Présidentielle américaine

Hillary vs Barack ; plus ça change...

On n'a que la politique qu'on mérite

Tribune libre 2008

Vue du Québec, la campagne à l'investiture démocrate prend de plus en plus
des airs de déjà vu. L'impopularité persistante de George W. Bush aux
États-Unis a sûrement de quoi évoquer celle de Jean Charest en 2005. Cette
année-là, bien des souverainistes vivaient dans l'angoisse que l'option
fondamentale du Parti Québécois ne s'avère le projet d'une génération
vieillissante. Du côté des Démocrates, c'est actuellement la peur de voir
la prochaine élection présidentielle leur échapper malgré un contexte
favorable, comme en 2004, qui rend nerveux.
Les deux partis auront joué
d'audace, poussant dans les câbles l'électorat plus conservateur en faisant
pour la première fois leurs favoris ici d'une femme et d'un homosexuel,
là-bas d'une femme et d'un noir. Dans les deux cas, le même scénario : une
femme plus expérimentée se faisant lentement mais sûrement damer le pion
par un plus jeune disant incarner le changement et le renouveau, mais à qui
plusieurs reprochent de manquer de substance. On connaît la suite, au
Québec en tout cas.
Bien sûr, Pauline Marois n'est pas une copie carbone de Hillary Clinton,
tout comme Barack Obama n'est pas le sosie d'André Boisclair. Mais toutes
ces similitudes montrent bien de quoi est faite la politique-spectacle
actuelle, trop centrée sur l'image et la personnalité des chefs, au
détriment des idées, des programmes des partis, de la compétence et de
l'expérience.
Mais ne blâmons pas les politiciens ou les médias. La nature
humaine étant ce qu'elle est, on n'a que la politique qu'on mérite.

Christian Gagnon

Montréal
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured 38a394e6dfa1bba986fca028dccfaa78

Christian Gagnon138 articles

  • 114 129

CHRISTIAN GAGNON, ing.
_ L’auteur a été président régional du Parti Québécois de Montréal-Centre d’octobre 2002 à décembre 2005





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé