Franciser Concordia, avions-nous espéré?

Tribune libre 2008

Des groupes indépendantistes « sur-enthousiastes » espèrent pouvoir
reprendre le pouvoir au Québec, pour poser des gestes de souveraineté, «
genre » franciser l’une ou l’autre des universités québécoises de langue
anglaise…
Pendant ce temps, hier, en plein cœur de l’Université de Montréal, un
groupe d’universitaires anglophones « bilingues » lançaient un cri de
victimisation de leur communauté dont les nouveaux diplômés sont « forcés »
de « s’exiler » en anglophonie à cause de persécution subie aux mains de la
« majorité francophone dominante » les privant de l’usage de leur langue
maternelle dans cette « province canadienne où leurs ancêtres sont nés. »
En même temps, la faction raciste des anglomontréalais très visible sur
les médias dans l’œuvre de destruction de la loi 101 (Galganov, Nutik,
Tyler) se réunissait à l’hôtel Ruby Foo’s dans Saint-Laurent pour
fourbir les armes de contre-attaque, profitant de l’odeur de sang qu’ils
perçoivent du côté indépendantiste, qui s’entredéchire au lieu de préparer
une élection imminente. Les Jeunes Patriotes y étaient de Vigile pourtant
: nous leur avons servi un tintamarre dont ils devront se rappeler pour
leur prochain coup.
Sur la même lancée, le gouvernement fédéral ne chôme pas dans son travail
perpétuel de sape de la culture française en Amérique. Fermeture d’un
Xième bureau de poste dans le sud-ouest de Montréal. Annexion d’un hôpital
francophone de Lachine à l’Université McGill. Et au sommet : adoption au
Sénat de ce projet de censure sur la création artistique. Quand on se
justifie en prétextant protéger les fonds publics contre les productions
haineuses, nous savons à quoi pense la « minorité menacée de Montréal » :
les francophones qui défendent leurs droits au Canada.
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Squared

Ouhgo (Hugues) St-Pierre196 articles

  • 147 180

Fier fils de bûcheron exploité. Professeur retraité d'université. Compétences en enseignement par groupes restreints, groupes de réflexion, solution de problèmes. Formation en Anglais (Ouest canadien), Espagnol (Qc, Mexique, Espagne, Cuba), Bénévolat latinos nouveaux arrivés. Exploration physique de la francophonie en Amérique : Fransaskois, Acadiens, Franco-Américains de N.-Angl., Cajuns Louisiane à BatonRouge. Échanges professoraux avec la France. Plusieurs décennies de vie de réflexion sur la lutte des peuples opprimés.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé