Dinde 101...

Billet de Vigile

Pôvre Christine St-Pierre ! Elle est en train de passer pour une dinde dans ce gouvernement d'apparence flasque et informe.
Le député Curzi l'accuse de manquer de courage politique dans sa politique de protection de la langue française : "Absence de réponses, confusion, réponses vagues et langue de bois ont marqué le règne de Mme St-Pierre, selon lui."
Indignée, elle réaffirme son amour de la langue française... Misère! Qui met en doute son attachement personnel à la langue française? La question n'est pas là. On peut très bien aimer personnellement la langue française MAIS refuser de la protéger à titre de ministre d'un gouvernement indifférent à la question identitaire, au mieux, et au pire, hostile au développement de la culture française comme marqueur identitaire du peuple québécois.
Dans le dossier linguistique, on perd facilement toute crédibilité par le simple fait d'être associé à France Boucher, future ex-responsable de l'OQLF, et Jean Charest, ex-chef conservateur malheureux à Ottawa, chef libéral malheureux à Québec...
***
De France Boucher, tout a été dit, son sort semble bel et bien scellé.
Quant à Jean Charest...
Ces derniers mois cependant, plusieurs ont remarqué chez Jean Charest un changement d'humeur, d'image : le ti-coq hormonisé à la vulgarité s'est transformé en "presqu'homme d'État"... évoluant dans l'ombre du parrain Desmarais, associé au clan du ti-clin Sarkozy, grand comique de son état, et du valet Raffarin, triste sire s'il en est. On comprendra que, évoluant dans les sphères froides du pouvoir oligarchique, tout préoccupé de rapprocher les continents, d'ouvrir des chantiers gigantesques, d'offrir aux appétitzamis des opportunités toute québécoises..., notre premier ministre n'ait pas le loisir de se préoccuper du dossier linguistique qui lui tient sans doute tant à coeur...
On comprendra aussi que, dans cet air raréfié du pouvoir oligarchique, la différence identitaire apparaisse davantage comme un irritant que comme un avantage.
On comprendra enfin que la ministre St-Pierre, toute naïve et encore innocente dans ce monde de politiciens factices, n'ayant pas encore saisi toutes les subtilités de la situation identitaire québécoise, ne réussisse pas encore à fournir les prestations adéquates, elle qui s'enfarge si maladroitement dans les discours contradictoires illustrant la fragilité-fausseté de sa position.
On comprendra qu'elle soit vue comme celle qui transforme l'or en plomb...
***
Quant à Charest, malgré ses soucis autrement plus sérieux, si fier de sa personne, il sourit...
"Pont d'or" par-devant ?... Quand on connaît le bonhomme, à le voir agir publiquement depuis deux mandats, on doute qu'il soit nécessaire de construire un "pont d'or" pour payer ses services... Maquiller sa vacuité en "génie politique" suffirait à flatter sa vanité. Image! Image!
----
Bel exemple de victimisation du coupable :
"Christine St-Pierre malmenée"... "attaque personnelle"...
... et on termine le tout avec une belle statistique pavoisant sur la bonne
performance du français! 88% wow!
Merci Presse Canadienne!!
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured fa8c942e3bfc28bf0735d0d0ca8569d6

Bernard Frappier57 articles

  • 78 455

Fondateur, directeur et animateur de Vigile.net de 1996 à 2012.

Récipiendaire de la médaille Bene Merenti de Patria de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal, 2012.

« Bernard Frappier a réalisé une oeuvre d’une importance capitale dans le destin du Québec. Contre ceux qui voudraient effacer la mémoire de la nation, il a créé Vigile, grand phare et lieu de débat incomparable. » - Bernard Desgagné





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    22 avril 2008

    Ça dépasse tous les partis politiques. Ou est donc la mobilisation ? Lorsque les gens ne sont pas satisfaits par une chose, ils se mobilisent. Non ? Plus grand chose ne semble important en ce moment. Et ce n'est pas juste au sujet de cette question. Il se perdrait 400,000 emplois au Québec à cause de la crise économique aux USA, et je ne suis pas convaincu que l'on se mobiliserait pour faire quelque chose. Il y a comme un fatalisme étouffant pas juste au Québec, mais partout dans le monde. Question linguistique ou autre d'ailleurs. Le monde est rendu un endroit bien peu inspirant.