L'affirmation nationale est de retour en force

Tribune libre - 2007

Josée Legault affirmait, pour une seconde fois en une semaine ce matin, alors que Franco Nuovo la recevait au micro de "C'est bien meilleur le matin" à la Première Chaîne de la SRC : "plus je regarde aller Pauline Marois et plus il m'apparait évident qu'elle prépare la table pour le retour de l'affirmation nationale de P-M. Johnson.

Depuis le temps où j'observe Josée Legault, je sais que son sens de l'analyse est assez juste.

Il y a des gens parmi vous qui auront l'occasion de parler à Pauline Marois prochainement ? Ce qu'il est important d'observer n'est pas ce qu'elle vous dira, mais si ce qu'elle vous dira trouvera écho semblable en son discours public et que ce discours soit cohérent par rapport à son agir. C'est là que va situer la "vérité" du jugement à porter.

Normand Perry.

Chroniqueur à Vigile.

Squared

Normand Perry126 articles

  • 88 924

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    6 juillet 2007

    Monsieur Bousquet,
    J'ai toujours vu M. Larose comme un valet du PQ. Je le préférais nettement comme président de la CSN; il avait plus de conviction. Depuis qu'il reçoit des contrats du PQ, cet homme est méconnaissable. Il a "perdu son fringant", pour utiliser une expression populaire. Le PQ s'en sert pour canaliser et annihiler la frustration, et il fait bien son travail.
    Suzanne Lachance

  • Luc Bertrand Répondre

    5 juillet 2007

    Monsieur Bousquet, j'ai parlé à Louis Bernard qui était présent au dîner-bénéfice de Francine Lalonde à PAT le 14 mai dernier. Il m'a dit que les membres qui partageaient son opinion à l'effet que le Parti Québécois devait remettre l'indépendance au centre de toute activité politique, quitte à être confiné longtemps aux banquettes de l'opposition, étaient très minoritaires. C'est pour cette raison qu'il a plus tôt annoncé son intention de ne pas se présenter à nouveau comme candidat à la direction du PQ et s'est rangé derrière Pauline Marois.
    Les déclarations de Pauline Marois au lendemain de son couronnement viennent de clore plus d'une boucle dans l'histoire du Parti Québécois. Comme Josée Legault l'a souligné avec justesse, le cycle référendaire de 1995 vient d'être refermé. Il y a cependant une boucle plus grande et plus ancienne qui vient de se loquer: le Parti Québécois n'est officiellement plus une coalition, si les membres choisissent en congrès national (ou en congrès spécial extraordinaire auparavant) d'appuyer la position de madame Marois. En clair, seul le courant issu du Mouvement Souveraineté-Association (MSA) subsistera comme force politique autorisée au sein du PQ.
    Bien sûr, le SPQ Libre de Marc Laviolette et de Pierre Dubuc pourra tenter de défendre son statut de club politique autonome au sein des instances du PQ, mais la conjoncture qui semble se dessiner (et que Le Devoir sous la plume de Bernard Descôteaux ce matin tente d'induire dans l'opinion publique) risque davantage de le marginaliser au point de nuire aux idéaux défendus par ce groupe. Malheureusement pour nous, les électeurs ont été plus clairvoyants que Bernard Landry lorsqu'il espérait que l'admission de ce club politique ramènerait les militants de longue date au parti. Le SPQ Libre a pu forcer André Boisclair à se rétracter lorsqu'il a fait des allusions malveillantes sur les rapports entre le PQ et les centrales syndicales. Cependant, que les défaites de 2003 ou 2007 puissent être attribuables à la défection des militants progressistes ou à la personnalité du chef du PQ, je pense que poursuivre la résistance au sein même du PQ risque d'être contre-productif en débats stériles. En effet, nous devons reconnaître que la direction du PQ nous a marginalisés jusqu'à l'insignifiance en termes de poids politique et de capacité de mobilisation et que le nom même du Parti Québécois est devenu, depuis 12 ans, un repoussoir à l'idée d'indépendance du Québec un peu comme le PLC l'est devenu pour le fédéralisme au Québec.
    Je crois sincèrement que nous n'avons plus rien à perdre à constituer un nouveau parti vraiment et ouvertement indépendantiste pour reprendre la pédagogie depuis le début, redonner une virginité au mouvement indépendantiste et permettre à l'idéologie du RIN (maintenant exclue du PQ après avoir sans cesse été marginalisée depuis la démission de Pierre Bourgault de l'exécutif national) de s'exprimer enfin sous forme de parti politique reconnu. De toutes façons, le Parti Québécois n'a aucune chance de revenir au gouvernement et, même s'il réussissait à le faire, il ne pourrait, au mieux, que contribuer à renforcer le scepticisme ou l'ambiguïté des électeurs à l'égard de la nécessité de faire l'indépendance ou, au pire, discréditer pour très longtemps l'idée de souveraineté.
    Au contraire, il importe plutôt de profiter de cette période grise pour l'idée d'indépendance pour encourager les Québécois à "brûler" la cartouche Mario Dumont. Si celui-ci, une fois élu, parvient à soutirer plus de pouvoirs et de fiscalité d'Ottawa en faveur du Québec, cela ne pourra que faciliter notre travail futur. S'il échoue, ce sera définitivement la fin de la "troisième voie" (fédéralisme décentralisé ou asymétrique) et le Québec sera contraint de choisir entre la liberté et la dissolution dans le tout canadian. Évitons donc de nous associer à un projet qui ne nous ressemble pas ou à un échec.

  • Archives de Vigile Répondre

    4 juillet 2007

    Le PQ penche vers l'affirmation nationale ou le beau risque ou le mandat de négocier la souveraineté-association ou celui de réaliser la souveraineté-partenariat ou une vraie confédération ou la souveraineté pure et dure (pas molle ni impure), selon les sondages.
    Aux plus pressés de la souveraineté, joignez donc le mouvement de M. Larose et poussez lui dans le dos s'il faut pour qu'il accélère les moyens de faire avancer l'idée de la souveraineté du Québec, à la place de former un autre parti souverainiste pour diviser les votes qui le sont déjà avec le parti Solidaire qui peut être joint aussi par les souverainistes d'extrème-gauche.
    S'il vient à y avoir plus de 50 % de souverainistes prêts à voter OUI, le PQ va abandonner les alternatives et va préconiser un référendum sur la souveraineté. En attendant, il a hâte de gouverner la province de Québec à l'intérieur du Canada et tente d'ajuster son option pour y parvenir sauf M. Louis Bernard qui désire que le PQ se présente clairement, quitte à perdre des comtés, comme un parti souverainiste...point à la ligne.