Esquive politique

Afghanistan - une guerre masquée



Stephen Harper a créé la surprise hier en confiant à un comité-conseil, présidé par un ancien ministre libéral, le soin d'analyser les différentes formes que pourrait prendre la présence canadienne en Afghanistan une fois terminée la mission militaire qu'y assument les Forces armées dans la province de Kandahar. Apparemment, il s'agit d'une bonne idée, mais l'exercice a une coloration partisane par trop évidente.
Dépolitiser le débat sur la présence militaire canadienne en Afghanistan devrait être vu comme une nécessité. Il s'agit d'une question complexe que les partis politiques cherchent à exploiter politiquement. Les positions tranchées prises par les uns et les autres ont créé une polarisation qui occulte le débat sur le rôle du Canada sur la scène internationale et le corollaire que sont les engagements qu'il doit assumer. Il y a longtemps que l'on aurait dû confier à un comité de sages l'analyse de tous les aspects de la question et le soin de présenter au Parlement des recommandations.
À première vue, on pourrait croire que telle est l'intention du premier ministre Harper, qui toutefois cache mal ses intentions. Le dossier afghan est une épine au pied de son gouvernement à la veille d'un déclenchement possible d'élections générales. L'opinion publique est majoritairement opposée à la prolongation de la mission militaire au-delà de février 2009 et les trois partis d'opposition réclament du gouvernement conservateur un engagement ferme en ce sens dès maintenant. La création de ce comité-conseil fournit le prétexte que cherchait Stephen Harper pour n'avoir pas à répondre à l'opposition et esquiver les questions sur le sujet s'il devait se retrouver en campagne électorale ces prochaines semaines.
Le caractère partisan de la manoeuvre ressort d'autant mieux qu'on retrouve à la tête de ce comité-conseil un ancien ministre libéral des Affaires étrangères, John Manley. Le but est bien sûr d'embêter Stéphane Dion et de faire ressortir les divergences de vues qui existent au sein de la députation libérale sur cette mission militaire. Rappelons que cette dernière a été décidée sous le gouvernement libéral de Jean Chrétien et que c'est celui de Paul Martin qui a donné le feu vert au déploiement des troupes dans la province de Kandahar, où elles allaient être soumises à des pertes importantes.
Ces calculs politiques entacheront inévitablement les travaux du comité, dont la composition, idéalement, aurait dû être le fruit d'un consensus entre les partis politiques. D'emblée, l'opposition prêtait à ses membres un penchant en faveur de la prolongation de la mission militaire, qui est l'option préférée du premier ministre. Néanmoins, il faut reconnaître que les cinq membres du comité sont de grosses pointures. Aux côtés de M. Manley, on retrouve un ancien ministre conservateur de la Santé, Jake Epp, un ancien ambassadeur du Canada aux États-Unis, Derek Burney, un ancien greffier du Conseil privé, Paul Tellier, et une ancienne journaliste devenue diplomate, Pamela Wallin.
Ensemble, les cinq membres du comité seront en mesure de produire un avis éclairé. Il leur revient de ne pas se laisser entraîner dans le débat partisan. Étant maîtres de leurs travaux, ils ne devraient pas hésiter à s'appuyer sur des avis externes, notamment ceux d'experts des questions internationales de tendances diverses, ce qui viendrait rehausser la crédibilité de la recommandation qu'ils présenteront.
Quelle que soit la conclusion à laquelle en viendra le comité sur le rôle futur du Canada en Afghanistan, il appartiendra au Parlement de se prononcer. Il faut que ce soit le plus rapidement possible en début d'année pour que l'on mette fin à ce débat qui devient pernicieux et dessert l'image du pays à l'étranger. Les tergiversations actuelles doivent prendre fin. L'Afghanistan, que l'on prétend vouloir aider, doit savoir s'il peut compter sur cet allié incertain et comment. Stephen Harper voudrait pouvoir répondre oui. On peut d'ailleurs soupçonner qu'il aimerait obtenir, si des élections ont lieu cet automne, la majorité qui lui permettrait de poursuivre la présente mission militaire tout le temps qui sera nécessaire pour rétablir un climat de sécurité dans ce pays.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé