Justin le faible

041d339dbfb052a502d0cf5333e148f5

La faiblesse de Trudeau porte atteinte à l'autorité de l'État


Il y avait quelque chose de loufoque à voir Justin Trudeau parader à l’étranger en quêtant un siège onusien pour le Canada pendant que le pays entrait dans une crise qui pourrait bien le paralyser et exploser, si elle durait.  


On avait l’étrange impression qu’il évoluait dans un monde parallèle, déconnecté de la réalité concrète. Comment pouvait-il faire le beau dans ce contexte ? Peut-être cédait-il à sa manie du déguisement, en jouant cette fois au chef d’État nobélisable ? 


Ne soyons pas exagérément surpris, toutefois. On retrouve là le style d’un premier ministre spécialisé dans les costumes et les beaux discours, qui a toutefois tendance à trembloter puis à s’effondrer dans les situations de crise.  







Canada 


On se souviendra de la crise de SNC, qui l’avait déculotté. Comme j’aime dire, Justin Trudeau ressemble à sa manière à la reine d’Angleterre : il règne, mais ne gouverne pas.  


Dès lors qu’il s’agit de faire preuve d’autorité, en passant du domaine de la vertu à celui des décisions difficiles, le premier ministre canadien semble se liquéfier, comme s’il était paralysé par l’image immaculée qu’il se fait de lui-même. L’appel au dialogue, chez lui, est le masque de l’impuissance. 


Justin Trudeau restera dans les livres d’histoire comme Justin le faible.  








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





Mais au-delà de la décomposition du leadership de Justin Trudeau, cette crise révèle plus que jamais les contradictions structurelles du Canada.  


D’un côté, ce pays aime se présenter comme le laboratoire d’une humanité nouvelle, sous le signe de la diversité, du multiculturalisme et de la réconciliation avec les populations autochtones.  


Le Canada se veut un exemple pour l’humanité entière. Il représenterait même la prochaine étape de son progrès moral et serait le grand leader de la lutte contre les changements climatiques. Les Canadiens aiment croire que leur pays est le meilleur au monde.  


De l’autre, le Canada est le pays de l’angloconformité, qui maltraite ses minorités francophones et s’obstine à nier la nation québécoise. C’est un pays qui prétend désormais tenir compte des Amérindiens, à condition que ceux-ci ne remettent pas en question les projets d’oléoducs.  


C’est aussi un État pétrolier commandé par une élite torontoise et maintenant albertaine plus autoritaire qu’il n’y paraît et qui entend imposer coûte que coûte son modèle de développement à l’ensemble des provinces, même les plus réfractaires.  


Si on gratte un peu son vernis progressiste, le Canada demeure cet État constitué en 1867 pour servir les intérêts d’une bourgeoisie conquérante qui ne fait pas de compromis sur ses intérêts. 


Hypocrisie 


La situation présente est intenable. Les appels au calme se multiplient pour éviter que se reproduise une crise d’Oka, pancanadienne cette fois.  


En laissant pourrir la situation, le gouvernement Trudeau est en train de légitimer un nouveau mode de pression pour les groupes contestataires radicaux. On peut désormais paralyser le transport ferroviaire sans risquer de sérieux contrecoups.  


Entre l’image qu’il projette et sa réalité, le Canada est en train de battre le record du monde de l’hypocrisie politique. Ce titre-là, au moins, il l’aura mérité.