Désolant quizz : trouvez le responsable de la débâcle à la Caisse de dépôt

L'affaire de la CDPQ — le scandale


En 2002, sentant le besoin de faire le ménage à la Caisse de dépôt, le gouvernement Landry nomme Henri-Paul Rousseau à la présidence.
Quelques semaines plus tard, il fait la tournée des médias, et vient nous rencontrer au journal Les Affaires pour présenter son plan d'action. Le principe est clair : il faut remettre le rendement au coeur de la mission de la Caisse.
Pendant toutes les années qui vont suivre, ce sera là l'objectif premier de son équipe. Avec raison : en se lançant dans toutes les directions, de Montréal Mode à Vidéotron, la Caisse avait oublié qu'elle était essentiellement dépositaire de fonds de retraite. On ne joue pas avec l'argent de la retraite.
... Et paradoxalement, c'est en cherchant à maximiser le rendement que la Caisse vient de défaire en une année misérable une bonne partie des gains engrangés patiemment durant les six premières années de l'administration Rousseau.
Le bilan officiel va sortir dans trois semaines, mais déjà on sait que la perte va osciller autour de 25 %. D'après La Presse, elle serait de 26 %. C'est le calcul auquel on peut en arriver en ajoutant à la perte moyenne des régimes de retraite au Canada (-16 %) le recul inévitable de la valeur du papier commercial (La Caisse en avait pour 13 milliards, et la dévaluation va se situer au minimum à 30 %, peut-être pire), le recul probable de l'immobilier (qui était une de ses meilleures locomotives), etc.
Prochaine étape ? La chasse aux coupables. Je vous soumets donc une question à choix multiples. Il peut y avoir plusieurs réponses.
Qui est responsable de la débâcle à la Caisse de dépôt ?
1. Le gouvernement Landry (qui a nommé Henri-Paul Rousseau et qui a entériné son plan)
2. Le gouvernement Charest ( qui l'a entériné à son tour).
3. Henri-Paul Rousseau lui-même, qui s'est acharné sur l'amélioration du rendement.
4. Son équipe, y compris Richard Guay, qui a mal évalué les risques.
5. La démographie du Québec, une société vieillissante, qui oblige à prendre des risques parce qu'il va y avoir de moins en moins de déposants pour de plus en plus de prestataires.
6. Toutes ces réponses, et d'autres qui vous viendraient à l'idée.
Vous allez voir, ça va devenir une sorte de sport national au cours des prochaines semaines...

Featured 67b52ccea4dea875ae3c47ab1c06d0bd

René Vézina5 articles

  • 1 637

Observateur et commentateur privilégié de l’économie québécoise depuis plus de 20 ans, René Vézina fait le point sur un monde en évolution constante. Il jette un regard critique sur les événements et les vulgarise pour faire ressortir les enjeux cachés.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé