connue. Une journée à peine après avoir annoncé sa candidature, Gilles Duceppe, « un peu sonné », fait volte-face, même si, martèle Bob Dufour, son ex-organisateur politique, l’arrivée de Duceppe au PQ, c’est ce que voulait la population, « pas le parti, la population ! »


 « Chaque fois que Gilles a voulu se présenter à la chefferie du PQ, la réaction du parti a été assez… hum… Je n’utiliserais pas le mot “hostile”, mais je dirais extrêmement réservée, disons, pour être poli », dit Pierre Curzi qui a été témoin de l’intérieur des tensions entre Duceppe et le parti fondé par René Lévesque. Un drame pour M. Dufour, qui estime que « Gilles est le seul gars capable de gagner à la fois les prochaines élections à Québec et le référendum qui suivra. [Le caucus péquiste a] eu peur de lui. Les purs et durs étaient prêts à lui tomber dessus à bras raccourcis. »


 La crainte fédérale


 Le Parti québécois n’a donc jamais vécu son « moment Duceppe », ce qui réjouit les tenants du fédéralisme qui, tout en respectant l’intégrité et la rigueur du politicien, ont toujours craint sa capacité à détourner le cours du statu quo. « Gilles Duceppe est un des rares politiciens au Canada qui ont des adversaires, mais pas d’ennemis, résume Robert Blondin. Il suscite de l’admiration partout », y compris chez le père de la clarté référendaire, Stéphane Dion, qui, dans le livre, raconte tout le bien qu’il pense de lui. « Duceppe était un bon stratège. Il a gagné contre nous à quelques reprises, alors je ne vais pas dire qu’il n’était pas bon ! Il a été… oui, un très bon chef », dit-il. « Il était sûrement un bon hâbleur, mais je l’aimais beaucoup quand il avait le sens de l’État, quand il essayait de faire des liens avec nous, puisque nous avons été leaders de l’opposition en même temps. Quand on travaillait ensemble, il s’est avéré un homme de parole. Il n’allait pas me trahir dans les médias si je lui confiais quelque chose. J’appréciais beaucoup. »



>Lire la suite de l'article sur Le Devoir