La France doit rester garante du libre choix des Québécois

France-Québec : fin du "ni-ni"?



Dès le 4 avril dernier,[ le quotidien québécois Le Devoir annonçait la fin prochaine du «ni-ni» dans la diplomatie française à l'égard du fait québécois->12793]. Comme il fallait s'y attendre, la courte visite de Nicolas Sarkozy dans la province de Québec aura été un symbole fort de la redéfinition de la nouvelle donne diplomatique française.
Instaurée par le ministre gaulliste Alain Peyrefitte en 1977, la politique étrangère française en matière de relations Québec-Canada était basée sur la formule de la «non-ingérence, non-indifférence». Derrière cette formule, il était d'usage de voir la France consentir à ne pas s'immiscer dans le débat interne canado-québécois, tout en acceptant d'«accompagner» le Québec s'il choisissait l'indépendance dans une démarche démocratique.
Or, vendredi dernier, Nicolas Sarkozy est sorti du placard pour dévoiler ses véritables intentions sur la question québécoise. Par ses déclarations, le président français a officiellement abandonné cette doctrine: de facto, il renié le principe de liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes en s'ingérant dans le débat sur l'avenir du Québec aux côtés des fédéralistes canadiens.
En présence du premier ministre conservateur Stephen Harper, il s'est même permis cette sortie surprenante en conférence de presse: «J'ai toujours été un ami du Canada, parce que le Canada a toujours été un allié de la France. Et franchement, s'il y a quelqu'un qui vient me dire que le monde a aujourd'hui besoin d'une division supplémentaire, c'est qu'on n'a pas la même lecture du monde.»
Parce que nul ne peut dicter la destinée d'un peuple
En 1967, le président de Gaulle a lancé, de la mairie de Montréal, son célèbre «Vive le Québec libre!». Libre de quoi? Le général ne l'a pas dit. Quoi qu'il en soit, le gouvernement canadien de l'époque dénonça l'ingérence étrangère dans les affaires politiques internes du pays, et le président quitta précipitamment le pays. D'autres, au contraire, y ont vu un salutaire appui à leur quête d'indépendance. Quarante et un ans plus tard, ces quatre mots pèsent toujours lours dans le débat sur la souveraineté au Québec, et certains y voient justement la caution historique au changement de cap de Nicolas Sarkozy. S'il faut interpréter cette illustre affirmation comme une ingérence et une marque d'appui au mouvement souverainiste, rien n'interdirait, dès lors, l'actuel président français de modifier sa vision de nos relations diplomatiques.
Plus justement, l'ancien premier ministre québécois René Lévesque, dans ses mémoires, interprétait ce propos comme rien d'autre qu'une offre de service: «Comme ses successeurs le firent par la suite, chacun dans son style, il ne s'engageait à nous accorder, le cas échéant, que l'appui que nous aurions nous-mêmes demandé. [Or,] rien ne me semblait moins indiqué que tel recours à la caution extérieure, si prestigieuse fût-elle.»
En clair, considérer les propos de Charles de Gaulle comme le pêché originel de la diplomatie francoquébécoise est une erreur fondamentale de jugement: ni lui, ni les dirigeants souverainistes n'ont souhaité considérer la France comme un soutien à la cause indépendantiste. Dans la même optique, contrairement à ce que rapportent nombre de médias, il est tout à fait injuste de voir de l'aigreur dans les propos de l'ex-premier ministre Parizeau. Lui qui avait collaboré avec l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing pour aider le Québec à proclamer son indépendance juridique en cas de victoire au référendum de 1995 dénonce avec pertinence l'ingérence de Nicolas Sarkozy pour son «jugement très anti-souveraineté du Québec». Plutôt que de reconnaître l'inaliénable droit des peuples à l'autodétermination, le président français a préféré s'exprimer en sa défaveur. En ce sens, Nicolas Sarkozy s'est donc permis de préjuger d'une cause qu'il n'a pas à apprécier.
