CODERRE ET COUILLARD À L’INTERNATIONAL

Dur contraste

6a2e989f3aa81ce17ca5fbc24cca578c

Coderre se prépare-t-il à remplacer Couillard?

À Paris, lundi, après avoir rencontré le président français, Denis Coderre s’est recueilli sur les lieux des massacres de Charlie Hebdo et du magasin Hyper Cacher. Il a aussi annoncé la tenue d’un sommet, à Montréal, sur le « vivre-ensemble ». Le maire de la métropole s’est comporté comme un premier ministre du Québec. Cela contraste avec Philippe Couillard, qui, en 10 mois, non seulement s’est montré peu habile sur la scène internationale, mais a cherché à ratatiner la présence du Québec.
Après les attentats de Charlie Hebdo, « il était important pour nous de venir directement dire toute notre amitié et notre solidarité », a affirmé Denis Coderre, lundi, dans la capitale française. La visite du maire de Montréal met cruellement en relief l’absence de geste fort de la part du premier ministre Couillard. Notamment lors de la marche historique du 11 janvier, organisée en réplique aux terribles attentats. Le chef du gouvernement du Québec — lui-même un citoyen français — n’a pas daigné se rendre à Paris. Pis encore : quelques jours plus tard, il était en sol européen, à Londres, Davos… et Bruxelles ! À moins d’une heure et demie en train de Paris, il n’a pas cru bon d’aller y exprimer la solidarité des Québécois (peut-être craignait-il d’aborder son sujet « préféré », la laïcité ?). M. Coderre aura en quelque sorte sauvé l’honneur du Québec. Il faut l’en remercier.

On aurait dit que François Hollande, par ses manières extrêmement chaleureuses à l’égard du premier magistrat de Montréal, a voulu le souligner. Sous ses airs « faussement candides », le chef de l’État français « ne laisse rien au hasard », répètent les observateurs. En visite dans notre Dominion, en novembre, n’avait-il pas glissé le nom de Champlain dans son discours prononcé à Ottawa, alors que le gouvernement Harper comptait débaptiser le pont ? M. Couillard, lui, s’était montré indifférent à cet outrage évident à l’histoire, dans la métropole. La décision « appartient au gouvernement fédéral », avait-il opiné !

Cette dernière phrase contient peut-être la cause de plusieurs carences et maladresses de Philippe Couillard : l’international, c’est, au fond, l’affaire d’Ottawa. Dans son discours inaugural du 21 mai, pourtant, il s’était bel et bien engagé à « développer les relations internationales du Québec en répétant […] que ce qui est de compétence québécoise ici l’est aussi partout ». Il avait souligné « la relation profonde, spéciale, qui nous lie à la République française ».

Depuis huit mois, M. Couillard, en ces matières, se comporte plus comme un citoyen du monde que comme le premier représentant de la nation québécoise. Serait-il le premier premier ministre postnational du Québec ? Jean Charest, lui, avait su utiliser les relations internationales pour se montrer nationaliste et un ardent promoteur de la relation privilégiée avec la France. À l’inverse, M. Couillard a froissé le gouvernement français en remettant en question de manière unilatérale, sans avertissement, un traité international (l’accord Québec-France sur les étudiants universitaires).

Au reste, M. Couillard a à son passif son discours unilingue en Islande, pour lequel il s’est justifié d’une manière inqualifiable : « Tout le monde sait que le Québec est francophone. » Non, justement. Et ce fait fondateur, le premier représentant du Québec devrait le rappeler partout.

Depuis son arrivée à la tête du gouvernement, le ministère des Relations internationales subit compressions sur compressions. Des bureaux et antennes du Québec à Moscou, Santiago et Taïpei — ouverts durant l’ère Charest — ont été fermés en juin. Tout le monde y goûte, dira-t-on. Mais, dans les officines gouvernementales, on a sérieusement songé à rétrograder le ministère au rang de secrétariat. La ministre St-Pierre a protesté, mais elle fut désavouée.

Souhaitons que l’exemple de M. Coderre et le souvenir de M. Charest donnent envie au gouvernement Couillard de cesser l’opération ratatinement.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé