Désintoxication canadienne

Billet de Caroline


Les bloquistes, parmi lesquels [le porte-parole

en matière d’environnement, Bernard Bigras->http://www.bernardbigras.qc.ca/site/index.asp?b=false&mid=1&d=1],

fustigent les Conservateurs qui font du Canada

une véritable catastrophe environnementale

sur la scène internationale.

Alors que la planète entière envoie des signaux d’alerte,

les Conservateurs s’enfoncent la tête

dans les sables bitumineux.

Lutter contre les changements climatiques

nuirait à l’économie.

Dans son bulletin parlementaire de l’automne 2007, Bernard Bigras

rapporte qu’il a demandé au commissaire à l’environnement

une vérification sur l’eau contaminée au plomb

consommée par les agents correctionnels,

les prisonniers et les familles en visite dans les pénitenciers fédéraux

du Québec. Il fait également valoir que

le Partenariat nord-américian pour la sécurité et la prospérité (PSP)

« constitue une menace pour les ressources en eau du Québec. »

Dans le bulletin du député de Rosemont-La Petite-Patrie,

il est aussi question de la prolifération des algues bleues

et des dangers de l’élargissement de la voie maritime du Saint-Laurent.

Tout ceci est très louable.

Ce qui le serait encore davantage, c’est de clamer haut et fort

qu’avec un Québec indépendant

nous n’aurions pas à exiger d’un gouvernement qui fait la sourde oreille

qu’il agisse. Nous agirions! Nous innoverions!

Nous deviendrons rapidement un modèle à suivre.

Nous pourrions pointer le Canada voisin du doigt

et faire pression pour qu’il adopte des mesures

visant à réduire ses émissions de gaz.

Nous réclamerions des sanctions.

Nous parlerions en notre nom.

Nous nous ferions entendre!

C’est une véritable course contre la montre qui s’est engagée.

Nous avons plus à faire qu’à « rester vigilants

face aux positions du gouvernement fédéral »

qui ne sont pas les nôtres.

Nous avons à rattraper le temps perdu

et à prendre de l’avance.

La lutte pour la qualité de notre environnement

et pour la préservation de notre eau

est une lutte pour la vie.

Qui est contre la vie ?



Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 552

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Jean-Paul Gilson Répondre

    29 novembre 2007

    Oui chère Caroline
    et d'ailleurs j'ai fait proposition à certains de nos représentants à Ottawa de commencer toutes leurs interventions par cette sorte de litanie itérative, "monsieur le Président, dans un Québec souverain , ...."
    Comme une incantation, cette phrase, " dans un Québec souverain" rappellerait à chacun la réalité de notre sort maudit, évoquerait la raison politique de la présence de nos députés au parlement ou ça "parle et ment", servirait de mot d'ordre rassembleur pour notre peuple et forcerait nos gens à proposer une contrepartie concrète et positive aux lois unifoliées et bientôt défoliées du gouvernement qui nous aliène. (Ainsi qu'ils viennent de le faire pour les 11,6 milliards de surplus que le Canada va dégager de son dernier exercice fiscal cf infra.)
    Même rengaine à l'assemblée nationale afin que nos consciences et inconscients se retrouvent estampillés de ce label de qualité, fait au Québec!
    JP Gilson
    pour info,


    Ottawa, le mercredi 28 novembre 2007 ? « Le Bloc Québécois s?oppose à la politique du
    tout-à-la-dette préconisée par les conservateurs pour les 11,6 milliards $ de surplus prévus en 2007-2008. Au Québec, des milliers de personnes âgées et des travailleurs ont été privés du minimum financier nécessaire pour assurer leur dignité, et des pans entiers de l?économie, particulièrement l?industrie manufacturière et le secteur forestier, sont fragilisés », a déclaré aujourd?hui le chef du Bloc Québécois, Gilles Duceppe.

    « Il est temps d?agir, et c?est pourquoi le Bloc Québécois met de l?avant cinq propositions responsables pour répondre à des besoins immédiats des Québécoises et des Québécois, tant sur les plans individuel que collectif », a poursuivi le chef du Bloc Québécois, accompagné en conférence de presse du porte-parole du Bloc Québécois en matière de Finances, Paul Crête, ainsi que du porte-parole des Aînés, Raymond Gravel.

    Pour les aînés : 3,1 milliards $
    Le député de Repentigny, Raymond Gravel, souligne qu?il en coûterait 3,1 milliards $ pour créer une fiducie permettant à Ottawa de rembourser la pleine rétroactivité des montants dont les aînés ont été floués en raison de la mauvaise gestion du programme de Supplément du revenu garanti (SRG).

    « En reniant sa parole, Stephen Harper a agi de la pire des façons au détriment des gens les plus vulnérables de notre société. Dans l?opposition, les conservateurs avaient promis de rembourser la pleine rétroactivité aux personnes âgées. Maintenant, il les laisse tomber. Dans bien des cas, la venue des temps froids vient ajouter à la précarité de la situation financière de plusieurs aînés. La hausse des frais de chauffage, combinée à la nécessité de s?acheter des vêtements chauds, ne serait-ce que pour renouveler leurs bottes, constitue tout un casse-tête que cet argent qui leur est dû contribuerait à résoudre », a expliqué Raymond Gravel.

    « Ces gens ressentent un sentiment d?injustice, parce que l?argent du SRG leur appartient. Ils se disent que si eux devaient de l?argent au gouvernement fédéral, ce dernier prendrait rapidement les moyens pour le récupérer dans son intégralité. Comment justifier alors ce refus du gouvernement Harper? Le Bloc Québécois considère que ces 3,1 milliards $ appartiennent aux aînés et que les surplus doivent être en partie utilisés afin de leur rendre justice », a lancé Raymond Gravel, rappelant que son collègue député d?Alfred-Pellan, Robert Carrier, déposera au cours des prochains jours un projet de loi prévoyant notamment le paiement rétroactif des sommes non versées au chapitre du SRG.

    Pour les travailleurs : 1,5 milliard $
    Le chef du Bloc Québécois rappelle par ailleurs que le gouvernement Harper poursuit le pillage des surplus de la caisse d?assurance-emploi. C?est pourquoi le Bloc Québécois propose de placer une somme de 1,44 milliard $ dans un fonds spécial en attendant la création d?une caisse autonome.

    « Encore une fois, il s?agit d?argent qui appartient aux travailleuses et aux travailleurs. Le Bloc Québécois propose donc de mettre cet argent de côté pour qu?il soit utilisé à des fins légitimes, c?est-à-dire en cas de coups durs à l?assurance-emploi, ou pour offrir des bonifications au régime, a expliqué Gilles Duceppe. Par ailleurs, nous estimons qu?un montant de 60 millions $ devrait être investi dans la création d?un programme de soutien au revenu pour les travailleurs âgés, une initiative réclamée au Québec depuis la fin du défunt PATA. Ce sont les travailleuses et les travailleurs âgés qui ont été le pilier de notre économie durant toute leur vie. Nous avons un engagement moral envers eux et le Bloc Québécois estime que cet engagement doit être honoré. »


    Pour l?économie manufacturière : 2 milliards $
    « Nous proposons qu?un montant de deux milliards $ soit consacré à l?économie manufacturière et qu?il soit réparti comme suit : 500 millions $ pour la création d?un fonds destiné à remplacer le Partenariat technologie Canada pour la recherche et le développement, et 1,5 milliard $ pour offrir des contributions remboursables aux entreprises désireuses d?acheter de nouveaux équipements. Une telle initiative est essentielle pour permettre à nos entreprises de demeurer concurrentielles, de préserver les emplois actuels et de diversifier leurs activités », a commenté Gilles Duceppe.

    Pour les régions affectées par la crise forestière : 1 milliard $
    « Un fonds d?un milliard $ devrait offrir un sérieux coup de pouce aux entreprises touchées par la crise forestière en leur permettant de trouver un second souffle par le biais de la transformation à valeur ajoutée. Le Bloc Québécois propose en outre d?en offrir la maîtrise d??uvre à Québec et aux provinces, selon le modèle du programme initial d?infrastructures », a précisé le chef du Bloc Québécois.

    Pour l?environnement : 1 milliard $
    « L?environnement constitue l?une des principales préoccupations des Québécoises et des Québécois, et c?est pourquoi le Bloc Québécois juge que les conservateurs doivent mettre fin à leur inaction. Ottawa doit profiter de ses surplus pour annoncer dès maintenant des mesures constructives à cet égard. Nous suggérons donc la création d?un fonds subventionnaire d?un milliard $ accessible à la population afin d?accroître l?utilisation d?électroménagers à haut rendement énergétique », a poursuivi le chef du Bloc Québécois.

    Pour la dette : 3 milliards $
    Le député de Montmagny?L?Islet?Kamouraska?Rivière-du-Loup et porte-parole en matière de Finances, Paul Crête, a enfin souligné qu?un remboursement annuel de l?ordre de
    3 milliards $ serait amplement suffisant pour permettre au gouvernement fédéral d?atteindre les objectifs qu?ils s?était fixés en 2004-2005 de faire passer à 25 % en 10 ans le ratio de la dette au PIB.

    « Le Bloc Québécois croit que le remboursement de la dette est une bonne chose, en autant qu?Ottawa le pratique avec discernement. À raison d?un remboursement annuel de
    3 milliards $, l?objectif de 25 % en 10 ans du ratio de la dette au PIB sera atteint avant l?échéance fixée, soit dès 2011-2012. Il n?est donc pas nécessaire d?accélérer le remboursement de la dette en y affectant 10 milliards $ des surplus de cette année, tel que le projettent les conservateurs », a-t-il expliqué.

    Un débat est nécessaire
    « Du temps qu?ils étaient dans l?opposition, les conservateurs n?ont jamais cessé de dénoncer les pratiques des libéraux qui sous-estimaient systématiquement l?ampleur des surplus afin de les transférer au remboursement de la dette. Mais depuis qu?ils sont au pouvoir, ils ont adopté les mêmes pratiques antidémocratiques afin de tromper la population. Cette année encore, les conservateurs ont annoncé des surplus de 3,4 milliards $ lors de leur budget printanier, alors que nous nous dirigeons en vérité vers des surplus de l?ordre de 11,6 milliards $ et qu?ils ont prévu d?en verser 10 milliards $ à la dette, sans débat », a repris Paul Crête.

    « En fait, depuis dix ans, les gouvernements libéral et conservateur ont versé un total de
    95 milliards $ à la dette, un montant colossal qui a été alloué sans jamais que ces fonds ne soient soumis à un débat à la Chambre des communes. Il faut en débattre, et c?est pourquoi le Bloc Québécois émet des propositions concrètes pour lancer l?exercice dès cette année au sujet des surplus de 11,6 milliards $ qui seront enregistrés », a-t-il conclu.