La doctrine qui se dégage de ses quelques jours au Québec, c'est celle des cosmopolites radicaux, qui combine merveilleusement l'individualisme le plus absolu et le supranationalisme. Il n'y a donc rien de surprenant à voir que Nicolas Sarkozy, déjà séduit par le multiculturalisme canadien, se retrouve dans l'idéal libéral de l'ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau. La liberté républicaine positive, celle qui repose sur le sentiment d'appartenance et la participation à une communauté libre et autonome, n'a pas les grâces du Président Sarkozy. Celui-ci préfère certainement s'en remettre à la liberté négative des libéraux individualistes: le premier droit du citoyen serait alors de limiter les possibles entraves de l'État et des autres individus, avant même de pouvoir se prononcer en tant que peuple sur son sort.
Pour la cause indépendantiste, l'ami de Paul Desmarais est d'ores et déjà considéré pour ce qu'il est: un opposant.
Mme Royal, au cours de la dernière campagne présidentielle, avait dignement déclaré que, «comme dans toute démocratie, le peuple qui vote est souverain et libre. Et donc les Québécois décideront librement de leur destin, le moment venu, s'ils en sont saisis». Nous savons, par ailleurs, que cet avis est partagé par une large frange de la classe politique française. Aussi, ceux qui croient toujours en la doctrine diplomatique de l'accompagnement du Québec sur le chemin qu'il voudra bien choisir doivent désormais s'exprimer, à défaut de quoi ils cautionneront par leur silence la vision sarkozienne du Québec dans un Canada uni.
Cependant, la France ne doit pas oublier qu'un tel abandon pourrait être lourd de sens pour l'avenir des relations avec le Québec. Il va sans dire que le lien qui unit la France et la province québécoise a quelque chose de viscéral; mais, aussi naturel soit-il, il n'en est pas moins fragile. L'hypothèse d'un Québec indépendant n'est pas à exclure: n'oublions pas qu'en 1995, seulement 54 288 voix avaient séparé les tenants du Oui de ceux du Non. Aussi, dans ce contexte, le mouvement national québécois n'a donc plus nécessairement intérêt à privilégier ce rapport à la France. On pourrait alors envisager que des liens aussi forts, et peut-être encore plus symboliques, soient noués avec d'autres démocraties européennes naissantes, au détriment de son allié historique. Inconsciemment, le président Sarkozy a fait la preuve qu'il était temps, pour le mouvement souverainiste québécois, d'engager des relations avec d'autres pays que la France.
Quoi qu'il en soit, si l'indépendance du Québec doit se réaliser, elle se fera avec ou sans M. Sarkozy, et avec ou sans la France. Si le premier a clairement abandonné le Québec à son sort, il reste à espérer que la seconde ne le fera pas... À mettre toutes ses billes sur Paris, le Québec prend conscience du risque de perdre la mise. Et puis, loin des réflexions binaires de Nicolas Sarkozy, il serait faux de croire que le contentieux Canada-Québec oppose exclusivement fédéralistes et souverainistes. L'actuel premier ministre libéral du Québec, Jean Charest, pourtant connu pour son fédéralisme, s'est suffisamment répandu en critiques à l'égard de l'asymétrie de certaines relations fédération-province, pendant la récente campagne éléctorale fédérale, pour s'en rendre compte.
Le contentieux en question opposerait donc invariablement l'État du Canada à la province du Québec, que ses représentants soient autonomistes, souverainistes ou fédéralistes. Depuis le traité de Paris de 1763, cédant (entre autres) le Canada à la Grande-Bretagne, le Québec a préservé son identité envers et contre tout et surtout sans l'aide de la France. Il serait donc présomptueux de croire que la relation France-Québec puisse supporter toutes les atteintes. Pour ne pas hypothéquer un avenir que tout le monde souhaite commun, et quel que soit l'avenir du Québec, la France devra respecter scrupuleusement le choix des Québécois dans la conduite de leur destin.

***
Florent Michelot, Conseiller national des Jeunes Radicaux de Gauche en charge du programme, membre des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO)

Featured c6fa3a591414686854a0bdaa62255836

Florent Michelot8 articles

  • 3 861

- Diplômé de Science politique de Lille 2, étudiant à l'ENAP
- Ancien directeur de cabinet adjoint au Conseil général
d'Ille-et-Vilaine
- Conseiller national des Jeunes radicaux de gauche (JRG) en charge du
programme
- Membre des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO)





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé