Des fleurs empoisonnées

Cdbd8e93fd06843ff8eb9cb02c2bb618

«Renvoi d'ascenseur» aux Desmarais pour leur soutien à la cause fédéraliste... Qu'en termes élégants ces choses-là sont dites...

Il y a des compliments dont on se passerait volontiers. Au moment où plusieurs s’interrogent sur l’aptitude, voire même l’intérêt, du premier ministre Couillard à défendre la spécificité du Québec, voilà que Conrad Black le qualifie de « fédéraliste plus brave que tous ceux qui se sont succédé à son poste depuis Jean Lesage ou même Paul Sauvé ».

Dans une lettre publiée samedi dans le National Post, le baron de presse déchu ne cache pas l’enthousiasme que lui inspire son désir de voir le Québec réintégrer le giron constitutionnel canadien. S’il reconnaît que les échecs répétés ont inspiré au Canada anglais une grande aversion pour les questions constitutionnelles, M. Black n’en croit pas moins qu’« il existe une occasion d’agir et il faut la saisir ».

Il a semblé particulièrement heureux d’entendre son ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Jean-Marc Fournier, déclarer que « la Constitution ne doit pas être un sujet tabou » et qu’il prévoyait même un retour du balancier qui permettra à terme de réparer l’erreur de 1982.

L’admiration que lui voue Arthur Porter est déjà suffisamment embarrassante pour M. Couillard, qui ne doit pas être très emballé d’accueillir un autre personnage aussi controversé que M. Black dans son fan-club. Sur sa page Facebook, Pierre Karl Péladeau a commenté à sa façon ce bouquet de fleurs empoisonnées : « Un appui de taille pour Philippe Couillard : l’intellectuel et taulard Conrad Black ».

Ce dernier a beau avoir passé 37 mois en prison aux États-Unis pour fraude et entrave à la justice, cela ne l’empêche pas de très bien connaître l’histoire du Québec, comme en témoigne la remarquable biographie de Maurice Duplessis dont il est l’auteur.

Les 112 jours durant lesquels Paul Sauvé a été premier ministre ne permettent pas de mesurer dans quelle mesure le courage qu’il avait démontré sur les champs de bataille se serait également manifesté dans la réforme du fédéralisme, mais il est vrai que Jean Lesage a réellement tenté de régler le dossier constitutionnel sur la base de la formule Fulton-Favreau, même si les discussions ont finalement échoué.

M. Lesage, qui avait fait partie du gouvernement de Louis Saint-Laurent, se sentait sans doute aussi canadien que M. Couillard. Au retour d’un voyage dans l’ouest du pays en 1965, il avait pourtant confié avoir été ébranlé jusqu’au plus profond de ses « entrailles patriotes » en constatant le peu d’ouverture à la différence québécoise qu’il y avait constaté. « Ce n’est pas mûr, mes amis, ce n’est pas mûr », avait-il déclaré.

Cinquante ans plus tard, le fruit n’a toujours pas mûri, mais les entrailles de l’actuel premier ministre ne semblent pas lui causer de problèmes. Si l’Ouest canadien paraît toujours aussi réfractaire à la « société distincte », il faut dire qu’il est aussi le pays de ces magnifiques sables bitumineux, à partir desquels le pétrole descend le Saint-Laurent, ce dont M. Couillard se félicite.

Si ses espoirs de renouvellement du fédéralisme ont été déçus, Jean Lesage a connu beaucoup de succès en matière de relations fédérales-provinciales. La mise sur pied d’un régime de pension distinct, qui a permis la création de la Caisse de dépôt et placement, ou encore le rapatriement de points d’impôt sont autant de victoires qui pourraient inspirer M. Couillard, tout comme les efforts de son prédécesseur pour affirmer la personnalité internationale du Québec.

Si Pierre Karl Péladeau a réagi aussi fortement à la lettre ouverte de Conrad Black, c’est peut-être que le « taulard » s’en est pris à lui, l’accusant de verser dans la théorie du complot quand il attribue la bienveillance de M. Couillard envers l’industrie pétrolière à l’influence de la famille Desmarais, qui y détient des intérêts.

L’influence occulte de Power Corporation est un thème privilégié de la rhétorique souverainiste depuis des décennies. Pour certains, il s’agit même d’une véritable obsession. Il est clair que les Desmarais ont mis leurs puissantes relations partout dans le monde et les inépuisables ressources de leur empire au service de l’unité canadienne. Cela ne changera pas et il faudrait être bien naïf pour croire qu’il n’a pas eu de renvoi d’ascenseur.

Que les Desmarais soient favorables à l’exploitation du pétrole et à son transit par le Québec, c’est l’évidence, mais cette position est partagée par l’ensemble des milieux d’affaires, qui ne se gênent certainement pas pour le faire savoir au gouvernement Couillard. Quand M. Péladeau s’attaque à Power Corporation, il est très difficile de ne pas y voir aussi un combat personnel contre le grand rival de Québecor depuis maintenant un demi-siècle. Il aura beau placer ses actions dans une fiducie sans droit de regard, cette rivalité ne disparaîtra pas pour autant.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé