La SSJB se souvient avec Labrecque du «Vive le Québec libre»

De Gaulle - « Vive le Québec libre ! » - l'Appel du 18 juin 1940

Le 40e anniversaire du «Vive le Québec libre!» du général Charles de Gaulle passe inaperçu dans la classe politique, mais il sera souligné par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM).

La SSJBM organise ce soir une projection du court métrage de Jean-Claude Labrecque intitulé La Visite du général de Gaulle au Québec. Marcel Masse, ministre délégué à l'accueil des chefs d'État lors d'Expo 67, au sein du gouvernement de Daniel Johnson père, animera la discussion. «Cette déclaration fut un révélateur. Il y avait déjà au Québec, avant De Gaulle, un mouvement indépendantiste qui se développait depuis plusieurs années, mais en même temps ses adhérents n'étaient pas tout à fait sûrs d'eux-mêmes», explique le président de la SSJBM, Jean Dorion. Âgé de 24 ans à l'époque, ce jeune militant du Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN) «n'a pas pu dormir de la nuit» après que le général De Gaulle eut lancé «Vive le Québec libre!» «De Gaulle a non seulement donné une caution au Québec sur la scène internationale, il a donné confiance au mouvement indépendantiste dans la validité de sa cause», estime M. Dorion.
En juin dernier, la SSJBM a tenu un déjeuner-causerie sur la visite du général De Gaulle, auquel ont assisté un peu moins d'une centaine de personnes. M. Dorion s'attend à une assistance comparable pour la projection du court métrage de Labrecque. C'est sa caméra qui avait capté la déclaration du chef de l'État français. Ce film, considéré comme l'un des plus beaux fleurons du cinéma direct, relate l'arrivée du général à Québec, son parcours triomphal sur le Chemin du Roy et l'accueil délirant que lui réservent de 15 000 à 20 000 personnes devant l'hôtel de Ville, où il livra son fameux discours improvisé le 24 juillet 1967.
«Ce qui m'a le plus frappé, c'est la traversée de Montréal en fin d'après-midi et la descente sur la rue Saint-Denis, se souvient Marcel Masse. On sentait cette espèce de fierté s'affirmer, nous les Canadiens français, ce qu'on avait pas eu beaucoup l'occasion de faire. Il y avait un cri du coeur, un défoulement palpables.»
M. Masse attribue à De Gaulle l'essor du Québec sur la scène internationale. «C'est un événement qui a fait connaître le Québec sur le plan international et qui a assuré que la relation entre la France et le Québec se fasse en toute connaissance de cause. [...] L'oxygène nécessaire à notre survie nous vient en partie de cette relation avec la France», dit-il.
L'initiative de la SSJBM offre un bel espace de réflexion, estime enfin M. Masse, qui fut ministre provincial sous Daniel Johnson et Jean-Jacques Bertrand et ministre fédéral sous Brian Mulroney.
Hormis quelques groupes souverainistes, personne ne fête le 40e anniversaire de «Vive le Québec libre!» aujourd'hui.
Le gouvernement du Québec, la Ville de Montréal, les autorités diplomatiques françaises et le Parti québécois n'ont prévu aucune activité officielle.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé